La Satire À Présent, Chant Où Se Mêle Un Cri

La satire à présent, chant où se mêle un cri,
Bouche de fer d’où sort un sanglot attendri,
N’est plus ce qu’elle était jadis dans notre enfance,
Quand on nous conduisait, écoliers sans défense,
À la Sorbonne, endroit revêche et mauvais lieu,
Et que, devant nous tous qui l’écoutions fort peu,
Dévidant sa leçon et filant sa quenouille,
Le petit Andrieux, à face de grenouille,
Mordait Shakspeare, Hamlet, Macbeth, Lear, Othello,
Avec ses fausses dents prises au vieux Boileau.

La vie est, en ce siècle inquiet, devenue
Pas à pas grave et morne, et la vérité nue
Appelle la pensée à son secours depuis
Qu’on l’a murée avec le mensonge en son puits.
Après Jean-Jacques, après Danton, le sort ramène
Le lourd pas de la nuit sur la triste âme humaine ;
Droit et Devoir sont là gisants, la plaie au flanc ;
Le lâche soleil rit au noir dragon sifflant ;
L’homme jette à la mer l’honneur, vieille boussole ;
En léchant le vainqueur le vaincu se console ;
Toute l’histoire tient dans ce mot : réussir ;
Le succès est sultan et le meurtre est visir ;
Hélas, la vieille ivresse affreuse de la honte
Reparaît dans les yeux et sur les fronts remonte,
Trinque avec les tyrans, et le peuple fourbu
Reboit ce sombre vin dont il a déjà bu.
C’est pourquoi la satire est sévère. Elle ignore
Cette grandeur des rois qui fit Boileau sonore,
Et ne se souvient d’eux que pour les souffleter.
L’échafaud qu’il faut pièce à pièce démonter,
L’infâme loi de sang qui résiste aux ratures,
Qui garde les billots en lâchant les tortures,
Et dont il faut couper tous les ongles ; l’enfant
Que l’ignorance tient dans son poing étouffant
Et qui doit, libre oiseau, dans l’aube ouvrir ses ailes ;
Relever tour à tour ces sombres sentinelles,
Le mal, le préjugé, l’erreur, monstre romain,
Qui gardent le cachot où dort l’esprit humain ;
La guerre et ses vautours, la peste avec ses mouches,
À chasser ; les bâillons qu’il faut ôter des bouches ;
La parole à donner à toutes les douleurs ;
L’éclosion d’un jour nouveau sur l’homme en fleurs ;
Tel est le but, tel est le devoir, qui complique
Sa colère, et la fait d’utilité publique.

Pour enseigner à tous la vertu, l’équité,
La raison, il suffit que la Réalité,
Pure et sereine, monte à l’horizon et fasse
Évanouir l’horreur des nuits devant sa face.
Honte, gloire, grandeurs, vices, beautés, défauts,
Plaine et monts, sont mêlés tant qu’il fait nuit ; le faux
Fait semblant d’être honnête en l’obscurité louche.
Qu’est-ce que le rayon ? Une pierre de touche.
La lumière de tout ici-bas fait l’essai.
Le juste est sur la terre éclairé par le vrai ;
Le juste c’est la cime et le vrai c’est l’aurore.

Donc Lumière, Raison, Vérité, plus encore,
Bonté dans le courroux et suprême Pitié,
Le méchant pardonné, mais le mal châtié,
Voilà ce qu’aujourd’hui, comme aux vieux temps de Rome,
La satire implacable et tendre doit à l’homme.
Marquis ou médecins, une caste, un métier,
Ce n’est plus là son champ ; il lui faut l’homme entier.
Elle poursuit l’infâme et non le ridicule.

Un petit Augias veut un petit Hercule,
Et le bon Despréaux malin fit ce qu’il put.
Elle n’a plus affaire à l’ancien Lilliput.

Elle vole, à travers l’ombre et les catastrophes,
Grande et pâle, au milieu d’un ouragan de strophes ;
Elle crie à sa meute effrayante : — Courons !
Quand un vil parvenu, marchant sur tous les fronts,
Écrase un peuple avec des pieds jadis sans bottes.
Elle donne à ses chiens ailés tous les despotes,
Tous les monstres, géants et nains, à dévorer.
Elle apparaît aux czars pour les désespérer.
On entend dans son vers craquer les os du tigre.
De même que l’oiseau vers le printemps émigre,
Elle s’en va toujours du côté de l’honneur.
L’ange de Josaphat, le spectre d’Elseneur
Sont ses amis, et, sage, elle semble en démence,
Tant sa clameur profonde emplit le ciel immense.
Il lui faut, pour gronder et planer largement,
Tout le peuple sous elle, âpre, vaste, écumant ;
Ce n’est que sur la mer que le vent est à l’aise.

