Skip to content

Recueil : Les consolations

La Harpe Éolienne

À mon ami Victor Pavie ; traduit de Coleridge Ô pensive Sara, quand ton beau front qui penche, Léger comme l’oiseau qui s’attache à la branche, Repose sur mon bras, et que je tiens ta main, Il m’est doux, sur le banc tapissé de jasmin, À travers les rosiers, derrière…

À Victor Hugo (ii)

Votre génie est grand, Ami ; votre penser Monte, comme Élysée, au char vivant d’Élie ; Nous sommes devant vous comme un roseau qui plie ; Votre souffle en passant pourrait nous renverser. Mais vous prenez bien garde, Ami, de nous blesser ; Noble et tendre, jamais votre amitié n’oublie…

À Alfred De Vigny

Autour de vous, Ami, s’amoncelle l’orage : La jalousie éteinte a rallumé sa rage, Et, vous voyant tenter la scène et l’envahir, Ils se sont à l’envi remis à vous haïr. Honneur à vous ! De peur qu’un éclatant spectacle De l’art régénéré n’achève le miracle Et ne montre en…

À Victor Hugo

Ami, d’où nous viens-tu, tremblant, pâle, effaré, Tes blonds cheveux épars et d’un blond plus doré, Comme ceux que Rubens et Rembrandt à leurs anges Sonnent en leurs tableaux par des teintes étranges ? Ami, d’où nous viens-tu ? d’où la froide sueur De ta main qui me presse, et…

À Mon Ami Leroux

 » Ma barque est tout-à-l’heure aux bornes de la vie ; Le ciel devient plus sombre et le flot plus dormant ; Je touche aux bords où vont chercher leur jugement Celui qui marche droit et celui qui dévie. Oh ! quelle ombre ici-bas mon âme a poursuivie ! Elle…