L’ascension Humaine

Tandis qu’au loin des nuées,
Qui semblent des paradis,
Dans le bleu sont remuées,
Je t’écoute, et tu me dis :

 » Quelle idée as-tu de l’homme,
 » De croire qu’il aide Dieu ?
 » L’homme est-il donc l’économe
 » De l’eau, de l’air et du feu ?

 » Est-ce que, dans son armoire,
 » Tu l’aurais vu de tes yeux
 » Serrer les rouleaux de moire
 » Que l’aube déploie aux cieux ?

 » Est-ce lui qui gonfle et ride
 » La vague, et lui dit : Assez !
 » Est-ce lui qui tient la bride
 » Des éléments hérissés ?

 » Sait-il le secret de l’herbe ?
 » Parle-t-il au nid vivant ?
 » Met-il sa note superbe
 » Dans le noir clairon du vent ?

 » La marée âpre et sonore
 » Craint-elle son éperon ?
 » Connaît-il le météore ?
 » Comprend-il le moucheron ?

 » L’homme aider Dieu ! lui, ce songe,
 » Ce spectre en fuite et tremblant !
 » Est-ce grâce à son éponge
 » Que le cygne reste blanc ?

 » Le fait veut, l’homme acquiesce.
 » Je ne vois pas que sa main
 » Découpe à l’emporte-pièce
 » Les pétales du jasmin.

 » Donne-t-il l’odeur aux sauges,
 » Parce qu’il sait faire un trou
 » Pour mêler le grès des Vosges
 » Au salpêtre du Pérou ?

 » Règle-t-il l’onde et la brise,
 » Parce qu’il disséquera
 » De l’argile qu’il a prise
 » Près de Rio-Madera ?

 » Ôte Dieu ; puis imagine,
 » Essaie, invente ; épaissis
 » L’idéal subtil d’Égine
 » Par les dogmes d’Éleusis ;

 » Soude Orphée à Lamettrie ;
 » Joins, pour ne pas être à court,
 » L’école d’Alexandrie
 » À l’école d’Edimbourg ;

 » Va du conclave au concile,
 » D’Anaximandre à Destutt ;
 » Dans quelque cuve fossile
 » Exprime tout l’institut ;

 » Démaillote la momie ;
 » Presse Œdipe et Montyon ;
 » Mets en pleine académie
 » Le sphinx à la question ;

 » Fouille le doute et la grâce ;
 » Amalgame en ton guano
 » À la Sybaris d’Horace
 » Les Chartreux de saint Bruno ;

 » Combine Genève et Rome ;
 » Fais mettre par ton fermier
 » Toutes les vertus de l’homme
 » Dans une fosse à fumier ;

 » Travaille avec patience
 » En puisant au monde entier ;
 » Prends pour pilon la science
 » Et l’abîme pour mortier ;

 » Va, forge ! je te défie
 » De faire de ton savoir
 » Et de ta philosophie
 » Sortir un grain de blé noir !

 » Dieu, de sa droite, étreint, fauche,
 » Sème, et tout est rajeuni ;
 » L’homme n’est qu’une main gauche
 » Tâtonnant dans l’infini.

 » Aux heures mystérieuses,
 » Quand l’eau se change en miroir,
 » Rôdes-tu sous les yeuses,
 » L’esprit plongé dans le soir ?

 » Te dis-tu : — Qu’est-ce que l’homme ? —
 » Sonde, ami, sa nullité ;
 » Cherche, de quel chiffre, en somme,
 » Il accroît l’éternité !

 » L’homme est vain. Pourquoi, poète,
 » Ne pas le voir tel qu’il est,
 » Dans le sépulcre squelette,
 » Et sur la terre valet !

 » L’homme est nu, stérile, blême,
 » Plus frêle qu’un passereau ;
 » C’est le puits du néant même
 » Qui s’ouvre dans ce zéro.

 » Va, Dieu crée et développe
 » Un lion très réussi,
 » Un bélier, une antilope,
 » Sans le concours de Poissy.

 » Il fait l’aile de la mouche
 » Du doigt dont il façonna
 » L’immense taureau farouche
 » De la Sierra Morena ;

 » Et dans l’herbe et la rosée
 » Sa génisse au fier sabot
 » Règne, et n’est point éclipsée
 » Par la vache Sarlabot.

 » Oui, la graine dans l’espace
 » Vole à travers le brouillard,
 » Et de toi le vent se passe,
 » Semoir Jacquet-Robillard !

 » Ce laboureur, la tempête,
 » N’a pas, dans les gouffres noirs,
 » Besoin que Grignon lui prête
 » Sa charrue à trois versoirs.

 » Germinal, dans l’atmosphère,
 » Soufflant sur les prés fleuris,
 » Sait encor mieux son affaire
 » Qu’un maraîcher de Paris.

 » Quand Dieu veut teindre de flamme
 » Le scarabée ou la fleur,
 » Je ne vois point qu’il réclame
 » La lampe de l’émailleur.

 » L’homme peut se croire prêtre,
 » L’homme peut se dire roi,
 » Je lui laisse son peut-être,
 » Mais je doute, quant à moi,

 » Que Dieu, qui met mon image
 » Au lac où je prends mon bain,
 » Fasse faire l’étamage
 » Des étangs, à Saint-Gobain.