Quand Colomb part, elle est debout sur la falaise ;
Elle t’aime, ô Barbès ! Et suit d’un long vivat
Fulton, Garibaldi, Byron, John Brown et Watt,
Et toi Socrate, et toi Jésus, et toi Voltaire !
Elle fait, quand un mort glorieux est sous terre,
Sortir un vert laurier de son tombeau dormant ;
Elle ne permet pas qu’il pourrisse autrement.
Elle panse à genoux les vaincus vénérables,
Bénit les maudits, baise au front les misérables,
Lutte, et, sans daigner même un instant y songer,
Se sent par des valets derrière elle juger ;
Car, sous les règnes vils et traîtres, c’est un crime
De ne pas rire à l’heure où râle la victime
Et d’aimer les captifs à travers leurs barreaux ;
Et qui pleure les morts offense les bourreaux.

Est-elle triste ? Non, car elle est formidable.
Puisqu’auprès des tombeaux les vainqueurs sont à table,
Puisqu’on est satisfait dans l’opprobre, et qu’on a
L’impudeur d’être lâche avec un hosanna,
Puisqu’on chante et qu’on danse en dévorant les proies,
Elle vient à la fête elle aussi. Dans ces joies,
Dans ces contentements énormes, dans ces jeux
À force de triomphe et d’ivresse orageux,
Dans ces banquets mêlant Paphos, Clamart et Gnide,
Elle apporte, sinistre, un rire d’euménide.

Mais son immense effort, c’est la vie. Elle veut
Chasser la mort, bannir la nuit, rompre le nœud,
Dût-elle rudoyer le titan populaire.
Comme elle a plus d’amour, elle a plus de colère.
Quoi ! L’abdication serait un oreiller !
La conscience humaine est lente à s’éveiller ;
L’honneur laisse son feu pâlir, tomber, descendre
Sous l’épaississement lugubre de la cendre.
Aussi la Némésis chantante qui bondit
Et frappe, et devant qui Tibère est interdit,
La déesse du grand Juvénal, l’âpre muse,
Hébé par la beauté, par la terreur Méduse,
Qui sema dans la nuit ce que Dante y trouva,
Et que Job croyait voir parler à Jéhovah,
Se sent-elle encor plus de fureur magnanime
Pour réveiller l’oubli que pour punir le crime.
Elle approche du peuple et, guettant la rumeur,
Penche l’ïambe amer sur l’immense dormeur ;
La strophe alors frissonne en son tragique zèle,
Et s’empourpre en tâchant de tirer l’étincelle
De toute cette morne et fatale langueur,
Et le vers irrité devient une lueur.
Ainsi rougit dans l’ombre une face farouche
Qui vient sur un tison souffler à pleine bouche.

Le 26 avril 1870.

Jolies Femmes

Sonnet.

On leur fait des sonnets, passables quelquefois ;
On baise cette main qu’elles daignent vous tendre ;
On les suit à l’église, on les admire au bois ;
On redevient Damis, on redevient Clitandre ;

Le bal est leur triomphe, et l’on brigue leur choix ;
On danse, on rit, on cause, et vous pouvez entendre,
Tout en valsant, parmi les luths et les hautbois,
Ces belles gazouiller de leur voix la plus tendre :

– La force est tout ; la guerre est sainte ; l’échafaud
Est bon ; il ne faut pas trop de lumière ; il faut
Bâtir plus de prisons et bâtir moins d’écoles ;

Si Paris bouge, il faut des canons plein les forts.
Et ces colombes-là vous disent des paroles
A faire remuer d’horreur les os des morts.

Juillet 1870.

