Skip to content

Recueil : Les rayons et les ombres

La Statue (ii)

IL semblait grelotter, car la bise était dure. C’était, sous un amas de rameaux sans verdure, Une pauvre statue, au dos noir, au pied vert, Un vieux faune isolé dans le vieux parc désert, Qui, de son front penché touchant aux branches d’arbre, Se perdait à mi-corps dans sa gaine…

Guitare

GASTIBELZA, l’homme à la carabine, Chantait ainsi :  » Quelqu’un a-t-il connu doña Sabine ? Quelqu’un d’ici ? Dansez, chantez, villageois ! la nuit gagne Le mont Falù (*). – Le vent qui vient à travers la montagne Me rendra fou !  » Quelqu’un de vous a-t-il connu Sabine, Ma…

Fonction Du Poète (i)

Pourquoi t’exiler, ô poète, Dans la foule où nous te voyons ? Que sont pour ton âme inquiète Les partis, chaos sans rayons ? Dans leur atmosphère souillée Meurt ta poésie effeuillée : Leur souffle égare ton encens ; Ton cœur, dans leurs luttes serviles, Est comme ces gazons des…

Fiat Voluntas

PAUVRE femme ! son lait à sa tête est monté. Et, dans ses froids salons, le monde a répété, Parmi les vains propos que chaque jour emporte, Hier, qu’elle était folle, aujourd’hui, qu’elle est morte ; Et, seul au champ des morts, je foule ce gazon, Cette tombe où sa…

Écrit Sur Le Tombeau

(Sur le tombeau d’un petit enfant au bord de la mer) Vieux lierre, frais gazon, herbe, roseaux, corolles ; Eglise où l’esprit voit le Dieu qu’il rêve ailleurs ; Mouches qui murmurez d’ineffables paroles À l’oreille du pâtre assoupi dans les fleurs ; Vents, flots, hymne orageux, choeur sans fin,…

Cæruleum Mare

Quand je rêve sur la falaise, Ou dans les bois, les soirs d’été, Sachant que la vie est mauvaise, Je contemple l’éternité. A travers mon sort mêlé d’ombres, J’aperçois Dieu distinctement, Comme à travers des branches sombres On entrevoit le firmament ! Le firmament ! où les faux sages Cherchent…

Autre Guitare

Comment, disaient-ils, Avec nos nacelles, Fuir les alguazils ? – Ramez, disaient-elles. Comment, disaient-ils, Oublier querelles, Misère et périls ? – Dormez, disaient-elles. Comment, disaient-ils, Enchanter les belles Sans philtres subtils ? – Aimez, disaient-elles. Le 18 juillet 1838.