 » Quand Dieu pose sur l’eau sombre
 » L’arc-en-ciel comme un siphon,
 » Quand au tourbillon plein d’ombre
 » Il attelle le typhon,

 » Quand il maintient d’âge en âge
 » L’hiver, l’été, mai vermeil,
 » Janvier triste, et l’engrenage
 » De l’astre autour du soleil,

 » Quand les zodiaques roulent,
 » Amarrés solidement,
 » Sans que jamais elles croulent,
 » Aux poutres du firmament,

 » Quand tournent, rentrent et sortent
 » Ces effrayants cabestans
 » Dont les extrémités portent
 » Le ciel, les saisons, le temps ;

 » Pour combiner ces rouages
 » Précis comme l’absolu,
 » Pour que l’urne des nuages
 » Bascule au moment voulu,

 » Pour que la planète passe,
 » Tel jour, au point indiqué,
 » Pour que la mer ne s’amasse
 » Que jusqu’à l’ourlet du quai,

 » Pour que jamais la comète
 » Ne rencontre un univers,
 » Pour que l’essaim sur l’Hymète
 » Trouve en juin les lys ouverts,

 » Pour que jamais, quand approche
 » L’heure obscure où l’azur luit,
 » Une étoile ne s’accroche
 » À quelque angle de la nuit,

 » Pour que jamais les effluves
 » Les forces, le gaz, l’aimant,
 » Ne manquent aux vastes cuves
 » De l’éternel mouvement,

 » Pour régler ce jeu sublime,
 » Cet équilibre béni,
 » Ces balancements d’abîme,
 » Ces écluses d’infini,

 » Pour que, courbée ou grandie,
 » L’oeuvre marche sans un pli,
 » Je crois peu qu’il étudie
 » La machine de Marly !  »

Ton ironie est amère,
Mais elle se trompe, ami.
Dieu compte avec l’éphémère,
Et s’appuie à la fourmi.

Dieu n’a rien fait d’inutile.
La terre, hymne où rien n’est vain,
Chante, et l’homme est le dactyle
De l’hexamètre divin.

L’homme et Dieu sont parallèles :
Dieu créant, l’homme inventant.
Dieu donne à l’homme ses ailes.
L’éternité fait l’instant.

L’homme est son auxiliaire
Pour le bien et la vertu.
L’arbre est Dieu, l’homme est le lierre ;
Dieu de l’homme s’est vêtu.

Dieu s’en sert, donc il s’en aide.
L’astre apparaît dans l’éclair ;
Zeus est dans Archimède,
Et Jéhovah dans Képler.

Jusqu’à ce que l’homme meure,
Il va toujours en avant.
Sa pensée a pour demeure
L’immense idéal vivant.

Dans tout génie il s’incarne ;
Le monde est sous son orteil ;
Et s’il n’a qu’une lucarne,
Il y pose le soleil.

Aux terreurs inabordable,
Coupant tous les fatals noeuds,
L’homme marche formidable,
Tranquille et vertigineux.

De limon il se fait lave,
Et colosse d’embryon ;
Epictète était esclave,
Molière était histrion,

Ésope était saltimbanque,
Qu’importe ! — il n’est arrêté
Que lorsque le pied lui manque
Au bord de l’éternité.

L’homme n’est pas autre chose
Que le prête-nom de Dieu.
Quoi qu’il fasse, il sent la cause
Impénétrable, au milieu.

Phidias cisèle Athènes ;
Michel-Ange est surhumain ;
Cyrus, Rhamsès, capitaines,
Ont une flamme à la main ;

Euclide trouve le mètre,
Le rythme sort d’Amphion ;
Jésus-Christ vient tout soumettre,
Même le glaive, au rayon ;

Brutus fait la délivrance ;
Platon fait la liberté ;
Jeanne d’Arc sacre la France
Avec sa virginité ;

Dans le bloc des erreurs noires
Voltaire ses coins ;
Luther brise les mâchoires
De Rome entre ses deux poings ;

Dante ouvre l’ombre et l’anime ;
Colomb fend l’océan bleu… —
C’est Dieu sous un pseudonyme,
C’est Dieu masqué, mais c’est Dieu.

L’homme est le fanal du monde.
Ce puissant esprit banni
Jette une lueur profonde
Jusqu’au seuil de l’infini.

Cent carrefours se partagent
Ce chercheur sans point d’appui ;
Tous les problèmes étagent
Leurs sombres voûtes sur lui.

Il dissipe les ténèbres ;
Il montre dans le lointain
Les promontoires funèbres
De l’abîme et du destin.

Il fait voir les vagues marches
Du sépulcre, et sa clarté
Blanchit les premières arches
Du pont de l’éternité.

Sous l’effrayante caverne
Il rayonne, et l’horreur fuit.
Quelqu’un tient cette lanterne ;
Mais elle t’éclaire, ô nuit !

Le progrès est en litige
Entre l’homme et Jéhovah ;
La greffe ajoute à la tige ;
Dieu cacha, l’homme trouva.

De quelque nom qu’on la nomme,
La science au vaste voeu
Occupe le pied de l’homme
À faire les pas de Dieu.

La mer tient l’homme et l’isole,
Et l’égare loin du port ;
Par le doigt de la boussole
Il se fait montrer le nord.

