Un Fou Et Un Sage

Certain Fou poursuivait à coups de pierre un Sage.

Le Sage se retourne et lui dit : Mon ami,

C’est fort bien fait à toi ; reçois cet écu-ci :

Tu fatigues assez pour gagner davantage.

Toute peine, dit-on, est digne de loyer.

Vois cet homme qui passe ; il a de quoi payer.

Adresse-lui tes dons, ils auront leur salaire.

Amorcé par le gain, notre Fou s’en va faire

Même insulte à l’autre Bourgeois.

On ne le paya pas en argent cette fois.

Maint estafier accourt ; on vous happe notre homme,

On vous l’échine, on vous l’assomme.

Auprès des Rois il est de pareils fous :

A vos dépens ils font rire le Maître.

Pour réprimer leur babil, irez-vous

Les maltraiter ? Vous n’êtes pas peut-être

Assez puissant. Il faut les engager

A s’adresser à qui peut se venger.

Pour Monseigneur Le Duc De Maine

Jupiter eut un fils, qui, se sentant du lieu

Dont il tirait son origine,

Avait l’âme toute divine.

L’enfance n’aime rien : celle du jeune Dieu

Faisait sa principale affaire

Des doux soins d’aimer et de plaire.

En lui l’amour et la raison

Devancèrent le temps, dont les ailes légères

N’amènent que trop tôt, hélas ! chaque saison.

Flore aux regards riants, aux charmantes manières,

Toucha d’abord le coeur du jeune Olympien.

Ce que la passion peut inspirer d’adresse,

Sentiments délicats et remplis de tendresse,

Pleurs, soupirs, tout en fut : bref, il n’oublia rien.

Le fils de Jupiter devait par sa naissance

Avoir un autre esprit, et d’autres dons des Cieux,

Que les enfants des autres Dieux.

Il semblait qu’il n’agît que par réminiscence,

Et qu’il eût autrefois fait le métier d’amant,

Tant il le fit parfaitement.

Jupiter cependant voulut le faire instruire.

Il assembla les Dieux, et dit : J’ai su conduire

Seul et sans. compagnon jusqu’ici l’Univers,

Mais il est des emplois divers

Qu’aux nouveaux Dieux je distribue.

Sur cet enfant chéri j’ai donc jeté la vue :

C’est mon sang ; tout est plein déjà de ses Autels.

Afin de mériter le sang des immortels,

Il faut qu’il sache tout. Le maître du Tonnerre

Eut à peine achevé, que chacun applaudit.

Pour savoir tout, l’enfant n’avait que trop d’esprit.

Je veux, dit le Dieu de la guerre,

Lui montrer moi-même cet art

Par qui maints héros ont eu part

Aux honneurs de l’Olympe et grossi cet empire.

– Je serai son maître de lyre,

Dit le blond et docte Apollon.

– Et moi, reprit Hercule à la peau de Lion,

Son maître à surmonter les vices,

A dompter les transports, monstres empoisonneurs,

Comme Hydres renaissants sans cesse dans les coeurs :

Ennemi des molles délices,

Il apprendra de moi les sentiers peu battus

Qui mènent aux honneurs sur les pas des vertus.

Quand ce vint au Dieu de Cythère,

Il dit qu’il lui montrerait tout.

L’Amour avait raison : de quoi ne vient à bout

L’esprit joint au désir de plaire ?

Rien De Trop

Je ne vois point de créature

Se comporter modérément.

Il est certain tempérament

Que le maître de la nature

Veut que l’on garde en tout. Le fait-on ? Nullement.

Soit en bien, soit en mal, cela n’arrive guère.

Le blé, riche présent de la blonde Cérès

Trop touffu bien souvent épuise les guérets ;

En superfluités s’épandant d’ordinaire,

Et poussant trop abondamment,

Il ôte à son fruit l’aliment.

L’arbre n’en fait pas moins ; tant le luxe sait plaire !

Pour corriger le blé, Dieu permit aux moutons

De retrancher l’excès des prodigues moissons.

Tout au travers ils se jetèrent,

Gâtèrent tout, et tout broutèrent,

Tant que le Ciel permit aux Loups

D’en croquer quelques-uns : ils les croquèrent tous ;

S’ils ne le firent pas, du moins ils y tâchèrent.

Puis le Ciel permit aux humains

De punir ces derniers : les humains abusèrent

A leur tour des ordres divins.

De tous les animaux l’homme a le plus de pente

A se porter dedans l’excès.

Il faudrait faire le procès

Aux petits comme aux grands. Il n’est âme vivante

Qui ne pèche en ceci. Rien de trop est un point

Dont on parle sans cesse, et qu’on n’observe point.

Simonide Préservé Par Les Dieux

On ne peut trop louer trois sortes de personnes :

Les Dieux, sa Maîtresse, et son Roi.