Idolâtries Et Philosophies

La philosophie ose escalader le ciel.
Triste, elle est là. Qui donc t’a bâtie, ô Babel ?
Oh ! Quel monceau d’efforts sans but ! Quelles spirales
De songes, de leçons, de dogmes, de morales !
Ruche qu’emplit de bruit et de trouble un amas
De mages, de docteurs, de papes, de lamas !
Masure où l’hypothèse aux fictions s’adosse,
Ayant pour toit la nuit et pour cave la fosse ;
Bleus portiques béants sur les immensités,
De tous les tourbillons des rêves visités ;
Vain fronton que le poids de l’infini déprime,
Espèce de clocher sinistre de l’abîme
Où bourdonnent l’effroi, la révolte, et l’essaim
De toutes les erreurs sonnant leur noir tocsin !
Et, comme, de lueurs confusément semées,
Par les brèches d’un toit s’exhalent des fumées,
Les doctrines, les lois et les religions,
Ce qu’aujourd’hui l’on croit, ce qu’hier nous songions,
Tout ce qu’inventa l’homme, autel, culte ou système,
Par tous les soupiraux de l’édifice blême,
À travers la noirceur du ciel morne et profond,
Toutes les visions du genre humain s’en vont,
Éparses, en lambeaux, par les vents dénouées,
Dans un dégorgement livide de nuées.

Temple, atelier, tombeau, l’édifice fait peur.
On veut prendre une pierre, on touche une vapeur.
Nul n’a pu l’achever. Pas de cycle ni d’âge
Qui n’ait mis son échelle au sombre échafaudage.
Qui donc habite là ? C’est tombé, c’est debout ;
C’est de l’énormité qui tremble et se dissout ;
Une maison de nuit que le vide dilate.
Pyrrhon y verse l’eau sur les mains de Pilate ;
Le doute y rôde et fait le tour du cabanon
Où Descartes dit oui pendant qu’Hobbes dit non ;
Les générations sous le gouffre des portes
Roulent, comme, l’hiver, des tas de feuilles mortes ;
Les escaliers, sans fin montés et descendus,
Sont pleins de cris, d’appels, de pas sourds et perdus
Et d’un fourmillement de chimères rampantes ;
Des oiseaux effrayants volent dans les charpentes ;
C’est Bouddha, Mahomet, Luther disant : allez !
Lucrèce, Spinosa, tous les noirs sphinx ailés !

Tout l’homme est sculpté là. Socrate, Pythagore,
Malebranche, Thalès, Platon aux yeux d’aurore,
Combinent l’idéal pendant que Swift, Timon,
Ésope et Rabelais pétrissent le limon.
Est-il jour ? Est-il nuit ? Dans l’affreux crépuscule
Le rhéteur grimaçant ricane et gesticule ;
On ne sait quel reflet d’un funèbre orient
Blanchit les torses nus des cyniques riant,
Et des sages, jetant des ombres de satyres ;
Le devin rêve et tord dans les cordes des lyres
Le laurier vert mêlé de smilax éternel.
Chaque porche entr’ouvert découvre un noir tunnel
Dont l’extrémité montre une idéale étoile ;
Comme si, — Tu le sais, Isis au triple voile, —
Ces antres de science et ces puits de raison,
Souterrains de l’esprit humain, sans horizon,
Sans air, sans flamme, ayant le doute pour pilastre,
Employaient de la nuit à faire éclore un astre,
Et le mensonge impur, difforme, illimité,
Vaste, aveugle, à bâtir la blanche vérité !
Partout au vrai le faux, lierre hideux, s’enlace ;
Pas de dogme qui n’ait son point faible, et ne lasse
Une cariatide, un support, un étai ;
Thèbe a pour appui l’Inde, et l’Inde le Cathay ;
Memphis pèse sur Delphe, et Genève sur Rome ;
Et, végétation du sombre esprit de l’homme,
On voit, courbés d’un souffle à de certains moments,
Croître entre les créneaux des hauts entablements
Des arbres monstrueux et vagues dont les tiges
Frissonnent dans l’azur lugubre des vertiges.
Et de ces arbres noirs par instants tombe un fruit
À la foule des mains ouvertes dans la nuit ;
Quel fruit ? Demande au vent qui hurle et se déchaîne !
Quel fruit ? Le fruit d’erreur. Quel fruit ? Le fruit de haine ;
La pomme d’Ève avec la pomme de Vénus.

Ô tour ! Construction des maçons inconnus !
Elle monte, elle monte, et monte, et monte encore,
Encore, et l’on dirait que le ciel la dévore ;
Et tandis que tout sage ou fou qui passe met
Une pierre de plus à son brumeux sommet,
Sans cesse par la base elle croule et s’effondre
Dans l’ombre où Satan vient avec Dieu se confondre ;
Gouffre où l’on n’entend rien que le vent qui poursuit
Ces deux larves au fond d’un tremblement de nuit !