Dans sa morne casemate,
Penn rend ce damné meilleur ;
Jenner dit : Va-t-en, stigmate !
Jackson dit : Va-t-en, douleur !

Dieu fait l’épi, nous la gerbe ;
Il est grand, l’homme est fécond ;
Dieu créa le premier verbe
Et Gutenberg le second.

La pesanteur, la distance,
Contre l’homme aux luttes prêt,
Prononcent une sentence ;
Montgolfier casse l’arrêt.

Tous les anciens maux tenaces,
Hurlant sous le ciel profond,
Ne sont plus que des menaces
De fantômes qui s’en vont.

Le tonnerre au bruit difforme
Gronde… — on raille sans péril
La marionnette énorme
Que Franklin tient par un fil.

Nemrod était une bête
Chassant aux hommes, parmi
La démence et la tempête
De l’ancien monde ennemi.

Dracon était un cerbère
Qui grince encor sous le ciel
Avec trois têtes : Tibère,
Caïphe et Machiavel.

Nemrod s’appelait la Force,
Dracon s’appelait la Loi ;
On les sentait sous l’écorce
Du vieux prêtre et du vieux roi.

Tous deux sont morts. Plus de haines !
Oh ! ce fut un puissant bruit
Quand se rompirent les chaînes
Qui liaient l’homme à la nuit !

L’homme est l’appareil austère
Du progrès mystérieux ;
Dieu fait par l’homme sur terre
Ce qu’il fait par l’ange aux cieux.

Dieu sur tous les êtres pose
Son reflet prodigieux,
Créant le bien par la chose,
Créant par l’homme le mieux.

La nature était terrible,
Sans pitié, presque sans jour ;
L’homme la vanne en son crible,
Et n’y laisse que l’amour.

Toutes sortes de lois sombres
Semblaient sortir du destin ;
Le mal heurtait aux décombres
Le pied de l’homme incertain.

Pendant qu’à travers l’espace
Elle roule en hésitant ;
Un flot de ténèbres passe
Sur la terre à chaque instant ;

Mais des foyers y flamboient,
Tout s’éclaircit, on le sent,
Et déjà les anges voient
Ce noir globe blanchissant.

Sous l’urne des jours sans nombre
Depuis qu’il suit son chemin,
La décroissance de l’ombre
Vient des yeux du genre humain.

L’autel n’ose plus proscrire ;
La misère est morte enfin ;
Pain à tous ! on voit sourire
Les sombres dents de la faim.

L’erreur tombe ; on l’évacue ;
Les dogmes sont muselés ;
La guerre est une vaincue ;
Joie aux fleurs et paix aux blés !

L’ignorance est terrassée ;
Ce monstre, à demi dormant,
Avait la nuit pour pensée
Et pour voix le bégaiement.

Oui, voici qu’enfin recule
L’affreux groupe des fléaux !
L’homme est l’invincible hercule,
Le balayeur du chaos.

Sa massue est la justice,
Sa colère est la bonté.
Le ciel s’appuie au solstice
Et l’homme à sa volonté.

Il veut. Tout cède et tout plie.
Il construit quand il détruit ;
Et sa science est remplie
Des lumières de la nuit.

Il enchaîne les désastres,
Il tord la rébellion,
Il est sublime ; et les astres
Sont sur sa peau de lion.

La Méridienne Du Lion

Le lion dort, seul sous sa voûte.
Il dort de ce puissant sommeil
De la sieste, auquel s’ajoute,
Comme un poids sombre, le soleil.

Les déserts, qui de loin écoutent,
Respirent ; le maître est rentré.
Car les solitudes redoutent
Ce promeneur démesuré.

Son souffle soulève son ventre ;
Son oeil de brume est submergé,
Il dort sur le pavé de l’antre,
Formidablement allongé.

La paix est sur son grand visage,
Et l’oubli même, car il dort.
Il a l’altier sourcil du sage
Et l’ongle tranquille du fort.

Midi sèche l’eau des citernes ;
Rien du sommeil ne le distrait ;
Sa gueule ressemble aux cavernes,
Et sa crinière à la forêt.

Il entrevoit des monts difformes,
Des Ossas et des Pélions,
À travers les songes énormes
Que peuvent faire les lions.

Tout se tait sur la roche plate
Où ses pas tout à l’heure erraient.
S’il remuait sa grosse patte,
Que de mouches s’envoleraient !

La Nature Est Pleine D’amour

La nature est pleine d’amour,
Jeanne, autour de nos humbles joies ;
Et les fleurs semblent tour à tour
Se dresser pour que tu les voies.

Vive Angélique ! à bas Orgon !
L’hiver, qu’insultent nos huées,
Recule, et son profil bougon
Va s’effaçant dans les nuées.

La sérénité de nos coeurs,
Où chantent les bonheurs sans nombre,
Complète, en ces doux mois vainqueurs,
L’évanouissement de l’ombre.

Juin couvre de fleurs les sommets,
Et dit partout les mêmes choses ;
Mais est-ce qu’on se plaint jamais
De la prolixité des roses ?

L’hirondelle, sur ton front pur,
Vient si près de tes yeux fidèles
Qu’on pourrait compter dans l’azur
Toutes les plumes de ses ailes.