Malherbe le disait ; j’y souscris quant à moi :

Ce sont maximes toujours bonnes.

La louange chatouille et gagne les esprits ;

Les faveurs d’une belle en sont souvent le prix.

Voyons comme les Dieux l’ont quelquefois payée.

Simonide avait entrepris

L’éloge d’un Athlète, et, la chose essayée,

Il trouva son sujet plein de récits tout nus.

Les parents de l’Athlète étaient gens inconnus,

Son père, un bon Bourgeois, lui sans autre mérite :

Matière infertile et petite.

Le Poète d’abord parla de son Héros.

Après en avoir dit ce qu’il en pouvait dire,

Il se jette à côté, se met sur le propos

De Castor et Pollux, ne manque pas d’écrire

Que leur exemple était aux lutteurs glorieux,

Elève leurs combats, spécifiant les lieux

Où ces frères s’étaient signalés davantage.

Enfin l’éloge de ces Dieux

Faisait les deux tiers de l’ouvrage.

L’Athlète avait promis d’en payer un talent ;

Mais quand il le vit, le galand

N’en donna que le tiers, et dit fort franchement

Que Castor et Pollux acquitassent le reste.

Faites-vous contenter par ce couple céleste.

Je vous veux traiter cependant :

Venez souper chez moi, nous ferons bonne vie.

Les conviés sont gens choisis,

Mes parents, mes meilleurs amis. Soyez donc de la compagnie.

Simonide promit. Peut-être qu’il eut peur

De perdre, outre son dû, le gré de sa louange.

Il vient, l’on festine, l’on mange.

Chacun étant en belle humeur,

Un domestique accourt, l’avertit qu’à la porte

Deux hommes demandaient à le voir promptement.

Il sort de table, et la cohorte

N’en perd pas un seul coup de dent.

Ces deux hommes étaient les gémeaux de l’éloge.

Tous deux lui rendent grâce ; et pour prix de ses vers,

Ils l’avertissent qu’il déloge,

Et que cette maison va tomber à l’envers.

La prédiction en fut vraie ;

Un pilier manque ; et le plafonds,

Ne trouvant plus rien qui l’étaie,

Tombe sur le festin, brise plats et flacons,

N’en fait pas moins aux Echansons.

Ce ne fut pas le pis ; car, pour rendre complète

La vengeance due au Poète,

Une poutre cassa les jambes à l’Athlète,

Et renvoya les conviés

Pour la plupart estropiés.

La renommée eut soin de publier l’affaire.

Chacun cria miracle. On doubla le salaire

Que méritaient les vers d’un homme aimé des Dieux.

Il n’était fils de bonne mère

Qui, les payant à qui mieux mieux,

Pour ses ancêtres n’en fit faire.

Je reviens à mon texte et dis premièrement

Qu’on ne saurait manquer de louer largement

Les Dieux et leurs pareils; de plus, que Melpomène

Souvent sans déroger trafique de sa peine ;

Enfin qu’on doit tenir notre art en quelque prix.

Les grands se font honneur dès lors qu’ils nous font grâce :

Jadis l’Olympe et le Parnasse

Etaient frères et bons amis.

Testament Expliqué Par Esope

Si ce qu’on dit d’Esope est vrai,

C’était l’Oracle de la Grèce :

Lui seul avait plus de sagesse

Que tout l’Aréopage. En voici pour essai

Une histoire des plus gentilles,

Et qui pourra plaire au Lecteur.
Un certain homme avait trois filles,

Toutes trois de contraire humeur :

Une buveuse, une coquette,

La troisième avare parfaite.

Cet homme, par son Testament,

Selon les Lois municipales,

Leur laissa tout son bien par portions égales,

En donnant à leur Mère tant,

Payable quand chacune d’elles

Ne posséderait plus sa contingente part.

Le Père mort, les trois femelles

Courent au Testament sans attendre plus tard.

On le lit ; on tâche d’entendre

La volonté du Testateur ;

Mais en vain : car comment comprendre

Qu’aussitôt que chacune soeur

Ne possédera plus sa part héréditaire,

Il lui faudra payer sa Mère ?

Ce n’est pas un fort bon moyen

Pour payer, que d’être sans bien.

Que voulait donc dire le Père ?

L’affaire est consultée, et tous les Avocats,

Après avoir tourné le cas

En cent et cent mille manières,

Y jettent leur bonnet, se confessent vaincus,

Et conseillent aux héritières

De partager le bien sans songer au surplus.

Quant à la somme de la veuve,

Voici, leur dirent-ils, ce que le conseil treuve :

Il faut que chaque soeur se charge par traité

Du tiers, payable à volonté,

Si mieux n’aime la Mère en créer une rente,

Dès le décès du mort courante.

