Skip to content

Recueil : Les Amoureuses

Le Croup

Alors Hérode envoya tuer dans Bethléem Et dans les pays d’alentour les enfants de Deux ans et au-dessous. Saint Matthieu, III. I Dans son petit lit, sous le rayon pâle D’un cierge qui tremble et qui va mourir, L’enfant râle. Quel est le bourreau qui le fait souffrir ? Quel…

Nature Impassible

Lorsque l’homme pleura sa première chimère, Moins impassible qu’aujourd’hui, La nature sentit frémir ses flancs de mère Et voulut pleurer avec lui. Tout s’assombrit. Les cieux n’eurent plus une étoile, La terre n’eut plus une fleur. Le soleil se cloîtra, la lune prit le voile, Et la forêt tordit ses…

L’oiseau Bleu

J’ai dans mon cœur un oiseau bleu, Une charmante créature, Si mignonne que sa ceinture N’a pas l’épaisseur d’un cheveu Il lui faut du sang pour pâture. Bien longtemps, je me fis un jeu De lui donner sa nourriture : Les petits oiseaux mangent peu. Mais, sans en rien laisser…

Les Prunes

I Si vous voulez savoir comment Nous nous aimâmes pour des prunes, Je vous le dirai doucement, Si vous voulez savoir comment. L’amour vient toujours en dormant, Chez les bruns comme chez les brunes ; En quelques mots voici comment Nous nous aimâmes pour des prunes. II. Mon oncle avait…

Les Cerisiers

I Vous souvient-il un peu de ce que vous disiez, Mignonne, au temps des cerisiers ? Ce qui tombait du bout de votre lèvre rose, Ce que vous chantiez, ô mon doux bengali, Vous l’avez oublié, c’était si peu de chose, Et pourtant, c’était bien joli Mais moi je me…

Les Bottines

Ce bruit charmant des talons qui résonnent sur le parquet : clic ! clac ! est le plus joli thème pour un rondeau. GŒTHE, Wilhelm Meister. I Moitié chevreau, moitié satin, Quand elles courent par la chambre, Clic ! clac ! Il faut voir de quel air mutin Leur fine…

Le Rouge-gorge

I Un soir que je rêvais dans ma chambre, déserte Depuis sa mort, Un oisillon s’en vint de la fenêtre ouverte Raser le bord. Il s’en vint, secouant du bec sa robe grise ; Et sans effroi, Sans façon, je le vis, à ma grande surprise, Entrer chez moi. C’était…

À Célimène

Je ne vous aime pas, ô blonde Célimène, Et si vous l’avez cru quelque temps, apprenez Que nous ne sommes point de ces gens que l’on mène Avec une lisière et par le bout du nez ; Je ne vous aime pasdepuis une semaine, Et je ne sais pourquoi vous…

La Vierge À La Crèche

Dans ses langes blancs, fraîchement cousus, La vierge berçait son enfant-Jésus. Lui, gazouillait comme un nid de mésanges. Elle le berçait, et chantait tout bas Ce que nous chantons à nos petits anges Mais l’enfant-Jésus ne s’endormait pas. Étonné, ravi de ce qu’il entend, Il rit dans sa crèche, et…

La Rêveuse

Elle rêve, la jeune femme ! L’œil alangui, les bras pendants, Elle rêve, elle entend son âme, Son âme qui chante au dedans. Tout l’orchestre de ses vingt ans, Clavier d’or aux notes de flamme, Lui dit une joyeuse gamme Sur la clef d’amour du printemps La rêveuse leva la…

Fanfaronnade

Je n’ai plus ni foi ni croyance ! Il n’est pas de fruit défendu Que ma dent n’ait un peu mordu Sur le vieil arbre de science : Je n’ai plus ni foi ni croyance. Mon cœur est vieux ; il a mûri Dans la pensée et dans l’étude ;…

Dernière Amoureuse

A l’heure d’amour, l’autre soir, La Mort près de moi vint s’asseoir ; S’asseoir, près de moi, sur ma couche. En silence, elle s’accouda. Sur mes yeux clos elle darda Son grand œil noir, lascif et louche ; Puis, comme l’amante à l’amant, Elle mit amoureusement Sa bouche sur ma…