Skip to content

Recueil : Les chimères

Myrtho

Je pense à toi, Myrtho, divine enchanteresse, Au Pausilippe altier, de mille feux brillant, À ton front inondé des clartés de l’Orient, Aux raisins noirs mêlés avec l’or de ta tresse. C’est dans ta coupe aussi que j’avais bu l’ivresse, Et dans l’éclair furtif de ton oeil souriant, Quand aux…

La Tête Armée

Napoléon mourant vit une Tête armée… Il pensait à son fils déjà faible et souffrant : La Tête, c’était donc sa France bien-aimée, Décapitée aux pieds du César expirant. Dieu, qui jugeait cet homme et cette renommée, Appela Jésus-Christ ; mais l’abîme s’ouvrant, Ne rendit qu’un vain souffle, un spectre…

Horus

Le dieu Kneph en tremblant ébranlait l’univers Isis, la mère, alors se leva sur sa couche, Fit un geste de haine à son époux farouche, Et l’ardeur d’autrefois brilla dans ses yeux verts.  » Le voyez-vous, dit-elle, il meurt, ce vieux pervers, Tous les frimas du monde ont passé par sa…

Érythréa

Colonne de Saphir, d’arabesques brodée – Reparais ! Les Ramiers pleurent cherchant leur nid : Et, de ton pied d’azur à ton front de granit Se déroule à longs plis la pourpre de Judée ! Si tu vois Bénarès sur son fleuve accoudée Prends ton arc et revifts ton corset…

Artémis

La Treizième revient C’est encor la première ; Et c’est toujours la Seule, ou c’est le seul moment : Car es-tu Reine, ô Toi! la première ou dernière ? Es-tu Roi, toi le seul ou le dernier amant ? Aimez qui vous aima du berceau dans la bière ; Celle…

Antéros

Tu demandes pourquoi j’ai tant de rage au coeur Et sur un col flexible une tête indomptée ; C’est que je suis issu de la race d’Antée, Je retourne les dards contre le dieu vainqueur. Oui, je suis de ceux-là qu’inspire le Vengeur, Il m’a marqué le front de sa…

À Madame Sand

 » Ce roc voûté par art, chef-d’oeuvre d’un autre âge, Ce roc de Tarascon hébergeait autrefois Les géants descendus des montagnes de Foix, Dont tant d’os excessifs rendent sûr témoignage.  » O seigneur Du Bartas ! Je suis de ton lignage, Moi qui soude mon vers à ton vers d’autrefois ; Mais…

À Madame Aguado

Colonne de saphir, d’arabesques brodée, Reparais ! Les ramiers s’envolent de leur nid ; De ton bandeau d’azur à ton pied de granit Se déroule à longs plis la pourpre de Judée. Si tu vois Bénarès, sur son fleuve accoudée, Détache avec ton arc ton corset d’or bruni Car je…

À J.-y. Colonna

La connais-tu, Daphné, cette vieille romance Au pied du sycomore ou sous les mûriers blancs, Sous l’olivier plaintif, ou les saules tremblants, Cette chanson d’amour, qui toujours recommence ? Reconnais-tu le Temple au péristyle immense, Et les citrons amers où s’imprimaient tes dents, Et la grotte fatale aux hôtes imprudents…

Vénus

Le feuillage lascif et chaud brûle les ailes Des oiseaux dont le chœur éclate dans la nuit ; Le rossignol redit cent fois : les fleurs sont belles. L’oiseau qui ne sait pas de chansons fait du bruit. L’amour fait palpiter sous leurs robes nouvelles Le buisson qui gazouille et…

Paganisme

Pour les rêveurs, la source a toujours sa naïade Songeuse avec son cou flexible et ses yeux verts. Avec sa lèvre humide, avec ses bras ouverts Au jeune athlète lier des poussières du stade. Les bois cachent encor la cynique pléiade Des vieux faunes cornus, malhabiles aux vers Et des…

Passe-port

Nez moyen. Œil très-noir. Vingt ans. Parisienne Les cheveux bien plantés sur un front un peu bas. Nom simple et très joli, que je ne dirai pas. Signe particulier : ta maîtresse, ou la mienne. Une grâce, charmante et tout à fait païenne ; L’allure d’un oiseau qui retient ses…

Printemps Passé

Comme elle était si jeune et qu’elle était si blonde, Comme elle avait la peau si blanche et l’œil si noir, Je me laissai mener, docile, par l’espoir D’engourdir ma rancœur sur sa poitrine ronde. Son regard où dormait la volupté profonde M’attirait lentement ; et, sans m’apercevoir Que l’image…