La chose ainsi réglée, on composa trois lots :

En l’un, les maisons de bouteille,

Les buffets dressés sous la treille,

La vaisselle d’argent, les cuvettes, les brocs,

Les magasins de malvoisie,

Les esclaves de bouche, et, pour dire en deux mots,

L’attirail de la goinfrerie ;

Dans un autre celui de la coquetterie :

La maison de la Ville et les meubles exquis,

Les Eunuques et les Coiffeuses,

Et les Brodeuses,

Les joyaux, les robes de prix ;

Dans le troisième lot, les fermes, le ménage,

Les troupeaux et le pâturage,

Valets et bêtes de labeur.

Ces lots faits, on jugea que le sort pourrait faire

Que peut-être pas une soeur

N’aurait ce qui lui pourrait plaire.

Ainsi chacune prit son inclination ;

Le tout à l’estimation.

Ce fut dans la ville d’Athènes

Que cette rencontre arriva.

Petits et grands, tout approuva

Le partage et le choix. Esope seul trouva

Qu’après bien du temps et des peines

Les gens avaient pris justement

Le contre-pied du Testament.

Si le défunt vivait, disait-il, que l’Attique

Aurait de reproches de lui !

Comment ! ce peuple qui se pique

D’être le plus subtil des peuples d’aujourd’hui

A si mal entendu la volonté suprême

D’un testateur ! Ayant ainsi parlé,

Il fait le partage lui-même,

Et donne à chaque soeur un lot contre son gré,

Rien qui pût être convenable,

Partant rien aux soeurs d’agréable :

A la Coquette, l’attirail

Qui suit les personnes buveuses ;

La Biberonne eut le bétail ;

La Ménagère eut les coiffeuses.

Tel fut l’avis du Phrygien,

Alléguant qu’il n’était moyen

Plus sûr pour obliger ces filles

A se défaire de leur bien,

Qu’elles se marieraient dans les bonnes familles,

Quand on leur verrait de l’argent ;

Paieraient leur Mère tout comptant ;

Ne posséderaient plus les effets de leur Père,

Ce que disait le Testament.

Le peuple s’étonna comme il se pouvait faire

Qu’un homme seul eût plus de sens

Qu’une multitude de gens.

Les Vautours Et Les Pigeons

Mars autrefois mit tout l’air en émute.

Certain sujet fit naître la dispute

Chez les oiseaux ; non ceux que le Printemps

Mène à sa Cour, et qui, sous la feuillée,

Par leur exemple et leurs sons éclatants

Font que Vénus est en nous réveillée ;

Ni ceux encor que la Mère d’Amour

Met à son char : mais le peuple Vautour,

Au bec retors, à la tranchante serre,

Pour un chien mort se fit, dit-on, la guerre.

Il plut du sang ; je n’exagère point.

Si je voulais conter de point en point

Tout le détail, je manquerais d’haleine.

Maint chef périt, maint héros expira ;

Et sur son roc Prométhée espéra

De voir bientôt une fin à sa peine.

C’était plaisir d’observer leurs efforts ;

C’était pitié de voir tomber les morts.

Valeur, adresse, et ruses, et surprises,

Tout s’employa. Les deux troupes éprises

D’ardent courroux n’épargnaient nuls moyens

De peupler l’air que respirent les ombres :

Tout élément remplit de citoyens

Le vaste enclos qu’ont les royaumes sombres.

Cette fureur mit la compassion

Dans les esprits d’une autre nation

Au col changeant, au coeur tendre et fidèle.

Elle employa sa médiation

Pour accorder une telle querelle ;

Ambassadeurs par le peuple pigeon

Furent choisis, et si bien travaillèrent,

Que les Vautours plus ne se chamaillèrent.

Ils firent trêve, et la paix s’ensuivit :

Hélas ! ce fut aux dépens de la race

A qui la leur aurait dû rendre grâce.

La gent maudite aussitôt poursuivit

Tous les pigeons, en fit ample carnage,

En dépeupla les bourgades, les champs.

Peu de prudence eurent les pauvres gens,

D’accommoder un peuple si sauvage.

Tenez toujours divisés les méchants ;

La sûreté du reste de la terre

Dépend de là : Semez entre eux la guerre,

Ou vous n’aurez avec eux nulle paix.

Ceci soit dit en passant ; je me tais.

L’hirondelle Et Les Petits Oiseaux

Une Hirondelle en ses voyages

Avait beaucoup appris.

Quiconque a beaucoup vu

Peut avoir beaucoup retenu.

Celle-ci prévoyait jusqu’aux moindres orages,

Et devant qu’ils fussent éclos,

Les annonçait aux Matelots.

Il arriva qu’au temps que le chanvre se sème,

Elle vit un manant en couvrir maints sillons.

