Skip to content

Recueil : Les charmeuses

Trois Vieilles

I. Le prêtre avait béni l’enfant qu’on enterrait… — Trois vieilles sœurs buvaient au fond d’un cabaret. Depuis dix ans les sœurs ne s’étaient rencontrées Qu’une fois ; les soleils de Paris sont trop courts : On se voit quand on peut dans la suite des jours, Comme des voyageurs…

Sous Les Hêtres

À Francis Blin. Las du rail continu, du sifflet des machines, Conduit par mes deux pieds, comme un simple marcheur, J’aime à vivre en plein bois dans l’herbe des ravines, Enveloppé d’oubli, de calme et de fraîcheur. Là jamais aucun bruit des wagons ni des cloches ; Pas même l’Angélus…

Soirée D’hiver

À Édouard Leconte. Au coucher du soleil, toute la forêt semble Dans le recueillement : touffes de chênes roux, Petits genévriers, maigres buissons de houx, N’ont pas dans la lumière une feuille qui tremble. On n’entend qu’un oiseau, travailleur attardé, Dans le canton lointain des châtaigniers antiques ; On écoute…

Rosaire D’amour

J’aime tes belles mains longues et paresseuses, Qui, pareilles au lis, n’ont jamais travaillé, Mais savent le secret des musiques berceuses Qui parlent à voix lente au cœur émerveillé. — J’aime tes belles mains longues et paresseuses. J’aime tes petits pieds vifs et spirituels, Petits pieds éloquents de la cheville…

Retour

À Alex de Bertha. L’absent qu’on n’osait plus attendre est revenu. Sans bruit il a poussé la porte. Son chien, aveugle et sourd, au flair l’a reconnu, Et par la grande cour l’escorte. L’enfant blond d’autrefois est un homme aujourd’hui. Par delà l’Equateur sa trentaine est sonnée, Et voilà bien…

Promenade

Lace tes brodequins, ma belle, et partons vite. Noue en un seul bouquet tes cheveux châtain-clair. Nous irons par les bois. — Le ciel bleu nous invite. C’est déjà le printemps qu’on respire dans l’air. Nous prendrons, si tu veux, ce petit chemin jaune Qui, sous les bouleaux blancs, court…

Printemps

À Adolphe Magu. Les amoureux ne vont pas loin : On perd du temps aux longs voyages. Les bords de l’Yvette ou du Loing Pour eux ont de frais paysages. Ils marchent à pas cadencés Dont le cœur règle l’harmonie, Et vont l’un à l’autre enlacés En suivant leur route…

Paysage Normand

À Ernest Chesneau. J’aime à suivre le bord des petites rivières Qui cheminent sans bruit dans les bas-fonds herbeux. À leur fil d’argent clair viennent boire les bœufs, Et tournoyer le vol des jaunes lavandières. J’en sais qui passent loin des grands fleuves bourbeux, Diaphanes miroirs des plantes printanières, Et…

Nuit Tombante

À Jules de Blanzay. Dans les eaux sans reflet d’une boueuse mare, Le froid soleil d’hiver, brusquement descendu, Comme un astre honteux de sa lumière avare. Sous un tas de roseaux frissonnants s’est perdu. Je reconnais encor, dans une vapeur grise, Un rang de peupliers qui se profile en noir.…

Lilia

À Théodore de Banville. Le char s’en va, conduit par quatre chevaux blancs, Sans taches, deux de front, tous quatre ressemblants. L’hiver a déroulé son grand tapis de neige, Où des vierges sans bruit chemine le cortège, En fourrure d’hermine, en robes de satin, Les pleurs glacés dans l’œil par…

Matin D’octobre

À Jules Breton. Le soleil s’est levé rouge comme une sorbe Sur un étang des bois : — il arrondit son orbe Dans le ciel embrumé, comme un astre qui dort ; Mais le voilà qui monte en éclairant la brume, Et le premier rayon qui brusquement s’allume À toute…

Marine

À L. G. de Bellée. Au fond d’un lointain souvenir, Je revois, comme dans un rêve, Entre deux rocs, sur une grève, Une langue de mer bleuir. Ce pauvre coin de paysage Vu de très loin apparaît mieux, Et je n’ai qu’à fermer les yeux Pour éclairer la chère image.…

Baigneuse

Si je suis reine au bal dans ma robe traînante, Noyant mon petit pied dans un flot de velours, Je suis belle en sortant de mes grands cerceaux lourds : Je n’ai rien à gagner dans leur prison gênante. Voyant mes cheveux d’or ondoyer sur mes reins, La Vénus à…

L’étoile Du Berger

À Sainte-Beuve. LE BERGER. Étoile du berger, si tu voulais m’entendre, Toi qui brilles là-haut comme un pur diamant ; Où mon œil n’atteint pas, ton regard peut descendre. Par cette belle nuit tu verras clairement… L’ÉTOILE. Je vois plusieurs pays… Lequel regarderai-je ? LE BERGER. Le pays au delà…

Les Gardiens Du Feu

À Saint-René Taillandier. I. En décembre les jours sont de courte durée, Notre zone brumeuse est à peine éclairée : À la pointe du Raz, dès quatre heures du soir, Le soleil tombe en mer, la nuit jette son voile ; Et jusqu’au lendemain pas un rayon d’étoile. Sur la…