Skip to content

Recueil : Les forces

Un Corbillard Passe

Voici la mort dans son faste lourd. Un corps de plus qu’il faut engloutir ! Et la coutume, avant d’en finir, Veut qu’on le traîne insensible et sourd, Vers l’ouragan des notes funèbres D’un orgue aveugle et fou de ténèbres. L’orgue gémit sous le noir velours, On entend des pleurs…

Sport

Vingt-quatre champions du jeu national Sur le pré lumineux se sont formés en ligne ; Coup de sifflet : la joute encore que bénigne Accuse à chaque instant un effort plus brutal. Les fronts sont empourprés, les crosses font du mal. Sur les bancs de l’estrade une foule trépigne, S’exalte,…

Sonnet Impressionniste

Quelle âme revêtir dans cette forêt vierge Qui va, grimpant les monts, au ciel donner assaut, Où la terre a gardé l’empreinte d’un sursaut Par quoi, depuis des temps fabuleux, elle émerge. Arrière fatuité, loin de moi rire sot Que l’on promène au bal, dans la rue ou l’auberge. Comme…

L’illusion

C’est un palais à trois tours, Jaune et rose tour à tour, D’améthyste, d’émeraude, De rubis, de marbre blanc, De glace ou de diamant, Où la flamme tourne et rôde. A de simulés assauts Le palais, lui-même faux, Répond par de fausses bombes, Puis, dans un bruit infernal, Lance au…

Messe De Minuit

Chapelets, bruits de pas, accès de toux, murmures… Des légions d’ave s’en vont heurter au ciel. L’orgue joue en sourdine un antique noël Et le peuple, tout bas, répète les mesures. Ils reviennent couverts de nouvelles blessures Ceux qui de l’an dernier espéraient tant de miel, Et gagnés par la…

Marine

L’eau terne enserre les dragues Dans un bassin de mercure Où nage, sombre teinture, La fumée aux gestes vagues. Régulière, la fumée Cherche à tâtons le ciel morne, S’arrête et crée une borne. C’est ma vue accoutumée. Les pinces des dragues plongent, Avec un bruit diabolique, Dans le bassin métallique…

L’iroquois

Ainsi qu’en embuscade au socle qui l’attache Et nu, comme autrefois ses aïeux au désert, L’Iroquois belliqueux ranimé par Hébert, Dans sa main de vaincu brandit toujours la hache. Sous la pluie et la neige, impassible, il revoit Les pirogues dansant de rapide en rapide, Les poteaux de torture et…

L’invitation

Le rythme séducteur nous appelle ; venez Lui répondre en mes bras, jeune fille inconnue. Valsons légèrement de tous côtés cernés, Et qu’en nous la clameur des besoins s’atténue. Pendant que nous serons ensemble, je ne veux Ni sonder vos secrets, ni dévoiler mon âme, Mais simplement pencher mon front…

L’éternel Féminin

La montagne portait sa robe d’or bruni, Or fragile tombant, feuille à feuille, des branches, Dans le chemin, parmi la foule du dimanche, Sur les sentiers ombreux et le gazon terni. Reposés de leur course à travers l’infini, Et doux, comme l’émoi d’une âme qui s’épanche, Les rayons du soleil…

Les Vieux Canons

Ils sont là huit canons d’archaïque modèle, Placés négligemment, abandonnés, épars, Qui, sans s’apercevoir de ce manque d’égards, Méditent sur la guerre impitoyable et belle. Ces noirs tubes de bronze ont le tympan rebelle, L’enclouage brutal les a rendus hagards. Ils se croient dans la nuit, braqués sur des remparts…

Les Joncs

Les joncs frémissent à peine Sous le doux vent échappé Des champs de trèfle coupé Dans les lointains escarpés. Calmes sous la pure haleine, Les joncs frémissent à peine. Les joncs penchent mollement Leur tige au-dessus de l’onde Qui chante, la vagabonde, Les pleurs et le deuil du monde. Quel…