Ta grâce est un rayon charmant ;
Ta jeunesse, enfantine encore,
Éclaire le bleu firmament,
Et renvoie au ciel de l’aurore.

De sa ressemblance avec toi
Le lys pur sourit dans sa gloire ;
Ton âme est une urne de foi
Où la colombe voudrait boire.

Jeanne Chante

xx(Pour Jeanne seule.)

II.

Jeanne chante ; elle se penche
Et s’envole ; elle me plaît ;
Et, comme de branche en branche,
Va de couplet en couplet.

De quoi donc me parlait-elle ?
Avec sa fleur au corset,
Et l’aube dans sa prunelle,
Qu’est-ce donc qu’elle disait ?

Parlait-elle de la gloire,
Des camps, du ciel, du drapeau,
Ou de ce qu’il faut de moire
Au bavolet d’un chapeau ?

Son intention fut-elle
De troubler l’esprit voilé
Que Dieu dans ma chair mortelle
Et frémissante a mêlé ?

Je ne sais. J’écoute encore.
Était-ce psaume ou chanson ?
Les fauvettes de l’aurore
Donnent le même frisson.

J’étais comme une fête ;
J’essayais un vague essor ;
J’eusse voulu sur ma tête
Mettre une couronne d’or,

Et voir sa beauté sans voiles,
Et joindre à mes jours ses jours,
Et prendre au ciel les étoiles,
Et qu’on vînt à mon secours !

J’étais ivre d’une femme ;
Mal charmant qui fait mourir.
Hélas ! je me sentais l’âme
Touchée et prête à s’ouvrir ;

Car pour qu’un cerveau se fêle
Et s’échappe en songes vains,
Il suffit du bout de l’aile
D’un ces oiseaux divins.

Jour De Fête

Aux environs de Paris.

Midi chauffe et sèche la mousse ;
Les champs sont pleins de tambourins ;
On voit dans une lueur douce
Des groupes vagues et sereins.

Là-bas, à l’horizon, poudroie
Le vieux donjon de saint Louis ;
Le soleil dans toute sa joie
Accable les champs éblouis.

L’air brûlant fait, sous ses haleines
Sans murmures et sans échos,
Luire en la fournaise des plaines
La braise des coquelicots.

Les brebis paissent inégales ;
Le jour est splendide et dormant ;
Presque pas d’ombre ; les cigales
Chantent sous le bleu flamboiement.

Voilà les avoines rentrées.
Trêve au travail. Amis, du vin !
Des larges tonnes éventrées
Sort l’éclat de rire divin.

Le buveur chancelle à la table
Qui boite fraternellement.
L’ivrogne se sent véritable ;
Il oublie, ô clair firmament,

Tout, la ligne droite, la gêne,
La loi, le gendarme, l’effroi,
L’ordre ; et l’échalas de Surène
Raille le poteau de l’octroi.

L’âne broute, vieux philosophe ;
L’oreille est longue ; l’âne en rit,
Peu troublé d’un excès d’étoffe,
Et content si le pré fleurit.

Les enfants courent par volée.
Clichy montre, honneur aux anciens !
Sa grande muraille étoilée
Par la mitraille des Prussiens.

La charrette roule et cahote ;
Paris élève au loin sa voix,
Noir chiffonnier qui dans sa hotte
Porte le sombre tas des rois.

On voit au loin les cheminées
Et les dômes d’azur voilés ;
Des filles passent, couronnées
De joie et de fleurs, dans les blés.

La Bataille Commença

La bataille commença.
Comment ? Par un doux sourire.
Elle me dit : — Comme ça,
Vous ne voulez pas m’écrire ?

— Un billet doux ? — Non, des vers.
— Je n’en fais point, répondis-je, —
Ainsi parfois de travers
Le dialogue voltige.

Après le sourire vint
Un regard, oh ! qu’elle est fière !
Moi, candidat quinze-vingt,
Je me dis : Elle est rosière.

Et je me mis à songer
À cent vertus, rehaussées
Par mes mauvaises pensées
D’adolescent en danger.

Je me taisais, cela passe
Pour puissance et profondeur.
Son sourire était la grâce.
Et son regard la pudeur.

Ce regard et ce sourire
M’entraient dans l’âme. Soudain,
Elle chanta. Comment dire
Ce murmure de l’Éden.

Cette voix grave, touchante,
Tendre, aux soupirs nuancés !…
— Quoi ! m’écriai-je, méchante,
Vous achevez les blessés !

Hilaritas

Chantez ; l’ardent refrain flamboie ;
Jurez même, noble ou vilain !
Le chant est un verre de joie
Dont le juron est le trop-plein.

L’homme est heureux sous la tonnelle
Quand il a bien empaqueté
Son rhumatisme de flanelleEt sa sagesse de gaieté.

Le rire est notre meilleure aile ;
Il nous soutient quand nous tombons.
Le philosophe indulgent mêle
Les hommes gais aux hommes bons.

Un mot gai suffit pour abattre.
Ton fier courroux, ô grand Caton,
L’histoire amnistie Henri quatre
Protégé par Jarnicoton.

Soyons joyeux, Dieu le désire.
La joie aux hommes attendris
Montre ses dents, et semble dire :
Moi qui pourrais mordre, je ris.