Inde Irae

Tout frissonnant d’amour, d’extases, de splendeurs,
L’hymne universel chante au fond des profondeurs
Avec toutes les fleurs et toutes les étoiles ;
Il chante Dieu rêvant sous les flamboyants voiles ;
Il chante ; il est superbe, éclatant, triomphant,
Doux comme un nid d’oiseau dans la main d’un enfant ;
Il enivre l’azur, il éblouit l’espace ;
Il adore et bénit. Tout à coup Satan passe,
L’être immonde qui cherche à tout prostituer,
Et l’hymne en le voyant se met à le huer.
Il le lapide avec sa joie interrompue ;
Ce qui bénissait mord ; ce qui louait conspue ;
Le tonnerre indigné gronde dans l’hosanna ;
Le pilori se dresse au sommet du Sina ;
Chaque strophe du chant de gloire et d’harmonie
Prend forme, se fait homme, est prophète, est génie,
Et devient le bourreau splendide du méchant.
De là naît Isaïe, âme à double tranchant,
De là naissent les grands vengeurs, les rêveurs fauves,
Les pâles Juvénals, terreur des Césars chauves,
Et ce Dante effrayant devant qui tout s’enfuit,
Fait d’une ombre qu’on sent de marbre dans la nuit.

Le 12 mars 1855.

Et Les Voilà Mentant, Inventant, Misérables

Et les voilà mentant, inventant, misérables !
Les voilà, fronts sans honte et bouches incurables,
Calomniant l’honneur du pays, flétrissant
Tous les lutteurs, ceux-ci qui versèrent leur sang,
Ceux-ci, plus grands encor, qui, voyant que la flamme
Et l’espoir s’éteignaient, répandirent leur âme.
Ces maroufles hideux outragent les héros !
Ils lancent au captif, à travers ses barreaux,
Au proscrit, à travers son deuil, leur pierre infâme.
Ils offensent la mère, ils insultent la femme ;
Ils raillent l’exilé que l’ombre accable et suit ;
Ils tâchent d’ajouter leur noirceur à sa nuit ;
Ils entassent sur lui d’affreux réquisitoires ;
Et si, voyant passer et flotter ces histoires,
Vous demandez au cuistre, au conteur, au grimaud :
— Croyez-vous tout cela ? — Moi, dit-il, pas un mot.
— Bien. Mais alors pourquoi le dites-vous ? — Pour rire.
Ah ! Les bêtes des bois ne savent pas écrire,
Le tigre ne pourrait griffonner un journal,
Le renard ne sort pas du confessionnal
Et ne saurait narrer la Salette en bon style ;
Mais au moins l’aspic siffle en honnête reptile ;
Si, dans son hurlement candide, affreux, complet,
L’ours se montre affamé de meurtre, c’est qu’il l’est ;
Le jaguar ne ment pas et pense ce qu’il gronde ;
Il n’est pas un lion dans la forêt profonde
Qui ne soit, dans l’horreur de son antre fumant,
Sincère, et qui ne croie à son rugissement.
Mais, honte et deuil ! Ciel noir ! Comment faut-il qu’on nomme
Ces scribes qui demain diront d’un honnête homme :
— Je suis son assassin, mais non son ennemi ! —
Ah ! Ces gueux devant qui ma jeunesse eût frémi,
Pires que Mérimée et Planche, nains horribles,
Ces drôles, que je n’eusse enfin pas crus possibles
Jadis, quand d’espérance, hélas ! Je m’enivrais,
N’ont pas la probité d’être des monstres vrais.

Exil

Si je pouvais voir, ô patrie,
Tes amandiers et tes lilas,
Et fouler ton herbe fleurie,
Hélas !

Si je pouvais, – mais, ô mon père,
O ma mère, je ne peux pas,
Prendre pour chevet votre pierre,
Hélas !

Dans le froid cercueil qui vous gêne,
Si je pouvais vous parler bas,
Mon frère Abel, mon frère Eugène,
Hélas !

Si je pouvais, ô ma colombe,
Et toi, mère, qui t’envolas,
M’agenouiller sur votre tombe,
Hélas !

