Skip to content

Recueil : Les Destinées

La Bouteille À La Mer

Conseil à un jeune homme inconnu I Courage, ô faible enfant, de qui ma solitude Reçoit ces chants plaintifs, sans nom, que vous jetez Sous mes yeux ombragés du camail de l’étude. Oubliez les enfants par la mort arrêtés ; Oubliez Chatterton, Gilbert et Malfilâtre ; De l’œuvre d’avenir saintement…

La Colère De Samson

Le désert est muet, la tente est solitaire. Quel Pasteur courageux la dressa sur la terre Du sable et des lions ? — La nuit n’a pas calmé La fournaise du jour dont l’air est enflammé. Un vent léger s’élève à l’horizon et ride Les flots de la poussière ainsi…

La Flûte

I Un jour je vis s’asseoir au pied de ce grand arbre Un Pauvre qui posa sur ce vieux banc de marbre Son sac et son chapeau, s’empressa d’achever Un morceau de pain noir, puis se mit à rêver. Il paraissait chercher dans les longues allées Quelqu’un pour écouter ses…

La Maison Du Berger

À Éva I Si ton cœur, gémissant du poids de notre vie, Se traîne et se débat comme un aigle blessé, Portant comme le mien, sur son aile asservie, Tout un monde fatal, écrasant et glacé ; S’il ne bat qu’en saignant par sa plaie immortelle, S’il ne voit plus…

La Mort Du Loup

I Les nuages couraient sur la lune enflammée Comme sur l’incendie on voit fuir la fumée, Et les bois étaient noirs jusques à l’horizon. Nous marchions, sans parler, dans l’humide gazon, Dans la bruyère épaisse et dans les hautes brandes, Lorsque, sous des sapins pareils à ceux des Landes Nous…

La Sauvage

I Solitudes que Dieu fit pour le Nouveau Monde, Forêts, vierges encor, dont la voûte profonde A d’éternelles nuits que les brûlants soleils N’éclairent qu’en tremblant par deux rayons vermeils (Car le couchant peut seul et seule peut l’aurore Glisser obliquement aux pieds du sycomore), Pour qui, dans l’abandon, soupirent…

Le Mont Des Oliviers

I Alors il était nuit et Jésus marchait seul, Vêtu de blanc ainsi qu’un mort de son linceul ; Les disciples dormaient au pied de la colline. Parmi les oliviers, qu’un vent sinistre incline, Jésus marche à grands pas en frissonnant comme eux ; Triste jusqu’à la mort ; l’œil…

Les Destinées

C’était écrit ! Depuis le premier jour de la création, Les pieds lourds et puissants de chaque Destinée Pesaient sur chaque tête et sur toute action. Chaque front se courbait et traçait sa journée, Comme le front d’un bœuf creuse un sillon profond Sans dépasser la pierre où sa ligne…

Les Oracles

DESTINÉE D’UN ROI I Ainsi je t’appelais au port et sur la terre, Fille de l’Océan, je te montrais mes bois. J’y roulais la maison errante et solitaire. — Des dogues révoltés j’entendais les abois. — Je voyais, au sommet des longues galeries — L’anonyme drapeau des vieilles Tuileries Déchiré…

L’esprit Pur

À Éva I Si l’Orgueil prend ton coeur quand le Peuple me nomme, Que de mes livres seuls te vienne ta fierté. J’ai mis sur le cimier doré du Gentilhomme Une plume de fer qui n’est pas sans beauté. J’ai fait illustre un nom qu’on m’a transmis sans gloire. Qu’il…

Wanda

Histoire russe CONVERSATION AU BAL À PARIS I UN FRANÇAIS. Qui donc vous a donné ces bagues enchantées Que vous ne touchez pas sans un air de douleur ? Vos mains, par ces rubis, semblent ensanglantées. Ces cachets grecs, ces croix, souvenirs d’un malheur, Sont-ils chers et cruels ? sont-ils…