 » Ceci ne me plaît pas, dit-elle aux Oisillons :

Je vous plains ; car pour moi, dans ce péril extrême,

Je saurai m’éloigner, ou vivre en quelque coin.

Voyez-vous cette main qui par les airs chemine ?

Un jour viendra, qui n’est pas loin,

Que ce qu’elle répand sera votre ruine.

De là naîtront engins à vous envelopper,

Et lacets pour vous attraper,

Enfin mainte et mainte machine

Qui causera dans la saison

Votre mort ou votre prison :

Gare la cage ou le chaudron !

C’est pourquoi, leur dit l’Hirondelle,

Mangez ce grain; et croyez-moi.   »

Les Oiseaux se moquèrent d’elle :

Ils trouvaient aux champs trop de quoi.

Quand la chènevière fut verte,

L’Hirondelle leur dit :  » Arrachez brin à brin

Ce qu’a produit ce maudit grain,

Ou soyez sûrs de votre perte.

– Prophète de malheur, babillarde, dit-on,

Le bel emploi que tu nous donnes !

Il nous faudrait mille personnes

Pour éplucher tout ce canton.   »

La chanvre étant tout à fait crue,

L’Hirondelle ajouta :  » Ceci ne va pas bien;

Mauvaise graine est tôt venue.

Mais puisque jusqu’ici l’on ne m’a crue en rien,

Dès que vous verrez que la terre

Sera couverte, et qu’à leurs blés

Les gens n’étant plus occupés

Feront aux oisillons la guerre ;

Quand reginglettes et réseaux

Attraperont petits Oiseaux,

Ne volez plus de place en place,

Demeurez au logis, ou changez de climat :

Imitez le Canard, la Grue, et la Bécasse.

Mais vous n’êtes pas en état

De passer, comme nous, les déserts et les ondes,

Ni d’aller chercher d’autres mondes ;

C’est pourquoi vous n’avez qu’un parti qui soit sûr :

C’est de vous renfermer aux trous de quelque mur.   »

Les Oisillons, las de l’entendre,

Se mirent à jaser aussi confusément

Que faisaient les Troyens quand la pauvre Cassandre

Ouvrait la bouche seulement.

Il en prit aux uns comme aux autres :

Maint oisillon se vit esclave retenu.

Nous n’écoutons d’instincts que ceux qui sont les nôtres,

Et ne croyons le mal que quand il est venu.

L’homme Entre Deux Âges, Et Ses Deux Maîtresses

Un homme de moyen âge,

Et tirant sur le grison,

Jugea qu’il était saison

De songer au mariage.

Il avait du comptant,

Et partant

De quoi choisir. Toutes voulaient lui plaire ;

En quoi notre amoureux ne se pressait pas tant ;

Bien adresser n’est pas petite affaire.

Deux veuves sur son coeur eurent le plus de part :

L’une encor verte, et l’autre un peu bien mûre,

Mais qui réparait par son art

Ce qu’avait détruit la nature.

Ces deux Veuves, en badinant,

En riant, en lui faisant fête,

L’allaient quelquefois testonnant,

C’est-à-dire ajustant sa tête.

La Vieille à tous moments de sa part emportait

Un peu du poil noir qui restait,

Afin que son amant en fût plus à sa guise.

La Jeune saccageait les poils blancs à son tour.

Toutes deux firent tant, que notre tête grise

Demeura sans cheveux, et se douta du tour.

Je vous rends, leur dit-il, mille grâces, les Belles,

Qui m’avez si bien tondu ;

J’ai plus gagné que perdu :

Car d’Hymen point de nouvelles.

Celle que je prendrais voudrait qu’à sa façon

Je vécusse, et non à la mienne.

Il n’est tête chauve qui tienne,

Je vous suis obligé, Belles, de la leçon.

L’homme Et La Couleuvre

Un Homme vit une Couleuvre.

Ah ! méchante, dit-il, je m’en vais faire une oeuvre

Agréable à tout l’univers.

A ces mots, l’animal pervers

(C’est le serpent que je veux dire

Et non l’homme : on pourrait aisément s’y tromper),

A ces mots, le serpent, se laissant attraper,

Est pris, mis en un sac ; et, ce qui fut le pire,

On résolut sa mort, fût-il coupable ou non.

Afin de le payer toutefois de raison,

L’autre lui fit cette harangue :

Symbole des ingrats, être bon aux méchants,

C’est être sot, meurs donc : ta colère et tes dents

Ne me nuiront jamais. Le Serpent, en sa langue,

Reprit du mieux qu’il put : S’il fallait condamner

Tous les ingrats qui sont au monde,

A qui pourrait-on pardonner ?