Oh ! vers l’étoile solitaire,
Comme je lèverais les bras !
Comme je baiserais la terre,
Hélas !

Loin de vous, ô morts que je pleure,
Des flots noirs j’écoute le glas ;
Je voudrais fuir, mais je demeure,
Hélas !

Pourtant le sort, caché dans l’ombre,
Se trompe si, comptant mes pas,
Il croit que le vieux marcheur sombre
Est las.

Fulgur

L’océan me disait : Ô poète, homme juste,
J’ai parfois comme toi cette surprise auguste
Qu’il me descend des cieux une immense rougeur ;
Et je suis traversé tout à coup, ô songeur,
Par la foudre sublime, irritée et haïe
Comme toi par l’esprit sinistre d’Isaïe ;
Les éclairs sont mes cris, les foudres sont ma voix ;
Je gronde sur l’écueil comme toi sur les rois ;
Je suis l’avertisseur brusque, horrible et céleste.
L’énorme bras de feu m’associe à son geste
Quand il menace l’ombre et le bagne infernal.
On est beau par Virgile et grand par Juvénal,
Et mon gouffre le sait aussi bien que ton âme ;
J’ai, comme toi, l’azur, une douceur de femme,
Une gaîté d’enfant, des vagues pleines d’yeux,
Des aurores où rit le ciel prodigieux,
Des écumes parfois blanches comme les cygnes ;
Les astres par-dessus mes flots se font des signes,
Et se disent : Viens donc te mirer dans la mer.
Je suis le niveau pur, le précipice clair ;
J’offre mes gouttes d’eau nuit et jour aux brins d’herbe.
Mais je fais peu de cas de tout ce bleu superbe,
De ce vaste sourire épanoui sur tout,
De cette grâce où l’ombre en clarté se dissout,
De ces flots de cristal, de ces ondes de moire ;
Et le passage affreux du tonnerre est ma gloire.

Écrit Sur La Première Page D’un Livre De Joseph De Maistre

Cathédrale monstre ! Bâtie
Contre le droit et le devoir !
Plan incliné. La sacristie,
Glissante, devient l’abattoir.

Ici les cierges, là les torches.
Dans ce temple, à deux fins construit,
On juxtapose les deux porches
De la lumière et de la nuit.

Fausse lumière et nuit réelle.
L’ombre de Rome sur Paris.
Une aigle ayant au bout de l’aile
Des ongles de chauve-souris.

Une logique épouvantable
Invente, ô peuple sans vengeurs,
Un Reims étrange à double table
Où sont assis tes deux mangeurs.

Les deux noirs êtres qui te rongent,
Le magnifique et le hideux,
Boivent ton sang ensemble, et songent,
Avec leur prêtre à côté d’eux.

Double chapelle, et double apôtre.
Bonald en l’une, altier zéro,
Couronne le prince, et, dans l’autre,
De Maistre sacre le bourreau.

L’horreur à l’empire est mêlée.
On a sur le trône étalé
Une pourpre coagulée
Qui de l’échafaud a coulé.

Un homme règne, un homme fauche ;
Soit. J’ai toujours cru qu’on verrait
Se marier de la main gauche
L’épée avec le couperet.

Elle Passa, Je Crois Qu’elle M’avait Souri

Elle passa, je crois qu’elle m’avait souri.
C’était une grisette ou bien une houri.
Je ne sais si l’effet fut moral ou physique,
Mais son pas en marchant faisait une musique.
Quoi ! Ton pavé bruyant et fangeux, ô Paris,
A de ces visions ineffables ! Je pris
Ses yeux fixés sur moi pour deux étoiles bleues.
Fraîche et joyeuse enfant ! Moineaux et hochequeues
Ont moins de gaîté folle et de vivacité.
Elle avait une robe en taffetas d’été,
De petits brodequins couleur de scarabée,
L’air d’une ombre qui passe avant la nuit tombée,
Je ne sais quoi de fier qui permettait l’espoir.

Pendant que je songeais, croyant encor la voir
Même après qu’elle était enfuie et disparue,
Et que debout, pensif au milieu de la rue,
Contemplant, ébloui, cet être gracieux,
J’avais l’œil dans l’espace et l’âme dans les cieux,
Une vieille, moitié chatte et moitié harpie,
Au menton hérissé d’une barbe en charpie,
Vêtue affreusement d’un sinistre haillon,
Effroyable, et parlant comme avec un bâillon,
Me dit tout bas : — Monsieur veut-il de cette fille ?

