Skip to content

Recueil : Les Stoïques

Soir D’hiver

L’étoile a des frissons dans la sphère divine. HENRY MURGER L’eau pleure au clair bassin des larmes de cristal, Le pré s’est revêtu d’une robe argentée, Des lueurs ont blanchi le ciel oriental Et la lune apparaît dédaigneuse et lactée. Le vent souffle du nord et le froid est fatal.…

Soupir

I. Sans le soupir le monde étoufferait. AMPÈRE Rêves, anxiétés, soupirs, sanglots, murmures, Vœux toujours renaissant et toujours contenus, Instinct des cœurs naïfs, espoir des têtes mures, O désirs infinis, qui ne vous a connus ? Les vents sont en éveil, les hautaines ramures Demandent le secret aux brins d’herbe…

Au Large

Lest de l’âme, pesant bagage, Trésors misérables et chers, Sombrez. Théophile Gautier. Aux pays des autres étoiles, Aux lointains pays fabuleux, Le vaisseau sous ses blanches voiles Nage au gré des flots onduleux. Le ciel et l’Océan s’unissent Au bord de l’horizon enfui ; Les lourdes vagues s’aplanissent Avec un…

Automnales

Doux vents d’automne, attiédissez l’amie! SAINTE-BEUVE I. Voici les vents du sud qui font tomber les fruits Et s’entr’ouvrir parfois les âmes plus aimées. Ils passent sur mon front en ondes parfumées, Hérauts des souvenirs et des espoirs détruits. Chaque feuille qui vole aux désirs éconduits Me ramène. J’entends bruire…

Bonheur

Et les beaux jours sont pour moi les plus pénibles. SENANCOURT Été vertigineux, négation des pleurs, Nuits blanches, soirs dorés, aubes resplendissantes, Épanouissement d’étoiles et de fleurs, Ivresse magnétique aux effluves puissantes : Été vertigineux, négation des pleurs ! La nature aujourd’hui rit de son large rire Et la vibration…

Dédicace

A MA GRANDMÈRE Quand tu m’as demandé ce livre des Stoïques, O mère qui n’es plus, tes lèvres héroïques Retenaient le soupir par l’agonie étreint ; Mourante, et cependant presque debout encore, Le regard éclairé de la splendide aurore Qui luit au ciel pour nous lorsqu’ici tout s’éteint, Tu t’élevais…

Immortalité

C’était au lieu d’un chêne une forêt nouvelle. VICTOR DE LAPRADE Le chêne dans sa chute écrase le roseau, Le torrent dans sa course entraîne l’herbe folle ; Le passé prend la vie, et le vent la parole, La mort prend tout : l’espoir et le nid et l’oiseau. L’astre…

Jour Tombant

Rien ne finit, rien ne commence, Ce n’est ni la nuit ni le jour. LECONTE DE LISLE Sur le ciel gris rosé l’extrémité des branches Se découpe légère et frissonnante au vent ; L’heure est chaude ; le soir ouvre aux visions blanches, Et par les près fauchés elles s’en…

La Combe

En vain elle s’est dit que la campagne est belle. Sainte-Beuve. Non, plus pour aujourd’hui, plus de grandes pensées, De saintes questions à la hâte embrassées, D’énergiques efforts, d’élans fiers et hardis. Mon esprit est lassé, mes doigts sont engourdis. L’automne est la saison des rêves, nous y sommes, Elle…

Le Départ

Ah ! La patrie est belle & l’on perd à changer. THEOPHILE GAUTIER On s’aimait. Dans un autre on avait mis sa vie : Aux douceurs d’être ensemble on bornait son envie ; On se sentait heureux rien qu’à se regarder. On n’avait pas besoin de se le demander :…

Les Vieilles Gens

LA MÈRE JACQUELINE. La cour était petite, étroite, sale et sombre: Le corps de la maison y projetait son ombre. La porte entre-bâillée, au battant chancelant, Laissait voir le chemin de poussière tout blanc. Des iris hérissaient de leurs vertes épées Les crêtes du mur noir sur le ciel découpées.…

Lune D’avril

Voici briller la lune blanche. THEOPHILE GAUTIER Déployant ses ailes de cygne Au vol lent et capricieux, Le clair de lune me fait signe Et m’entraîne au loin sous les cieux. Il franchit les lacs et les fleuves, Baise les yeux clos des cités, Et, se riant des grilles neuves,…