Skip to content

Recueil : Les épreuves

Une Damnée

Sonnet. La forge fait son bruit, pleine de spectres noirs. Le pilon monstrueux, la scie âpre et stridente, L’indolente cisaille atrocement mordante, Les lèvres sans merci des fougueux laminoirs, Tout hurle, et dans cet antre, où les jours sont des soirs Et les nuits des midis d’une rougeur ardente, On…

Profanation

Sonnet. Beauté qui rends pareils à des temples les corps, Es-tu donc à ce point par les dieux conspuée De descendre du ciel sur la prostituée, De prêter ta splendeur vivante à des cœurs morts ? Faite pour revêtir les cœurs chastes et forts, D’habitants à ta taille es-tu si…

Réalisme

Sonnet. Elle part, mais je veux, à mon amour fidèle, La garder tout entière en un pieux portrait, Portrait naïf où rien ne me sera soustrait Des grâces, des défauts, chers aussi, du modèle. Arrière les pinceaux ! sur la toile cruelle Le profane idéal du peintre sourirait : C’est…

Repos

Sonnet. Ni l’amour ni les dieux ! Ce double mal nous tue. Je ne poursuivrai plus la guêpe du baiser, Et, las d’approfondir, je veux me reposer De l’ingrate besogne où mon front s’évertue. Ni l’amour ni les dieux ! Qu’enfin je m’habitue À ne sentir jamais le désir m’embraser,…

Rouge Ou Noire

Sonnet. Pascal ! pour mon salut à quel dieu dois-je croire ? — Tu doutes ? crois au mien, c’est le moins hasardeux, Il est ou non : forcé d’avouer l’un des deux, Parie. À l’infini court la rouge ou la noire. Tu risques le plaisir pour l’immortelle gloire ;…

Sépulture

Sonnet. Ils m’ont dit :  » Le secret est la marque des forts : Tu n’as pas respecté la peine de ta vie, Tu ne l’as point aux yeux stoïquement ravie.  » Ah ! combien mes aveux m’ont coûté plus d’efforts ! Pour sauver une forme éphémère et chérie, Le…

Sieste

Sonnet. Je passerai l’été dans l’herbe, sur le dos, La nuque dans les mains, les paupières mi-closes, Sans mêler un soupir à l’haleine des roses Ni troubler le sommeil léger des clairs échos. Sans peur je livrerai mon sang, ma chair, mes os, Mon être, au cours de l’heure et…

Sur L’eau

Sonnet. Je n’entends que le bruit de la rive et de l’eau, Le chagrin résigné d’une source qui pleure Ou d’un rocher qui verse une larme par heure, Et le vague frisson des feuilles de bouleau. Je ne sens pas le fleuve entraîner le bateau, Mais c’est le bord fleuri…

Tombeau

Sonnet. L’homme qu’on a cru mort, de son sommeil profond S’éveille. Un frisson court dans sa chair engourdie ; Il appelle. Personne ! Et sa plainte assourdie Lui semble retomber d’un étrange plafond. Seul dans le vide épais que les ténèbres font, Il écoute, et, roulant pleine de léthargie Sa…

Tout Ou Rien

Sonnet. J’ai deux tentations, fortes également, Le duvet de la rose et le crin du cilice : Une rose du moins qui jamais ne se plisse, Un cilice qui morde opiniâtrement ; Car les répits ne font qu’attiser le tourment, Et le plus léger trouble est le pire supplice, S’il…

Trahison

Sonnet. Quand on a tant aimé, c’est un rude réveil ! Tu t’es cru dans un nid semblable aux nids des haies, Caché, sûr et profond. Vain songe ! Tu t’effraies D’avoir osé dormir ce dangereux sommeil. La foi, bonne ou mauvaise, a donc un front pareil ! Tu ne…

Un Bonhomme

Sonnet. C’était un homme doux, de chétive santé, Qui, tout en polissant des verres de lunettes, Mit l’essence divine en formules très nettes, Si nettes que le monde en fut épouvanté. Ce sage démontrait avec simplicité Que le bien et le mal sont d’antiques sornettes Et les libres mortels d’humbles…

Un Songe

Sonnet. Le laboureur m’a dit en songe :  » Fais ton pain, Je ne te nourris plus, gratte la terre et sème.  » Le tisserand m’a dit :  » Fais tes habits toi-même.  » Et le maçon m’a dit :  » Prends ta truelle en main.  » Et seul, abandonné…

Où Vont-ils

Sonnet. Ceux qui sont morts d’amour ne montent pas au ciel : Ils n’auraient plus les soirs, les sentiers, les ravines, Et ne goûteraient pas, aux demeures divines, Un miel qui du baiser pût effacer le miel. Ils ne descendent pas dans l’enfer éternel : Car ils se sont brûlés…

Les Blessures

Sonnet. Le soldat frappé tombe en poussant de grands cris ; On l’emporte ; le baume assainit la blessure, Elle se ferme un jour ; il marche, il se rassure, Et, par un beau soleil, il croit ses maux guéris. Mais, au premier retour d’un ciel humide et gris, De…