Skip to content

Recueil : Les jeunes croyances

Ψυχή

Pour le Papillon et l’Âme La Grèce avait un seul nom ; Ô poètes ! je proclame Que la Grèce avait raison. L’Âme et l’insecte ont des ailes Pour fuir la terre et le mal ; Ces deux Psychés ont en elles Un introuvable idéal. Leur inconstance suprême, Leur course…

Lumière

La lumière, ce fleuve insondable qu’envoie Le soleil, vaste source, aux mondes, vastes mers, Prodigue largement la Vie à l’univers, Et dans le cœur de tous fait ruisseler la joie ! Quel bonheur d’admirer l’air libre qui reluit, Quand le soleil sublime et charmant nous regarde ! Et s’il pâlit…

Misère Et Soleil

Êtes-vous quelquefois, rêveur, passé devant Des baraques de bois qui craquaient à tout vent ? Il faisait froid et chaud. C’était quelque dimanche ; Un être maigre et laid sautait sur une planche ; Il riait. Il était revêtu d’un lambeau. Homme ou femme, il sautait. Beaucoup le trouvaient beau,…

Promenade

Nous qui croyons souffrir, songeons à la souffrance De ceux qui vivent seuls, sans même une espérance, Et qui mourront tout seuls ; Regardons les méchants et ceux de qui la vie N’a d’autre but que d’être à jamais asservie Aux choses dont la mort fait les vers des linceuls…

Samson

Tu dors content, Voltaire, et de ton fin sourire L’ironique reflet parmi nous est resté ; Le siècle t’a compris ; la jeunesse t’admire : Toi, tu sommeilles, calme, et dans ta majesté. L’édifice pesant que tu voulais détruire, Debout, menace encor l’aveugle Humanité, Et, radieux défi, l’éclair de ta…

Solidarité

J’ai ceint mes reins, j’ai pris le bâton voyageur, Car mon âme souvent n’est qu’une plaie ouverte ! Et je vais, demandant sans trêve un air meilleur, En tous lieux où l’on trouve une route déserte. Or, hier, j’ai gravi l’escarpement d’un mont : J’escaladais les pics par des sentiers…

Solus Eris

Tout est fini : la nuit surgit, le malheur règne. Le toit s’est écroulé sur l’hôte confiant, Et près du moribond immobile et qui saigne On passe, le regard distrait ou souriant. Ainsi ceux qui l’ont vu jadis en sa jeunesse Donner son temps à tous, et son âme et…

Vere Novo

Je ne sais pas pourquoi je me crois au printemps ; J’ai l’esprit travaillé d’un mystérieux rêve : Je me vois au milieu des arbres, et j’entends Dans les bourgeons courir le frisson de la séve. J’ai le cœur et les yeux tout gonflés par les pleurs. Au fond de…

Voici Le Frais Matin

Voici le frais matin, mais tout sommeille encore ; Les arbres sont rêveurs dans l’immobilité, La nuit trace au fusain des tableaux que l’aurore Couvrira d’un pastel sublime, la clarté ! Les oiseaux ont encore la tête sous leur aile ; L’insecte, dans la fleur, n’ouvre pas ses rideaux, Et…

Sauts Périlleux

C’était un saltimbanque leste ! Sa vie était un carnaval ; Son costume d’un bleu céleste Scintillait d’astres en métal. Il avait le poing sur la hanche. Sa Colombine, verte et blanche, L’admirait d’un air orgueilleux ; Mais sa paupière était baissée, Et l’on eût dit qu’une pensée Germait en…