Toi-même tu te fais ton procès. Je me fonde

Sur tes propres leçons ; jette les yeux sur toi.

Mes jours sont en tes mains, tranche-les : ta justice,

C’est ton utilité, ton plaisir, ton caprice ;

Selon ces lois, condamne-moi ;

Mais trouve bon qu’avec franchise

En mourant au moins je te dise

Que le symbole des ingrats

Ce n’est point le serpent, c’est l’homme. Ces paroles

Firent arrêter l’autre ; il recula d’un pas.

Enfin il repartit : Tes raisons sont frivoles :

Je pourrais décider, car ce droit m’appartient ;

Mais rapportons-nous-en. Soit fait, dit le reptile.

Une Vache était là, l’on l’appelle, elle vient ;

Le cas est proposé ; c’était chose facile :

Fallait-il pour cela, dit-elle, m’appeler ?

La Couleuvre a raison ; pourquoi dissimuler ?

Je nourris celui-ci depuis longues années ;

Il n’a sans mes bienfaits passé nulles journées ;

Tout n’est que pour lui seul ; mon lait et mes enfants

Le font à la maison revenir les mains pleines ;

Même j’ai rétabli sa santé, que les ans

Avaient altérée, et mes peines

Ont pour but son plaisir ainsi que son besoin.

Enfin me voilà vieille ; il me laisse en un coin

Sans herbe ; s’il voulait encor me laisser paître !

Mais je suis attachée ; et si j’eusse eu pour maître

Un serpent, eût-il su jamais pousser si loin

L’homme, tout étonné d’une telle sentence,

Dit au Serpent : Faut-il croire ce qu’elle dit ?

C’est une radoteuse ; elle a perdu l’esprit.

Croyons ce Boeuf. Croyons, dit la rampante bête.

Ainsi dit, ainsi fait. Le Boeuf vient à pas lents.

Quand il eut ruminé tout le cas en sa tête,

Il dit que du labeur des ans

Pour nous seuls il portait les soins les plus pesants,

Parcourant sans cesser ce long cercle de peines

Qui, revenant sur soi, ramenait dans nos plaines

Ce que Cérès nous donne, et vend aux animaux ;

Que cette suite de travaux

Pour récompense avait, de tous tant que nous sommes,

Force coups, peu de gré ; puis, quand il était vieux,

On croyait l’honorer chaque fois que les hommes

Achetaient de son sang l’indulgence des Dieux.

Ainsi parla le Boeuf. L’Homme dit : Faisons taire

Cet ennuyeux déclamateur ;

Il cherche de grands mots, et vient ici se faire,

Au lieu d’arbitre, accusateur.

Je le récuse aussi. L’arbre étant pris pour juge,

Ce fut bien pis encore. Il servait de refuge

Contre le chaud, la pluie, et la fureur des vents ;

Pour nous seuls il ornait les jardins et les champs.

L’ombrage n’était pas le seul bien qu’il sût faire ;

Il courbait sous les fruits ; cependant pour salaire

Un rustre l’abattait, c’était là son loyer,

Quoique pendant tout l’an libéral il nous donne

Ou des fleurs au Printemps, ou du fruit en Automne ;

L’ombre l’Eté, l’Hiver les plaisirs du foyer.

Que ne l’émondait-on, sans prendre la cognée ?

De son tempérament il eût encor vécu.

L’Homme trouvant mauvais que l’on l’eût convaincu,

Voulut à toute force avoir cause gagnée.

Je suis bien bon, dit-il, d’écouter ces gens-là.

Du sac et du serpent aussitôt il donna

Contre les murs, tant qu’il tua la bête.

On en use ainsi chez les grands.

La raison les offense ; ils se mettent en tête

Que tout est né pour eux, quadrupèdes, et gens,

Et serpents.

Si quelqu’un desserre les dents,

C’est un sot. J’en conviens. Mais que faut-il donc faire ?

– Parler de loin, ou bien se taire.

L’homme Et L’idole De Bois

Certain Païen chez lui gardait un Dieu de bois,

De ces Dieux qui sont sourds, bien qu’ayants des oreilles.

Le païen cependant s’en promettait merveilles.

Il lui coûtait autant que trois.

Ce n’étaient que voeux et qu’offrandes,

Sacrifices de boeufs couronnés de guirlandes.

Jamais Idole, quel qu’il fût,

N’avait eu cuisine si grasse,

Sans que pour tout ce culte à son hôte il échût

Succession, trésor, gain au jeu, nulle grâce.

Bien plus, si pour un sou d’orage en quelque endroit

S’amassait d’une ou d’autre sorte,

L’homme en avait sa part, et sa bourse en souffrait.

La pitance du Dieu n’en était pas moins forte.

