L’oreiller D’une Petite Fille

Aux petits des oiseaux il donne la pâture,
Et sa bonté s’étend sur toute la nature.
Athalie.

Cher petit oreiller, doux et chaud sous ma tête,
Plein de plume choisie, et blanc ! et fait pour moi !
Quand on a peur du vent, des loups, de la tempête,
Cher petit oreiller, que je dors bien sur toi !

Beaucoup, beaucoup d’enfants pauvres et nus, sans mère,
Sans maison, n’ont jamais d’oreiller pour dormir ;
Ils ont toujours sommeil. Ô destinée amère !
Maman ! douce maman ! cela me fait gémir.

Et quand j’ai prié Dieu pour tous ces petits anges
Qui n’ont pas d’oreiller, moi, j’embrasse le mien.
Seule, dans mon doux nid qu’à tes pieds tu m’arranges,
Je te bénis, ma mère, et je touche le tien.

Je ne m’éveillerai qu’à la lueur première
De l’aube ; au rideau bleu c’est si gai de la voir !
Je vais dire tout bas ma plus tendre prière :
Donne encore un baiser, douce maman ! Bonsoir !

PRIÈRE.

Dieu des enfants ! le cœur d’une petite fille,
Plein de prière (écoute !), est ici sous mes mains
On me parle toujours d’orphelins sans famille :
Dans l’avenir, mon Dieu, ne fais plus d’orphelins !

Laisse descendre au soir un ange qui pardonne,
Pour répondre à des voix que l’on entend gémir.
Mets, sous l’enfant perdu que la mère abandonne,
Un petit oreiller qui le fera dormir !

L’écolier

Un tout petit enfant s’en allait à l’école.
On avait dit : Allez !… il tâchait d’obéir ;
Mais son livre était lourd, il ne pouvait courir.
Il pleure et suit des yeux une abeille qui vole.

 » Abeille, lui dit-il, voulez-vous me parler ?
Moi, je vais à l’école : il faut apprendre à lire ;
Mais le maître est tout noir, et je n’ose pas rire :
Voulez-vous rire, abeille, et m’apprendre à voler ?  »

 » Non, dit-elle ; j’arrive et je suis très pressée.
J’avais froid ; l’aquilon m’a longtemps oppressée :
Enfin, j’ai vu les fleurs, je redescends du ciel,
Et je vais commencer mon doux rayon de miel.
Voyez ! j’en ai déjà puisé dans quatre roses ;
Avant une heure encor nous en aurons d’écloses.
Vite, vite à la ruche ! on ne rit pas toujours :
C’est pour faire le miel qu’on nous rends les beaux jours.  »

Elle fuit et se perd sur la route embaumée.
Le frais lilas sortait d’un vieux mur entr’ouvert ;
Il saluait l’aurore, et l’aurore charmée
Se montrait sans nuage et riait de l’hiver.

Une hirondelle passe : elle effleure la joue
Du petit nonchalant qui s’attriste et qui joue.
Et dans l’air suspendue, en redoublant sa voix,
Fait tressaillir l’écho qui dort au fond des bois.

 » Oh ! bonjour ! dit l’enfant, qui se souvenait d’elle ;
Je t’ai vue à l’automne ; oh ! bonjour, hirondelle.
Viens ! tu portais bonheur à ma maison, et moi
Je voudrais du bonheur. Veux-tu m’en donner, toi ?
Jouons.  » —  » Je le voudrais, répond la voyageuse,
Car je respire à peine, et je me sens joyeuse.
Mais j’ai beaucoup d’amis qui doutent du printemps ;
Ils rêveraient ma mort si je tardais longtemps.
Non, je ne puis jouer. Pour finir leur souffrance,
J’emporte un brin de mousse en signe d’espérance.
Nous allons relever nos palais dégarnis :
L’herbe croît, c’est l’instant des amours et des nids.
J’ai tout vu. Maintenant, fidèle messagère,
Je vais chercher mes soeurs, là-bas, sur le chemin.
Ainsi que nous, enfant, la vie est passagère,
Il faut en profiler. Je me sauve… À demain !  »

L’enfant reste muet ; et, la tête baissée,
Rêve et compte ses pas, pour tromper son ennui,
Quand le livre importun, dont sa main est lassée,
Rompt ses fragiles noeuds, et tombe auprès de lui.

Un dogue l’observait du seuil de sa demeure.
Stentor, gardien sévère et prudent à la fois,
De peur de l’effrayer retient sa grosse voix.
Hélas ! peut-on crier contre un enfant qui pleure ?
 » Bon dogue, voulez-vous que je m’approche un peu,
Dit l’écolier plaintif ? Je n’aime pas mon livre ;
Voyez ! ma main est rouge, il en est cause. Au jeu
Rien ne fatigue, on rit ; et moi je voudrais vivre
Sans aller à l’école, où l’on tremble toujours ;
Je m’en plains tous les soirs, et j’y vais tous les jours ;
J’en suis très mécontent. Je n’aime aucune affaire.
Le sort des chiens me plaît, car ils n’ont rien à faire.  »

 » Écolier ! voyez-vous ce laboureur aux champs ?
Eh bien ! ce laboureur, dit Stentor, c’est mon maître.
Il est très vigilant ; je le suis plus, peut-être.
Il dort la nuit, et moi j’écarte les méchants.
J’éveille aussi ce boeuf qui, d’un pied lent, mais ferme,
Va creuser les sillons quand je garde la ferme.
Pour vous même on travaille ; et, grâce à vos brebis,
Votre mère, en chantant, vous file des habits.
Par le travail tout plaît, tout s’unit, tout s’arrange.  »

 » Allez donc à l’école ; allez, mon petit ange !
Les chiens ne lisent pas, mais la chaîne est pour eux :
L’ignorance toujours mène à la servitude.
L’homme est fin, l’homme est sage, il nous défend l’étude,
 » Enfant, vous serez homme, et vous serez heureux ;
Les chiens vous serviront.  » L’enfant l’écouta dire,
Et même il le baisa.
Son livre était moins lourd.
En quittant le bon dogue, il pense, il marche, il court.
L’espoir d’être homme un jour lui ramène un sourire.
À l’école, un peu tard, il arrive gaîment,
Et dans le mois des fruits il lisait couramment.