Ô pauvre colibri que vend une chenille !

Éclipse

La terre par moments doute ; on ne comprend plus.
L’homme a devant les yeux de la brume, un reflux,
On ne sait quoi de pâle et de crépusculaire ;
On n’a plus d’allégresse, on n’a plus de colère ;
La disparition produit l’effarement.
L’œil fauve du hibou regarde affreusement.
Toutes sortes d’éclairs inexplicables brillent.
L’autel penche, et les vers du sépulcre y fourmillent.
Tout se mêle ; Irmensul ressemble à Jéhovah ;
Le sage stupéfait balbutie et s’en va ;
Le mal semble identique au bien dans la pénombre ;
On ne voit que le pied de l’échelle du Nombre
Et l’on n’ose monter vers l’obscur infini.
Dodone vaguement parle à Gethsémani,
L’Œta fume non loin du Sinaï qui tonne ;
On fouille, on rêve, on nie, on querelle, on s’étonne ;
Des aveugles entr’eux se montrent le chemin ;
Le divin ciel a tort devant l’esprit humain ;
Le penseur est croyant, le savant est athée ;
La conscience écoute, essaye, et, déroutée,
Prend le faux pour le vrai dans ces tâtonnements.
Où l’un voit des védas, l’autre voit des romans.
Les choses qu’on nommait vertus perdent leurs formes.
Les monstruosités font des ombres énormes
Jusque sur l’âme humaine et sur le firmament.
Plus d’honneur, plus de foi, plus rien, plus de serment.
On voit encor la cime, on ne voit plus le phare.
Une lueur de torche empourpre la tiare.
On cherche à voir, on rôde, on va, le cou tendu.
L’amour au fond des cœurs bat de l’aile éperdu
Comme s’il n’était plus en sûreté dans l’homme.
La route est noire ; on crie, on s’appelle, on se nomme.
Qui donc est là ? Parlez. On tâte son voisin.
La foule éparse flotte avec un bruit d’essaim ;
On se touche, on se voit, mais on n’est plus ensemble.
Le mal est empereur, la nuit est reine. On tremble.
Un trône d’ombre est là. Les misérables font
Des groupes effrayants dans l’abîme profond ;
On croit voir des glaçons que les gouffres charrient ;
Tout est confus et blême ; et les ténèbres rient.
Le fond du ciel est trouble, horrible et pluvieux ;
Et le petit enfant qui passe paraît vieux.
Il semble que la vie éternelle décroisse.

L’âme alors est sinistre, et voit avec angoisse
Ces occultations redoutables de Dieu.

Naît-on ? Meurt-on ? Quel est le temps ? Quel est le lieu ?
Les peuples sont hagards ; ces brins d’herbe frissonnent ;
On entend des tocsins et des clairons qui sonnent ;
Le vent est lourd, l’espace est froid, le globe est nu ;
Le démon souriant dit : Je suis méconnu.

Le 6 mai 1870.

Écrit Après La Visite D’un Bagne

Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne.
Quatre-vingt-dix voleurs sur cent qui sont au bagne
Ne sont jamais allés à l’école une fois,
Et ne savent pas lire, et signent d’une croix.
C’est dans cette ombre-là qu’ils ont trouvé le crime.
L’ignorance est la nuit qui commence l’abîme.
Où rampe la raison, l’honnêteté périt.

Dieu, le premier auteur de tout ce qu’on écrit,
A mis, sur cette terre où les hommes sont ivres,
Les ailes des esprits dans les pages des livres.
Tout homme ouvrant un livre y trouve une aile, et peut
Planer là-haut où l’âme en liberté se meut.
L’école est sanctuaire autant que la chapelle.
L’alphabet que l’enfant avec son doigt épelle
Contient sous chaque lettre une vertu ; le coeur
S’éclaire doucement à cette humble lueur.
Donc au petit enfant donnez le petit livre.
Marchez, la lampe en main, pour qu’il puisse vous suivre.

La nuit produit l’erreur et l’erreur l’attentat.
Faute d’enseignement, on jette dans l’état
Des hommes animaux, têtes inachevées,
Tristes instincts qui vont les prunelles crevées,
Aveugles effrayants, au regard sépulcral,
Qui marchent à tâtons dans le monde moral.
Allumons les esprits, c’est notre loi première,
Et du suif le plus vil faisons une lumière.
L’intelligence veut être ouverte ici-bas ;
Le germe a droit d’éclore ; et qui ne pense pas
Ne vit pas. Ces voleurs avaient le droit de vivre.
Songeons-y bien, l’école en or change le cuivre,
Tandis que l’ignorance en plomb transforme l’or.