A la fin, se fâchant de n’en obtenir rien,

Il vous prend un levier, met en pièces l’Idole,

Le trouve rempli d’or : Quand je t’ai fait du bien,

M’as-tu valu, dit-il, seulement une obole ?

Va, sors de mon logis : cherche d’autres autels.

Tu ressembles aux naturels

Malheureux, grossiers et stupides :

On n’en peut rien tirer qu’avecque le bâton.

Plus je te remplissais, plus mes mains étaient vides :

J’ai bien fait de changer de ton.

L’homme Et Son Image

Un homme qui s’aimait sans avoir de rivaux

Passait dans son esprit pour le plus beau du monde.

Il accusait toujours les miroirs d’être faux,

Vivant plus que content dans son erreur profonde.

Afin de le guérir, le sort officieux

Présentait partout à ses yeux

Les Conseillers muets dont se servent nos Dames :

Miroirs dans les logis, miroirs chez les Marchands,

Miroirs aux poches des galands,

Miroirs aux ceintures des femmes.

Que fait notre Narcisse ? Il va se confiner

Aux lieux les plus cachés qu’il peut s’imaginer

N’osant plus des miroirs éprouver l’aventure.

Mais un canal, formé par une source pure,

Se trouve en ces lieux écartés ;

Il s’y voit ; il se fâche ; et ses yeux irrités

Pensent apercevoir une chimère vaine.

Il fait tout ce qu’il peut pour éviter cette eau ;

Mais quoi, le canal est si beau

Qu’il ne le quitte qu’avec peine.

On voit bien où je veux venir.

Je parle à tous ; et cette erreur extrême

Est un mal que chacun se plaît d’entretenir.

Notre âme, c’est cet Homme amoureux de lui-même ;

Tant de Miroirs, ce sont les sottises d’autrui,

Miroirs, de nos défauts les Peintres légitimes ;

Et quant au Canal, c’est celui

Que chacun sait, le Livre des Maximes.

L’homme Qui Court Après La Fortune Et L’homme Qui L’attend

Qui ne court après la Fortune ?

Je voudrais être en lieu d’où je pusse aisément

Contempler la foule importune

De ceux qui cherchent vainement

Cette fille du sort de Royaume en Royaume,

Fidèles courtisans d’un volage fantôme.

Quand ils sont près du bon moment,

L’inconstante aussitôt à leurs désirs échappe :

Pauvres gens, je les plains, car on a pour les fous

Plus de pitié que de courroux.

Cet homme, disent-ils, était planteur de choux,

Et le voilà devenu pape :

Ne le valons-nous pas ? Vous valez cent fois mieux ;

Mais que vous sert votre mérite ?

La Fortune a-t-elle des yeux ?

Et puis la papauté vaut-elle ce qu’on quitte,

Le repos, le repos, trésor si précieux

Qu’on en faisait jadis le partage des Dieux ?

Rarement la Fortune à ses hôtes le laisse.

Ne cherchez point cette Déesse,

Elle vous cherchera ; son sexe en use ainsi.

Certain couple d’amis en un bourg établi,

Possédait quelque bien : l’un soupirait sans cesse

Pour la Fortune ; il dit à l’autre un jour :

Si nous quittions notre séjour ?

Vous savez que nul n’est prophète

En son pays : cherchons notre aventure ailleurs.

– Cherchez, dit l’autre ami, pour moi je ne souhaite

Ni climats ni destins meilleurs.

Contentez-vous ; suivez votre humeur inquiète ;

Vous reviendrez bientôt. Je fais voeu cependant

De dormir en vous attendant.

L’ambitieux, ou, si l’on veut, l’avare,

S’en va par voie et par chemin.

Il arriva le lendemain

En un lieu que devait la Déesse bizarre

Fréquenter sur tout autre ; et ce lieu c’est la cour.

Là donc pour quelque temps il fixe son séjour,

Se trouvant au coucher, au lever, à ces heures

Que l’on sait être les meilleures ;

Bref, se trouvant à tout, et n’arrivant à rien.

Qu’est ceci ? ce dit-il, cherchons ailleurs du bien.

La Fortune pourtant habite ces demeures.

Je la vois tous les jours entrer chez celui-ci,

Chez celui-là ; d’où vient qu’aussi

Je ne puis héberger cette capricieuse ?

On me l’avait bien dit, que des gens de ce lieu

L’on n’aime pas toujours l’humeur ambitieuse.

Adieu Messieurs de cour ; Messieurs de cour adieu :

Suivez jusques au bout une ombre qui vous flatte.

La Fortune a, dit-on, des temples à Surate ;

Allons là. Ce fut un de dire et s’embarquer.

Ames de bronze, humains, celui-là fut sans doute

Armé de diamant, qui tenta cette route,

Et le premier osa l’abîme défier.