Conte D’enfant

Il ne faut plus courir à travers les bruyères,
Enfant, ni sans congé vous hasarder au loin.
Vous êtes très petit, et vous avez besoin
Que l’on vous aide encore à dire vos prières.
Que feriez-vous aux champs, si vous étiez perdu ?
Si vous ne trouviez plus le sentier du village ?
On dirait :  » Quoi, si jeune, il est mort ? c’est dommage !  »
Vous crierez… De si loin seriez-vous entendu ?
Vos petits compagnons, à l’heure accoutumée,
Danseraient à la porte et chanteraient tout bas ;
Il faudrait leur répondre, en la tenant fermée :
 » Une mère est malade, enfants, ne chantez pas !  »
Et vos cris rediraient :  » Ô ma mère ! ô ma mère !  »
L’écho vous répondrait, l’écho vous ferait peur.
L’herbe humide et la nuit vous transiraient le coeur.
Vous n’auriez à manger que quelque plante amère ;
Point de lait, point de lit !… Il faudrait donc mourir ?
J’en frissonne ! et vraiment ce tableau fait frémir.
Embrassons-nous, je vais vous conter une histoire ;
Ma tendresse pour vous éveille ma mémoire.

 » Il était un berger, veillant avec amour
Sur des agneaux chéris, qui l’aimaient à leur tour.
Il les désaltérait dans une eau claire et saine,
Les baignait à la source, et blanchissait leur laine ;
Du serpolet, du thym, parfumait leurs repas ;
Des plus faibles encor guidait les premiers pas ;
D’un ruisseau quelquefois permettait l’escalade.
Si l’un d’eux, au retour, traînait un pied malade,
Il était dans ses bras tout doucement porté ;
Et, la nuit, sur son lit, dormait à son côté ;
Réveillés le matin par l’aurore vermeille,
Il leur jouait des airs à captiver l’oreille ;
Plus tard, quand ils broutaient leur souper sous ses yeux,
Aux sons de sa musette il les rendait joyeux.
Enfin il renfermait sa famille chérie
Dedans la bergerie.
Quand l’ombre sur les champs jetait son manteau noir,
Il leur disait :  » Bonsoir,
Chers agneaux ! sans danger reposez tous ensemble ;
L’un par l’autre pressés, demeurez chaudement ;
Jusqu’à ce qu’un beau jour se lève et nous rassemble,
Sous la garde des chiens dormez tranquillement.  »

Les chiens rôdaient alors, et le pasteur sensible
Les revoyait heureux dans un rêve paisible.
Eh ! ne l’étaient-ils pas ? Tous bénissaient leur sort,
Excepté le plus jeune ; hardi, malin, folâtre,
Des fleurs, du miel, des blés et des bois idolâtre,
Seul il jugeait tout bas que son maître avait tort.

Un jour, riant d’avance, et roulant sa chimère,
Ce petit fou d’agneau s’en vint droit à sa mère,
Sage et vieille brebis, soumise au bon pasteur.
 » Mère ! écoutez, dit-il : d’où vient qu’on nous enferme ?
Les chiens ne le sont pas, et j’en prends de l’humeur.
Cette loi m’est trop dure, et j’y veux mettre un terme.
Je vais courir partout, j’y suis très résolu.
Le bois doit être beau pendant le clair de lune :
Oui, mère, dès ce soir je veux tenter fortune :
Tant pis pour le pasteur, c’est lui qui l’a voulu.  »

—  » Demeurez, mon agneau, dit la mère attendrie ;
Vous n’êtes qu’un enfant, bon pour la bergerie ;
Restez-y près de moi ! Si vous voulez partir,
Hélas ! j’ose pour vous prévoir un repentir.  »

—  » J’ose vous dire non ; cria le volontaire…  »
Un chien les obligea tous les deux à se taire.

Quand le soleil couchant au parc les rappela,
Et que par flots joyeux le troupeau s’écoula,
L’agneau sous une haie établit sa cachette ;
Il avait finement détaché sa clochette.
Dès que le parc fut clos, il courut à l’entour,
Il jouait, gambadait, sautait à perdre haleine.
 » Je voyage, dit-il, je suis libre à mon tour !
Je ris, je n’ai pas peur ; la lune est claire et pleine :
Allons au bois, dansons, broutons !  » Mais, par malheur,
Des loups pour leurs enfants cherchaient alors curée :
Un peu de laine, hélas ! sanglante et déchirée,
Fut tout ce que le vent daigna rendre au pasteur.
Jugez comme il fut triste, à l’aube renaissante !
Jugez comme on plaignit la mère gémissante !
 » Quoi ! ce soir, cria-t-elle, on nous appellera,
Et ce soir… et jamais l’agneau ne répondra !  »
En l’appelant en vain elle affligea l’Aurore ;
Le soir elle mourut en l’appelant encore.