Interruption À Une Lecture De Platon

Je lisais Platon. — J’ouvris
La porte de ma retraite,
Et j’aperçus Lycoris
C’est-à-dire Turlurette.

Je n’avais pas dit encor
Un seul mot à cette belle.
Sous un vague plafond d’or
Mes rêves battaient de l’aile.

La belle, en jupon gris-clair,
Montait l’escalier sonore ;
Ses frais yeux bleus avaient l’air
De revenir de l’aurore.

Elle chantait un couplet
D’une chanson de la rue
Qui dans sa bouche semblait
Une lumière apparue.

Son front éclipsa Platon.
Ô front céleste et frivole !
Un ruban sous son menton
Rattachait son auréole.

Elle avait l’accent qui plaît,
Un foulard pour cachemire,
Dans sa main son pot au lait,
Des flammes dans son sourire.

Et je lui dis (le Phédon
Donne tant de hardiesse !) :
— Mademoiselle, pardon,
Ne seriez-vous pas déesse ?

Je Ne Me Mets Pas En Peine

xx(Pour Jeanne seule.)

I.

Je ne me mets pas en peine
Du clocher ni du beffroi ;
Je ne sais rien de la reine,
Et je ne sais rien du roi ;

J’ignore, je le confesse,
Si le seigneur est hautain,
Si le curé dit la messe
En grec ou bien en latin ;

S’il faut qu’on pleure ou qu’on danse,
Si les nids jasent entr’eux ;
Mais sais-tu ce que je pense ?
C’est que je suis amoureux.

Sais-tu, Jeanne, à quoi je rêve ?
C’est au mouvement d’oiseau
De ton pied blanc qui se lève
Quand tu passes le ruisseau.

Et sais-tu ce qui me gêne ?
C’est qu’à travers l’horizon,
Jeanne, une invisible chaîne
Me tire vers ta maison.

Et sais-tu ce qui m’ennuie ?
C’est l’air charmant et vainqueur,
Jeanne, dont tu fais la pluie
Et le beau temps dans mon coeur.

Et sais-tu ce qui m’occupe,
Jeanne ? c’est que j’aime mieux
La moindre fleur de ta jupe
Que tous les astres des cieux.

Fuis L’éden Des Anges Déchus

Fuis l’éden des anges déchus ;
Ami, prends garde aux belles filles ;
Redoute à Paris les fichus,
Redoute à Madrid les mantilles.

Tremble pour tes ailes, oiseau,
Et pour tes fils, marionnette.
Crains un peu l’oeil de Calypso,
Et crains beaucoup l’oeil de Jeannette.

Quand leur tendresse a commencé,
Notre servitude est prochaine.
Veux-tu savoir leur A B C ?
Ami, c’est Amour, Baiser, Chaîne.

Le soleil dore une prison,
Un rosier parfume une geôle,
Et c’est là, vois-tu, la façon
Dont une fille nous enjôle.

Pris, on a sa pensée au vent
Et dans l’âme une sombre lyre,
Et bien souvent on pleure avant
Qu’on ait eu le temps de sourire.

Viens dans les prés, le gai printemps
Fait frissonner les vastes chênes,
L’herbe rit, les bois sont contents,
Chantons ! Oh, les claires fontaines !

Fuite En Sologne

Au poète Mérante.

I.

Ami, viens me rejoindre.
Les bois sont innocents.
Il est bon de voir poindre
L’aube des paysans.

Paris, morne et farouche,
Pousse des hurlements
Et se tord sous la douche
Des noirs événements.

Il revient, loi sinistre,
Étrange état normal !
À l’ennui par le cuistre
Et par le monstre au mal.

II.

J’ai fui ; viens. C’est dans l’ombre
Que nous nous réchauffons.
J’habite un pays sombre
Plein de rêves profonds.

Les récits de grand-mère
Et les signes de croix
Ont mis une chimère
Charmante dans les bois.

Ici, sous chaque porte,
S’assied le fabliau,
Nain du foyer qui porte
Perruque in-folio.

L’elfe dans les nymphées
Fait tourner ses fuseaux ;
Ici l’on a des fées
Comme ailleurs des oiseaux.

Le conte, aimé des chaumes,
Trouve au bord des chemins,
Parfois, un nid de gnomes
Qu’il prend dans ses deux mains.

Les follets sont des drôles
Pétris d’ombre et d’azur
Qui font au creux des saules
Un flamboiement obscur.

Le faune aux doigts d’écorce
Rapproche par moments
Sous la table au pied torse
Les genoux des amants.

Le soir un lutin cogne
Aux plafonds des manoirs ;
Les étangs de Sologne
Sont de pâles miroirs.

Les nénuphars des berges
Me regardent la nuit ;
Les fleurs semblent des vierges ;
L’âme des choses luit.

III.

Cette bruyère est douce ;
Ici le ciel est bleu,
L’homme vit, le blé pousse
Dans la bonté de Dieu.

J’habite sous les chênes
Frémissants et calmants ;
L’air est tiède, et les plaines
Sont des rayonnements.

Je me suis fait un gîte
D’arbres, sourds à nos pas ;
Ce que le vent agite,
L’homme ne l’émeut pas.

Le matin, je sommeille
Confusément encor.
L’aube arrive vermeille
Dans une gloire d’or.