Celui-ci pendant son voyage

Tourna les yeux vers son village

Plus d’une fois, essuyant les dangers

Des pirates, des vents, du calme et des rochers,

Ministres de la mort. Avec beaucoup de peines

On s’en va la chercher en des rives lointaines,

La trouvant assez tôt sans quitter la maison.

L’homme arrive au Mogol ; on lui dit qu’au Japon

La Fortune pour lors distribuait ses grâces.

Il y court ; les mers étaient lasses

De le porter ; et tout le fruit

Qu’il tira de ses longs voyages,

Ce fut cette leçon que donnent les sauvages :

Demeure en ton pays, par la nature instruit.

Le Japon ne fut pas plus heureux à cet homme

Que le Mogol l’avait été ;

Ce qui lui fit conclure en somme,

Qu’il avait à grand tort son village quitté.

Il renonce aux courses ingrates,

Revient en son pays, voit de loin ses pénates,

Pleure de joie, et dit : Heureux, qui vit chez soi ;

De régler ses désirs faisant tout son emploi.

Il ne sait que par ouïr dire

Ce que c’est que la cour, la mer, et ton empire,

Fortune, qui nous fais passer devant les yeux

Des dignités, des biens, que jusqu’au bout du monde

On suit, sans que l’effet aux promesses réponde.

Désormais je ne bouge, et ferai cent fois mieux.

En raisonnant de cette sorte,

Et contre la Fortune ayant pris ce conseil,

Il la trouve assise à la porte

De son ami plongé dans un profond sommeil.

L’horoscope

On rencontre sa destinée

Souvent par des chemins qu’on prend pour l’éviter.

Un père eut pour toute lignée

Un fils qu’il aima trop, jusques à consulter

Sur le sort de sa géniture

Les diseurs de bonne aventure.

Un de ces gens lui dit, que des Lions sur tout

Il éloignât l’enfant jusques à certain âge ;

Jusqu’à vingt ans, point davantage.

Le père pour venir a bout

D’une précaution sur qui roulait la vie

De celui qu’il aimait, défendit que jamais

On lui laissât passer le seuil de son Palais.

Il pouvait sans sortir contenter son envie,

Avec ses compagnons tout le jour badiner,

Sauter, courir, se promener.

Quand il fut en l’âge où la chasse

Plaît le plus aux jeunes esprits,

Cet exercice avec mépris

Lui fut dépeint : mais, quoi qu’on fasse,

Propos, conseil, enseignement,

Rien ne change un tempérament.

Le jeune homme, inquiet, ardent, plein de courage,

A peine se sentit des bouillons d’un tel âge,

Qu’il soupira pour ce plaisir.

Plus l’obstacle était grand, plus fort fut le désir.

Il savait le sujet des fatales défenses ;

Et comme ce logis, plein de magnificences,

Abondait partout en tableaux,

Et que la laine et les pinceaux

Traçaient de tous côtés chasses et paysages,

En cet endroit des animaux,

En ce autre des personnages,

Le jeune homme s’émut, voyant peint un Lion.

Ah ! monstre, cria-t-il, c’est toi qui me fais vivre

Dans l’ombre et dans les fers. A ces mots, il se livre

Aux transports violents de l’indignation,

Porte le poing sur l’innocente bête.

Sous la tapisserie un clou se rencontra.

Ce clou le blesse ; il pénétra

Jusqu’aux ressorts de l’âme ; et cette chère tête

Pour qui l’art d’Esculape en vain fit ce qu’il put,

Dut sa perte à ces soins qu’on prit pour son salut.

Même précaution nuisit au poète Eschyle.

Quelque Devin le menaça, dit-on,

De la chute d’une maison.

Aussitôt il quitta la ville,

Mit son lit en plein champ, loin des toits, sous les Cieux.

Un Aigle, qui portait en l’air une Tortue,

Passa par là, vit l’homme, et sur sa tête nue,

Qui parut un morceau de rocher à ses yeux,

Etant de cheveux dépourvue,

Laissa tomber sa proie, afin de la casser :

Le pauvre Eschyle ainsi sut ses jours avancer.

De ces exemples il résulte

Que cet art, s’il est vrai, fait tomber dans les maux

Que craint celui qui le consulte ;

Mais je l’en justifie, et maintiens qu’il est faux.

Je ne crois point que la nature

Se soit lié les mains, et nous les lie encor,

Jusqu’au point de marquer dans les cieux notre sort.

Il dépend d’une conjoncture

De lieux, de personnes, de temps ;

Non des conjonctions de tous ces charlatans.

Ce Berger et ce Roi sont sous même planète ;

L’un d’eux porte le sceptre et l’autre la houlette :

Jupiter le voulait ainsi.

Qu’est-ce que Jupiter ? un corps sans connaissance.