Je dis que ces voleurs possédaient un trésor,
Leur pensée immortelle, auguste et nécessaire ;
Je dis qu’ils ont le droit, du fond de leur misère,
De se tourner vers vous, à qui le jour sourit,
Et de vous demander compte de leur esprit ;
Je dis qu’ils étaient l’homme et qu’on en fit la brute ;
Je dis que je nous blâme et que je plains leur chute ;
Je dis que ce sont eux qui sont les dépouillés ;
Je dis que les forfaits dont ils se sont souillés
Ont pour point de départ ce qui n’est pas leur faute ;
Pouvaient-ils s’éclairer du flambeau qu’on leur ôte ?
Ils sont les malheureux et non les ennemis.
Le premier crime fut sur eux-mêmes commis ;
On a de la pensée éteint en eux la flamme :
Et la société leur a volé leur âme.

Cent Mille Hommes

Cent mille hommes, criblés d’obus et de mitraille,
Cent mille hommes, couchés sur un champ de bataille,
Tombés pour leur pays par leur mort agrandi,
Comme on tombe à Fleurus, comme on tombe à Lodi,
Cent mille ardents soldats, héros et non victimes,
Morts dans un tourbillon d’événements sublimes,
D’où prend son vol la fière et blanche liberté,
Sont un malheur moins grand pour la société,
Sont pour l’humanité, qui sur le vrai se fonde,
Une calamité moins haute et moins profonde,
Un coup moins lamentable et moins infortuné
Qu’un innocent, — Un seul innocent condamné, —
Dont le sang, ruisselant sous un infâme glaive,
Fume entre les pavés de la place de Grève,
Qu’un juste assassiné dans la forêt des lois,
Et dont l’âme a le droit d’aller dire à Dieu : Vois !

Le 24 mars 1870.

C’est À Coups De Canon

C’est à coups de canon qu’on rend le peuple heureux.
Nous sommes revenus de tous ces grands mots creux :
– Progrès, fraternité, mission de la France,
Droits de l’homme, raison, liberté, tolérance.
Socrate est fou ; lisez Lélut qui le confond ;
Christ, fort socialiste et démagogue au fond,
Est une renommée en somme très surfaite.
Terre ! l’obus est Dieu, Paixhans est son prophète.
Vrai but du genre humain : tuer correctement.
Les hommes, dont le sabre est l’unique calmant,
Ont le boulet rayé pour chef-d’oeuvre ; leur astre,
C’est la clarté qui sort d’une bombe Lancastre,
Et l’admiration de tout peuple poli
Va du mortier Armstrong au canon Cavalli.
Dieu s’est trompé ; César plus haut que lui s’élance ;
Jéhovah fit le verbe et César le silence.
Parler, c’est abuser ; penser, c’est usurper.
La voix sert à se taire et l’esprit à ramper.
Le monde est à plat ventre, et l’homme, altier naguère,
Doux et souple aujourd’hui, tremble. – Paix ! dit la guerre.

C’est Bien ; Puisqu’au Sénat, Puisqu’à La Pourriture

C’est bien ; puisqu’au sénat, puisqu’à la pourriture,
Tu poses, calme, altier, fier, ta candidature,
Puisque tu tends la main à l’argent de César,
Puisque ta conscience est cotée au bazar,
Puisque tu prends ton rang dans la honte infinie,
Ne te gêne pas, jette au peuple l’ironie.
Être le serviteur de l’ennemi public,
Avoir les torsions souples du basilic,
Vendre aux dévots hautains des bassesses athées,
Disperser dans les vents des choses effrontées,
Offrir ta rhétorique abjecte à tout venant,
Collaborer dans l’ombre au crime rayonnant,
Baver, salir, avoir l’affront pour camarade,
Être un sauteur de plus dans cette mascarade,
C’est ce que maintenant tu peux faire de mieux.
Ainsi, quand la passante aux bras blancs, aux doux yeux,
Qui fut femme d’honneur, se fait fille de joie,
Quand elle est devenue un fumier, une proie,
Un sein qui la nuit s’offre à qui veut l’acheter,
Elle n’a plus qu’à rire, à danser, à chanter,
Et qu’à se divertir jusqu’à ce qu’elle tombe
Charogne à l’hôpital et spectre dans la tombe.

