Skip to content

Recueil : Les Campagnes Hallucinées

Pèlerinage

Où vont les vieux paysans noirs Par les chemins en or des soirs ? A grands coups d’ailes affolées, En leurs toujours folles volées, Les moulins fous fauchent le vent. Le cormoran des temps d’automne jette au ciel triste et monotone Son cri sombre comme la nuit. C’est l’heure brusque…

Les Plaines

Sous la tristesse et l’angoisse des cieuxLes lieuesS’en vont autour des plaines ;Sous les cieux basDont les nuages traînentImmensément, les lieuesSe succèdent, là-bas.Droites sur des chaumes, les tours ;Et des gens las, par tas,Qui vont de bourg en bourg:Les gens vaguantsComme la route, ils ont cent ans ;Ils vont de…

Les Fièvres

La plaine, au loin, est uniforme et morne Et l’étendue est vide et grise Et Novembre qui se précise Bat l’infini, d’une aile grise. Sous leurs torchis qui se lézardent, Les chaumières, là-bas, regardent Comme des bêtes qui ont peur, Et seuls les grands oiseaux d’espace Jettent sur les enclos…

Les Mendiants

Les jours d’hiver quand le froid serre Le bourg, le clos, le bois, la fange, Poteaux de haine et de misère, Par l’infini de la campagne, Les mendiants ont l’air de fous. Dans le matin, lourds de leur nuit, Ils s’enfoncent au creux des routes, Avec leur pain trempé de…

Le Départ

Traînant leurs pas après leurs pas Le front pesant et le coeur las, S’en vont, le soir, par la grand’route, Les gens d’ici, buveurs de pluie, Lécheurs de vent, fumeurs de brume. Les gens d’ici n’ont rien de rien, Rien devant eux Que l’infini de la grand’route. Chacun porte au…

Le Péché

Sur sa butte que le vent gifle, Il tourne et fauche et ronfle et siffle, Le vieux moulin des péchés vieux Et des forfaits astucieux. Il geint des pieds jusqu’à la tête, Sur fond d’orage et de tempête, Lorsque l’automne et les nuages Frôlent son toit de leurs voyages. Sur…

La Kermesse

Avec colère, avec détresse,Avec ses refrains de quadrilles,Qui sautèlent sur leurs béquilles,L’orgue canaille et lourd,Au fond du bourg,Moud la kermesse.Quelques étaux au coin des bornes,Et quelques vieilles gens,Au seuil d’un portail morne.Avec colère, avec détresse, avec blasphème,Mais, vers la fête,Quand même,L’orgue s’entête.Sa musique de tintamarresSe casse, en des bagarresDe cuivre…

La Ville

Tous les chemins vont vers la ville. Du fond des brumes, Avec tous ses étages en voyage Jusques au ciel, vers de plus hauts étages, Comme d’un rêve, elle s’exhume. Là-bas, Ce sont des ponts musclés de fer, Lancés, par bonds, à travers l’air ; Ce sont des blocs et…

La Bêche

Le gel durcit les eaux ; le vent blémit les nues. A l’orient du pré, dans le sol rêche Est là qui monte et grelotte, la bêche Lamentable et nue. – Fais une croix sur le sol jaune Avec ta longue main, Toi qui t’en vas, par le chemin –…

Chanson De Fou (i)

Le crapaud noir sur le sol blanc Me fixe indubitablement Avec des yeux plus grands que n’est grande sa tête ; Ce sont les yeux qu’on m’a volés Quand mes regards s’en sont allés, Un soir, que je tournai la tête. Mon frère ? il est quelqu’un qui ment, Avec…

Chanson De Fou (ii)

Je les ai vus, je les ai vus, Ils passaient, par les sentes, Avec leurs yeux, comme des fentes, Et leurs barbes, comme du chanvre. Deux bras de paille, Un dos de foin, Blessés, troués, disjoints, Ils s’en venaient des loins, Comme d’une bataille. Un chapeau mou sur leur oreille,…

Chanson De Fou (iii)

Brisez-leur pattes et vertèbres,Chassez les rats, les rats.Et puis versez du froment noir,Le soir,Dans les ténèbres.Jadis, lorsque mon coeur cassa,Une femme le ramassaPour le donner aux rats.- Brisez-leur pattes et vertèbres.Souvent je les ai vus dans l’âtre,Taches d’encre parmi le plâtre,Qui grignotaient ma mort.- Brisez-leur pattes et vertèbres.L’un d’eux, je…