D’où vient donc que son influence

Agit différemment sur ces deux hommes-ci ?

Puis comment pénétrer jusques à notre monde ?

Comment percer des airs la campagne profonde ?

Percer Mars, le Soleil, et des vides sans fin ?

Un atome la peut détourner en chemin :

Où l’iront retrouver les faiseurs d’horoscope ?

L’état où nous voyons l’Europe

Mérite que du moins quelqu’un d’eux l’ait prévu ;

Que ne l’a-t-il donc dit ? Mais nul d’eux ne l’a su.

L’immense éloignement, le point, et sa vitesse,

Celle aussi de nos passions,

Permettent-ils à leur faiblesse

De suivre pas à pas toutes nos actions ?

Notre sort en dépend : sa course entre-suivie,

Ne va, non plus que nous, jamais d’un même pas ;

Et ces gens veulent au compas,

Tracer les cours de notre vie !

Il ne se faut point arrêter

Aux deux faits ambigus que je viens de conter.

Ce Fils par trop chéri, ni le bonhomme Eschyle,

N’y font rien. Tout aveugle et menteur qu’est cet art,

Il peut frapper au but une fois entre mille ;

Ce sont des effets du hasard.

L’ivrogne Et Sa Femme

Chacun a son défaut où toujours il revient :

Honte ni peur n’y remédie.

Sur ce propos, d’un conte il me souvient :

Je ne dis rien que je n’appuie

De quelque exemple. Un suppôt de Bacchus

Altérait sa santé, son esprit et sa bourse.

Telles gens n’ont pas fait la moitié de leur course

Qu’ils sont au bout de leurs écus.

Un jour que celui-ci plein du jus de la treille,

Avait laissé ses sens au fond d’une bouteille,

Sa femme l’enferma dans un certain tombeau.

Là les vapeurs du vin nouveau

Cuvèrent à loisir. A son réveil il treuve

L’attirail de la mort à l’entour de son corps :

Un luminaire, un drap des morts.

Oh ! dit-il, qu’est ceci ? Ma femme est-elle veuve ?

Là-dessus, son épouse, en habit d’Alecton,

Masquée et de sa voix contrefaisant le ton,

Vient au prétendu mort, approche de sa bière,

Lui présente un chaudeau propre pour Lucifer.

L’Epoux alors ne doute en aucune manière

Qu’il ne soit citoyen d’enfer.

Quelle personne es-tu ? dit-il à ce fantôme.

– La cellerière du royaume

De Satan, reprit-elle ; et je porte à manger

A ceux qu’enclôt la tombe noire.

Le Mari repart sans songer :

Tu ne leur portes point à boire ?

L’oeil Du Maître

Un Cerf s’étant sauvé dans une étable à boeufs

Fut d’abord averti par eux

Qu’il cherchât un meilleur asile.

Mes frères, leur dit-il, ne me décelez pas :

Je vous enseignerai les pâtis les plus gras ;

Ce service vous peut quelque jour être utile,

Et vous n’en aurez point regret.

Les Boeufs à toutes fins promirent le secret.

Il se cache en un coin, respire, et prend courage.

Sur le soir on apporte herbe fraîche et fourrage

Comme l’on faisait tous les jours.

L’on va, l’on vient, les valets font cent tours.

L’Intendant même, et pas un d’aventure

N’aperçut ni corps, ni ramure,

Ni Cerf enfin. L’habitant des forêts

Rend déjà grâce aux Boeufs, attend dans cette étable

Que chacun retournant au travail de Cérès,

Il trouve pour sortir un moment favorable.

L’un des Boeufs ruminant lui dit : Cela va bien ;

Mais quoi ! l’homme aux cent yeux n’a pas fait sa revue.

Je crains fort pour toi sa venue.

Jusque-là, pauvre Cerf, ne te vante de rien.

Là-dessus le Maître entre et vient faire sa ronde.

Qu’est-ce-ci ? dit-il à son monde.

Je trouve bien peu d’herbe en tous ces râteliers.

Cette litière est vieille : allez vite aux greniers.

Je veux voir désormais vos bêtes mieux soignées.

Que coûte-t-il d’ôter toutes ces araignées ?

Ne saurait-on ranger ces jougs et ces colliers ?

En regardant à tout, il voit une autre tête

Que celles qu’il voyait d’ordinaire en ce lieu.

Le Cerf est reconnu ; chacun prend un épieu ;

Chacun donne un coup à la bête.

Ses larmes ne sauraient la sauver du trépas.

On l’emporte, on la sale, on en fait maint repas,

Dont maint voisin s’éjouit d’être.

Phèdre sur ce sujet dit fort élégamment :

Il n’est, pour voir, que l’oeil du Maître.

Quant à moi, j’y mettrais encor l’oeil de l’Amant.