Skip to content

Recueil : Le Poème des beaux jours

Vers La Saint-jean

Nous touchons à juillet, premier des mois brûlants, Et la journée enfin se retire à pas lents. Après l’ardent soleil, qui là-bas traîne encore, Vient la nuit, cette nuit, faite à moitié d’aurore, Qui dans le vaste ciel, joyeux de son retour, D’une main sème l’ombre et de l’autre le…

Veillée Nuptiale

Le vallon fait silence : un vent agite à peine La feuille qui parfois tremble et s’éveille encore. Le bruit seul des ruisseaux s’élève de la plaine, Et, là-haut, dans les airs pleins de leur fraîche haleine, Les étoiles au ciel s’ouvrent, paupières d’or ! L’humble ferme, séjour de l’agreste…

Scherzo

J’ai cueilli le lis, J’ai cueilli la rose ; Je les ai cueillis, Et je les dépose A vos pieds de rose, A vos pieds de lis ! Des fleurs de la lande J’ai fait mon butin ; J’ai fait ma guirlande Des fleurs du matin. J’offre mon butin, Que…

Renaissance

Hier, la nue encore avait de sombres teintes, La plaine était dans l’ombre et les cimes éteintes ; Et la forêt qui dort, mélancolique à voir, Découpait sur le ciel son réseau dur et noir. Tout dormait : toits de chaume, éclairés d’un jour blême, Étangs, bergers, troupeaux ; et…

Maturité

Jule ! Heureux compagnon, dont le style aux beaux jours Ne respirait que joie et que folles amours, Sais-tu que maintenant ta prose, ô mon artiste, Exhale un son nouveau qui m’étonne et m’attriste ! — Tu vois devant tes pas s’accourcir l’horizon ; Tu ne sais quelle brume alourdit…

Matinée De Novembre

Les brouillards sont venus, dont l’humide manteau Charge dès le matin la plaine et le coteau : Pâle et froide vapeur qu’à peine un rayon perce. Les feuilles que l’eau trempe et qu’un souffle disperse, Tourbillonnent dans l’air ; la bise à l’aigre son S’est remise à chanter, à pleurer…

L’héritier Présomptif

Dans son berceau d’osier que l’aïeule balance, Regardez-le dormir, le tendre nourrisson. Nos fermiers sont deux fois heureux de sa naissance : C’est leur premier enfant, c’est leur premier garçon ! Que la ferme au travail tout un jour fasse trêve ; Que l’araire en un coin sommeille abandonné. Qu’eux-mêmes…

L’étude

Sous la treille, à midi, pendant que la maison Repose, et que les blés, jusques à l’horizon, Sous ce vent frais et doux qui chaque jour s’élève, Roulent comme des flots attirés par la grève, L’un près de l’autre assis, tous deux gardent le seuil : Tous deux, l’aimable enfant,…

Les Rivages

La verte Normandie a sur ses promontoires De grands bœufs accroupis sur leurs épais genoux. Des bœufs au manteau blanc semé de taches noires, Des bœux aux flancs dorés, marqués de signes roux. Aux heures de la trêve et du sommeil des vagues, Paisiblement couchés dans le souple gazon, Ils…

Les Convives

Au bord du clair bassin qu’à peine un souffle ride, Eau pure où le regard jusqu’au sable descend, Dans sa fleur du matin, dans sa beauté candide, Rêvait la blonde enfant à l’œil tendre et limpide, Au charme dangereux, s’il n’était innocent. Parmi les roseaux verts tout frissonnants de joie,…

Le Verger

Agile, adroit, — cheveux livrés aux folles brises, L’aîné de la famille, enfant de quatorze ans, Oublieux de l’école et des heures assises, Grimpe à cheval dans l’arbre aux longs rameaux luisants Où pendent les cerises. Les autres sont au pied, jeunes fronts plus petits, Accourus cependant comme un essaim…

Le Rameau De Pin

C’est ici qu’oublieux des soucis que l’on porte Volontiers on s’arrête, à moitié du chemin. C’est ici qu’un vin clair égayé et réconforte : Ainsi l’indique au moins cette branche de pin Suspendue à la porte. Braves gens qui passez, faites halte un moment ; Tout pénètre en ce gîte,…