— Ami, dit la ramée,
Il fait jour maintenant. —
Une mouche enfermée
M’éveille en bourdonnant.

IV.

Viens, loin des catastrophes,
Mêler sous nos berceaux
Le frisson de tes strophes
Au tremblement des eaux.

Viens, l’étang solitaire
Est un poème aussi.
Les lacs ont le mystère,
Nos coeurs ont le souci.

Tout comme l’hirondelle,
La stance quelquefois
Aime à mouiller son aile
Dans la mare des bois.

C’est, la tête inondée
Des pleurs de la forêt,
Que souvent le spondée
À Virgile apparaît.

C’est des sources, des îles,
Du hêtre et du glaïeul
Que sort ce tas d’idylles
Dont Tityre est l’aïeul.

Segrais, chez Pan son hôte,
Fit un livre serein
Où la grenouille saute
Du sonnet au quatrain.

Pendant qu’en sa nacelle
Racan chantait Babet,
Du bec de la sarcelle
Une rime tombait.

Moi, ce serait ma joie
D’errer dans la fraîcheur
D’une églogue où l’on voie
Fuir le martin-pêcheur.

L’ode même, superbe,
Jamais ne renia
Toute cette grande herbe
Où rit Titania.

Ami, l’étang révèle
Et mêle, brin à brin,
Une flore nouvelle
Au vieil alexandrin.

Le style se retrempe
Lorsque nous le plongeons
Dans cette eau sombre où rampe
Un esprit sous les joncs.

Viens, pour peu que tu veuilles
Voir croître ton vers
La sphaigne aux larges feuilles
Et les grands roseaux verts.

Gare !

On a peur, tant elle est belle !
Fût-on don Juan ou Caton.
On la redoute rebelle ;
Tendre, que deviendrait-on ?

Elle est joyeuse et céleste !
Elle vient de ce Brésil
Si doré qu’il fait du reste
De l’univers un exil.

À quatorze ans épousée,
Et veuve au bout de dix mois.
Elle a toute la rosée
De l’aurore au fond des bois.

Elle est vierge ; à peine née.
Son mari fut un vieillard ;
Dieu brisa cet hyménée
De Trop tôt avec Trop tard.

Apprenez qu’elle se nomme
Doña Rosita Rosa ;
Dieu, la destinant à l’homme,
Aux anges la refusa.

Elle est ignorante et libre,
Et sa candeur la défend.
Elle a tout, accent qui vibre,
Chanson triste et rire enfant,

Tout, le caquet, le silence,
Ces petits pieds familiers
Créés pour l’invraisemblance
Des romans et des souliers,

Et cet air des jeunes Èves
Qu’on nommait jadis fripon,
Et le tourbillon des rêves
Dans les plis de son jupon.

Cet être qui nous attire,
Agnès cousine d’Hébé,
Enivrerait un satyre,
Et griserait un abbé.

Devant tant de beautés pures,
Devant tant de frais rayons,
La chair fait des conjectures
Et l’âme des visions.

Au temps présent l’eau saline,
La blanche écume des mers
S’appelle la mousseline ;
On voit Vénus à travers.

Le réel fait notre extase ;
Et nous serions plus épris
De voir Ninon sous la gaze
Que sous la vague Cypris.

Nous préférons la dentelle
Au flot diaphane et frais ;
Vénus n’est qu’une immortelle ;
Une femme, c’est plus près.

Celle-ci, vers nous conduite
Comme un ange retrouvé,
Semble à tous les coeurs la suite
De leur songe inachevé.

L’âme admire, enchantée
Par tout ce qu’a de charmant
La rêverie ajoutée
Au vague éblouissement.

Quel danger ! on la devine.
Un nimbe à ce front vermeil !
Belle, on la rêve divine,
Fleur, on la rêve soleil.

Elle est lumière, elle est onde,
On la contemple. On la croit
Reine et fée, et mer profonde
Pour les perles qu’on y voit.

Gare, Arthur ! gare, Clitandre !
Malheur à qui se mettait
À regarder d’un air tendre
Ce mystérieux attrait !

L’amour, où glissent les âmes,
Est un précipice ; on a
Le vertige au bord des femmes
Comme au penchant de l’Etna.

On rit d’abord. Quel doux rire !
Un jour, dans ce jeu charmant,
On s’aperçoit qu’on respire
Un peu moins facilement.

Ces feux-là troublent la tête.
L’imprudent qui s’y chauffait
S’éveille à moitié poète
Et stupide tout à fait.

Plus de joie. On est la chose
Des tourments et des amours.
Quoique le tyran soit rose,
L’esclavage est noir toujours.

On est jaloux ; travail rude !
On n’est plus libre et vivant,
Et l’on a l’inquiétude
D’une feuille dans le vent.

On la suit, pauvre jeune homme !
Sous prétexte qu’il faut bien
Qu’un astre ait un astronome
Et qu’une femme ait un chien.

On se pose en loup fidèle ;
On est bête, on s’en aigrit,
Tandis qu’un autre, auprès d’elle,
Aimant moins, a plus d’esprit.

Même aux bals et dans les fêtes,
On souffre, fût-on vainqueur ;
Et voilà comment sont faites
Les aventures du coeur.

Cette adolescente est sombre
À cause de ses quinze ans
Et de tout ce qu’on voit d’ombre
Dans ses beaux yeux innocents.

