Skip to content

Recueil : Les solitudes

Un Exil

Je plains les exilés qui laissent derrière eux L’amour et la beauté d’une amante chérie ; Mais ceux qu’elle a suivis au désert sont heureux : Ils ont avec la femme emporté la patrie. Ils retrouvent le jour de leur pays natal Dans la clarté des yeux qui leur sourient…

Soupir

Ne jamais la voir ni l’entendre, Ne jamais tout haut la nommer, Mais, fidèle, toujours l’attendre, Toujours l’aimer. Ouvrir les bras et, las d’attendre, Sur le néant les refermer, Mais encor, toujours les lui tendre, Toujours l’aimer. Ah ! Ne pouvoir que les lui tendre, Et dans les pleurs se…

Scrupule (i)

Je veux lui dire quelque chose, Je ne peux pas ; Le mot dirait plus que je n’ose, Même tout bas. D’où vient que je suis plus timide Que je n’étais ? Il faut parler, je m’y décide… Et je me tais. Les aveux m’ont paru moins graves À dix-huit…

Scrupule

Je veux lui dire quelque chose, Je ne peux pas ; Le mot dirait plus que je n’ose, Même tout bas. D’où vient que je suis plus timide Que je n’étais ? Il faut parler, je m’y décide Et je me tais. Les aveux m’ont paru moins graves A dix-huit…

Prière Au Printemps

Toi qui fleuris ce que tu touches, Qui, dans les bois, aux vieilles souches Rends la vigueur, Le sourire à toutes les bouches, La vie au coeur ; Qui changes la boue en prairies, Sèmes d’or et de pierreries Tous les haillons, Et jusqu’au seuil des boucheries Mets des rayons…

Les Vieilles Maisons

Je n’aime pas les maisons neuves : Leur visage est indifférent ; Les anciennes ont l’air de veuves Qui se souviennent en pleurant. Les lézardes de leur vieux plâtre Semblent les rides d’un vieillard ; Leurs vitres au reflet verdâtre Ont comme un triste et bon regard ! Leurs portes…

Les Caresses

Les caresses ne sont que d’inquiets transports, Infructueux essais du pauvre amour qui tente L’impossible union des âmes par les corps. Vous êtes séparés et seuls comme les morts, Misérables vivants que le baiser tourmente ! O femme, vainement tu serres dans tes bras Tes enfants, vrais lambeaux de ta…

Les Serres Et Les Bois

Dans les serres silencieuses Où l’hiver invite à s’asseoir, Sous un jour blême comme un soir Fument les plantes précieuses. L’une, raide, élançant tout droit Sa tige aux longues feuilles sèches, Darde au plafond, comme des flèches, Les pointes d’un calice étroit. Une autre, géante à chair grasse, Que hérissent…

Les Solitudes

C’est une grande allée à deux rangs de tilleuls. Les enfants, en plein jour, n’osent y marcher seuls, Tant elle est haute, large et sombre. Il y fait froid l’été presque autant que l’hiver ; On ne sait quel sommeil en appesantit l’air, Ni quel deuil en épaissit l’ombre. Les…

Les Stalactites

J’aime les grottes où la torche Ensanglante une épaisse nuit, Où l’écho fait, de porche en porche, Un grand soupir du moindre bruit. Les stalactites à la voûte Pendent en pleurs pétrifiés Dont l’humidité, goutte à goutte, Tombe lentement à mes pieds. Il me semble qu’en ces ténèbres Règne une…

L’une D’elles

Les grands appartements qu’elle habite l’hiver Sont tièdes. Aux plafonds, légers comme l’éther, Planent d’amoureuses peintures. Nul bruit ; partout les voix, les pas sont assoupis Par la laine opulente et molle des tapis Et l’ample velours des tentures. Aux fenêtres, dehors, la grêle a beau sévir, Sous ses balles…

Mars

En mars, quand s’achève l’hiver, Que la campagne renaissante Ressemble à la convalescente Dont le premier sourire est cher ; Quand l’azur, tout frileux encore, Est de neige éparse mêlé, Et que midi, frais et voilé, Revêt une blancheur d’aurore ; Quand l’air doux dissout la torpeur Des eaux qui…

Midi Au Village

Nul troupeau n’erre ni ne broute ; Le berger s’allonge à l’écart ; La poussière dort sur la route, Le charretier sur le brancard. Le forgeron dort dans la forge ; Le maçon s’étend sur un banc ; Le boucher ronfle à pleine gorge, Les bras rouges encor de sang.…

Ne Nous Plaignons Pas

Va, ne nous plaignons pas de nos heures d’angoisse. Un trop facile amour n’est pas sans repentir ; Le bonheur se flétrit, comme une fleur se froisse Dès qu’on veut l’incliner vers soi pour la sentir. Regarde autour de nous ceux qui pleuraient naguère Les voilà l’un à l’autre, ils…