Le 30 mai 1875.

Anima Vilis

À force d’insulter les vaillants et les justes,
À force de flatter les trahisons augustes,
À force d’être abject et d’ajuster des tas
De sophismes hideux aux plus noirs attentats,
Cet homme espère atteindre aux grandeurs ; il s’essouffle
À passer scélérat, lui qui n’est que maroufle.
Ce pédagogue aspire au grade de coquin.
Ce rhéteur, ver de terre et de lettres, pasquin
Qui s’acharne sur nous et dont toujours nous rîmes,
Tâche d’être promu complice des grands crimes.
Il raillait l’art, et c’est tout simple en vérité,
La laideur est aveugle et sourde à la beauté.
Mais être un idiot ne peut plus lui suffire,
Il est jaloux du tigre à qui la peur dit : sire !
Il veut être aussi lui sénateur des forêts ;
Il veut avoir, ainsi que Montluc ou Verrès,
Sa caverne ou sa cage avec grilles et trappes
Dans la ménagerie énorme des satrapes.
Ah çà, tu perds ton temps et ta peine, grimaud !
Aliboron n’est pas aisément Béhémoth ;
Le burlesque n’est pas facilement sinistre ;
Fusses-tu meurtrier, tu demeurerais cuistre.
Quand ces êtres sanglants qu’il te plaît d’envier,
Mammons que hait Tacite et qu’admire Cuvier,
Sont là, brigands et dieux, on n’entre pas d’emblée
Dans leur épouvantable et royale assemblée.
Devenir historique ! Impossible pour toi.
Sortir du mépris simple et compter dans l’effroi,
Toi, jamais ! Ton front bas exclut ce noir panache.
Ton sort est d’être, jeune, inepte ; et, vieux, ganache.
Vers l’avancement vrai tu n’as point fait un pas ;
Tu te gonfles, crapaud, mais tu n’augmentes pas ;
Si Myrmidon croissait, ce serait du désordre ;
Tu parviens à ramper sans parvenir à mordre.
La nature n’a pas de force à dépenser
Pour te faire grandir et te faire pousser.
Quoi donc ! N’est-elle point l’impassible nature ?
Parce que des têtards, nourris de pourriture,
Souhaitent devenir dragons et caïmans,
Elle consentirait à ces grossissements !
Le ver serait boa ! L’huître deviendrait l’hydre !
Locuste empoisonnait le vin, et non le cidre ;
L’enfer fit Arétin terrible, et non Brusquet.
Un avorton ne peut qu’avorter. Le roquet
S’efforce d’être loup, mais il s’arrête en route.
Le ciel mystérieux fait des guépards sans doute,
De fiers lions bandits, pires que les démons,
Des éléphants, des ours ; mais il livre les monts,
Les antres et les bois à leur majesté morne !
Mais il lui faut l’espace et les sables sans borne
Et l’immense désert pour les démuseler !
Le chat qui veut rugir ne peut que miauler ;
En vain il copierait le grand jaguar lyrique
Errant sur la falaise au bord des mers d’Afrique,
Et la panthère horrible, et le lynx moucheté ;
Dieu ne fait pas monter jusqu’à la dignité
De crime, de furie et de scélératesse,
Cette méchanceté faite de petitesse.
Les montagnes, pignons et murs de granit noir
D’où tombent les torrents affreux, riraient de voir
Ce preneur de souris rôder sur leur gouttière.
Un nain ne devient pas géant au vestiaire.
Pour être un dangereux et puissant animal,
Il faut qu’un grand rayon tombe sur vous ; le mal
N’arrive pas toujours à sa hideuse gloire.
Dieu tolère, c’est vrai, la création noire,
Mais d’aussi plats que toi ne sont pas exaucés.
Tu ne parviendras pas, drôle, à t’enfler assez
Pour être un python vaste et sombre au fond des fanges ;
Tu n’égaleras point ces reptiles étranges
Dont l’œil aux soupiraux de l’enfer est pareil.
Tu demeureras laid, faible et mou. Le soleil
Dédaigne le lézard, candidat crocodile.

Sois un cœur monstrueux, mais reste une âme vile.