On donnerait un empire
Pour tous ces chastes appas ;
Elle est terrible ; et le pire,
C’est qu’elle n’y pense pas.

Genio Libri

Ô toi qui dans mon âme vibres,
Ô mon cher esprit familier,
Les espaces sont clairs et libres ;
J’y consens, défais ton collier,

Mêle les dieux, confonds les styles,
Accouple au poean les agnus ;
Fais dans les grands cloîtres hostiles
Danser les nymphes aux seins nus.

Sois de France, sois de Corinthe,
Réveille au bruit de ton clairon
Pégase fourbu qu’on éreinte
Au vieux coche de Campistron.

Tresse l’acanthe et la liane ;
Grise l’augure avec l’abbé ;
Que David contemple Diane,
Qu’Actéon guette Bethsabé.

Du nez de Minerve indignée
Au crâne chauve de saint Paul
Suspends la toile d’araignée
Qui prendra les rimes au vol.

Fais rire Marion courbée
Sur les oegipans ahuris.
Cours, saute, emmène Alphésibée
Souper au Café de Paris.

Sois gai, hardi, glouton, vorace ;
Flâne, aime ; sois assez coquin
Pour rencontrer parfois Horace
Et toujours éviter Berquin.

Peins le nu d’après l’Homme antique,
Païen et biblique à la fois,
Constate la pose plastique
D’Ève ou de Rhée au fond des bois.

Des amours observe la mue.
Défais ce que les pédants font,
Et, penché sur l’étang, remue
L’art poétique jusqu’au fond.

Trouble La Harpe, ce coq d’Inde,
Et Boileau, dans leurs sanhédrins ;
Saccage tout ; jonche le Pinde
De césures d’alexandrins.

Prends l’abeille pour soeur jumelle ;
Aie, ô rôdeur du frais vallon,
Un alvéole à miel, comme elle,
Et, comme elle, un brave aiguillon.

Plante là toute rhétorique,
Mais au vieux bon sens fais écho ;
Monte en croupe sur la bourrique,
Si l’ânier s’appelle Sancho.

Qu’Argenteuil soit ton Pausilippe.
Sois un peu diable, et point démon,
Joue, et pour Fanfan la Tulipe
Quitte Ajax fils de Télamon.

Invente une églogue lyrique
Prenant terre au bois de Meudon,
Où le vers danse une pyrrhique
Qui dégénère en rigodon.

Si Loque, Coche, Graille et Chiffe
Dans Versailles viennent à toi,
Présente galamment la griffe
À ces quatre filles de roi.

Si Junon s’offre, fais ta tâche ;
Fête Aspasie, admets Ninon ;
Si Goton vient, sois assez lâche
Pour rire et ne pas dire : Non.

Sois le chérubin et l’éphèbe.
Que ton chant libre et disant tout
Vole, et de la lyre de Thèbe
Aille au mirliton de Saint-Cloud.

Qu’en ton livre, comme au bocage,
On entende un hymne, et jamais
Un bruit d’ailes dans une cage !
Rien des bas-fonds, tout des sommets !

Fais ce que tu voudras, qu’importe !
Pourvu que le vrai soit content ;
Pourvu que l’alouette sorte
Parfois de ta strophe en chantant ;

Pourvu que Paris où tu soupes
N’ôte rien à ton naturel ;
Que les déesses dans tes groupes
Gardent une lueur du ciel ;

Pourvu que la luzerne pousse
Dans ton idylle, et que Vénus
Y trouve une épaisseur de mousse
Suffisante pour ses pieds nus ;

Pourvu que Grimod la Reynière
Signale à Brillat-Savarin
Une senteur de cressonnière
Mêlée à ton hymne serein ;

Pourvu qu’en ton poème tremble
L’azur réel des claires eaux ;
Pourvu que le brin d’herbe semble
Bon au nid des petits oiseaux ;

Pourvu que Psyché soit baisée
Par ton souffle aux cieux réchauffé ;
Pourvu qu’on sente la rosée
Dans ton vers qui boit du café.

Fêtes De Village En Plein Air

Le bal champêtre est sous la tente.
On prend en vain des airs moqueurs ;
Toute une musique flottante
Passe des oreilles aux coeurs.

On entre, on fait cette débauche
De voir danser en plein midi
Près d’une Madelon point gauche
Un Gros-Pierre point engourdi.

On regarde les marrons frire ;
La bière mousse, et les plateaux
Offrent aux dents pleines de rire
Des mosaïques de gâteaux.

Le soir on va dîner sur l’herbe ;
On est gai, content, berger, roi,
Et, sans savoir comment, superbe,
Et tendre, sans savoir pourquoi.

Feuilles vertes et nappes blanches ;
Le couchant met le bois en feu ;
La joie ouvre ses ailes franches :
Comme le ciel immense est bleu !

Écrit En 1827

I.

Je suis triste quand je vois l’homme.
Le vrai décroît dans les esprits.
L’ombre qui jadis noya Rome
Commence à submerger Paris.

Les rois sournois, de peur des crises,
Donnent aux peuples un calmant.
Ils font des boîtes à surprises
Qu’ils appellent charte et serment.

Hélas ! nos anges sont vampires ;
Notre albâtre vaut le charbon ;
Et nos meilleurs seraient les pires
D’un temps qui ne serait pas bon.

Le juste ment, le sage intrigue ;
Notre douceur, triste semblant,
N’est que la peur de la fatigue
Qu’on aurait d’être violent.

Notre austérité frelatée
N’admet ni Hampden ni Brutus ;
Le syllogisme de l’athée
Est à l’aise dans nos vertus.

Sur l’honneur mort la honte flotte.
On voit, prompt à prendre le pli,
Se recomposer en ilote
Le Spartiate démoli.

Le ciel blêmit ; les fronts végètent ;
Le pain du travailleur est noir ;
Et des prêtres insulteurs jettent
De la fange avec l’encensoir.

C’est à peine, ô sombres années !
Si les yeux de l’homme obscurcis,
L’aube et la raison condamnées,
Obtiennent de l’ombre un sursis.

Le passé règne ; il nous menace ;
Le trône est son premier sujet ;
Apre, il remet sa dent tenace
Sur l’esprit humain qu’il rongeait.

Le prince est bonhomme ; la rue
Est pourtant sanglante. – Bravo !
Dit Dracon. – La royauté grue
Monte sur le roi soliveau.

Les actions sont des cloaques,
Les consciences des égouts ;
L’un vendrait la France aux cosaques,
L’autre vendrait l’âme aux hiboux.

La religion sombre emploie
Pour le sang, la guerre et le fer,
Les textes du ciel qu’elle ploie
Au sens monstrueux de l’enfer.

La renommée aux vents répète
Des noms impurs soir et matin,
Et l’on peut voir à sa trompette
De la salive d’Arétin.

La fortune, reine enivrée,
De ce vieux Paris, notre aïeul,
Lui met une telle livrée
Qu’on préférerait le linceul.

La victoire est une drôlesse ;
Cette vivandière au flanc nu
Rit de se voir mener en laisse
Par le premier goujat venu.

Point de Condés, des La Feuillades ;
Mars et Vénus dans leur clapier ;
Je n’admire point les oeillades
De cette fille à ce troupier.

Partout l’or sur la pourriture,
L’idéal en proie aux moqueurs,
Un abaissement de stature
D’accord avec la nuit des coeurs.

II.

Mais tourne le dos, ma pensée !
Viens ; les bois sont d’aube empourprés
Sois de la fête ; la rosée
T’a promise à la fleur des prés.

Quitte Paris pour la feuillée.
Une haleine heureuse est dans l’air ;
La vaste joie est réveillée ;
Quelqu’un rit dans le grand ciel clair.

Viens sous l’arbre aux voix étouffées,
Viens dans les taillis pleins d’amour
Où la nuit vont danser les fées
Et les paysannes le jour.

Viens, on t’attend dans la nature.
Les martinets sont revenus ;
L’eau veut te conter l’aventure
Des bas ôtés et des pieds nus.

C’est la grande orgie ingénue
Des nids, des ruisseaux, des forêts,
Des rochers, des fleurs, de la nue ;
La rose a dit que tu viendrais.

Quitte Paris. La plaine est verte ;
Le ciel, cherché des yeux en pleurs,
Au bord de sa fenêtre ouverte
Met avril, ce vase de fleurs.

L’aube a voulu, l’aube superbe,
Que pour toi le champ s’animât.
L’insecte est au bout du brin d’herbe
Comme un matelot au grand mât.

Que t’importe Fouché de Nantes
Et le prince de Bénévent !
Les belles mouches bourdonnantes
Emplissent l’azur et le vent.

Je ne comprends plus tes murmures
Et je me déclare content
Puisque voilà les fraises mûres
Et que l’iris sort de l’étang.

III.

Fuyons avec celle que j’aime.
Paris trouble l’amour. Fuyons.
Perdons-nous dans l’oubli suprême
Des feuillages et des rayons.

Les bois sont sacrés ; sur leurs cimes
Resplendit le joyeux été ;
Et les forêts sont des abîmes
D’allégresse et de liberté.

Toujours les coeurs les plus moroses
Et les cerveaux les plus boudeurs
Ont vu le bon côté des choses
S’éclairer dans les profondeurs.

Tout reluit ; le matin rougeoie ;
L’eau brille ; on court dans le ravin ;
La gaieté monte sur la joie
Comme la mousse sur le vin.

La tendresse sort des corolles ;
Le rosier a l’air d’un amant.
Comme on éclate en choses folles,
Et comme on parle innocemment !

Ô fraîcheur du rire ! ombre pure !
Mystérieux apaisement !
Dans l’immense lueur obscure
On s’emplit d’éblouissement.

Adieu les vains soucis funèbres !
On ne se souvient que du beau.
Si toute la vie est ténèbres,
Toute la nature est flambeau.

Qu’ailleurs la bassesse soit grande,
Que l’homme soit vil et bourbeux,
J’en souris, pourvu que j’entende
Une clochette au cou des boeufs.

Il est bien certain que les sources,
Les arbres pleins de doux ébats,
Les champs, sont les seules ressources
Que l’âme humaine ait ici-bas.

Ô solitude, tu m’accueilles
Et tu m’instruis sous le ciel bleu ;
Un petit oiseau sous les feuilles,
Chantant, suffit à prouver Dieu.