Skip to content

Recueil : Les Ténèbres

Vieille Clameur

Une tige dépouillée dans ma main c’est le monde La serrure se ferme sur l’ombre et l’ombre met son œil à la serrure Et voilà que l’ombre se glisse dans la chambre La belle amante que voila l’ombre plus charnelle que ne l’imagine perdu dans son blasphème le grand oiseau…

Vie D’ébène

Un calme effrayant marquera ce jour Et l’ombre des réverbères et des avertisseurs fatiguera la lumière Tout se taira les plus silencieux et les plus bavards Enfin mourront les nourrissons braillards Les remorqueurs les locomotives le vent Glisser en silence On entendra la grande voix qui venant de loin passera…

Trois Étoiles

J’ai perdu le regret du mal passé les ans. J’ai gagné la sympathie des poissons. Plein d’algues, le palais qui abrite mes rêves est un récif et aussi un territoire du ciel d’orage et non du ciel trop pâle de la mélancolique divinité. J’ai perdu tout de même la gloire…

Sous Les Saules

L’étrange oiseau dans la cage aux flammes Je déclare que je suis le bûcheron de la forêt d’acier que les martes et les loutres sont des jamais connues l’étrange oiseau qui tord ses ailes et s’illumine Un feu de Bengale inattendu a charmé ta parole Quand je te quitte il…

L’idée Fixe

Je t’apporte une petite algue qui se mêlait à l’écume de la mer et ce peigne Mais tes cheveux sont mieux nattés que les nuages avec le vent avec les rougeurs célestes et tels avec des frémissements de vie et de sanglots que se tordant parfois entre mes mains ils…

Le Vendredi Du Crime

Un incroyable désir s’empare des femmes endormies Une pierre précieuse s’endort dans l’écrin bleu de roi Et voila que sur le chemin s’agitent les cailloux fatigués Plus jamais les pas des émues par la nuit Passez cascades Les murailles se construisent au son du du luth d’Orphée et s’écroulent au…

Le Suicidé De Nuit

Les rameaux verts s’inclinent quand la libellule apparaît au détour du sentier J’approche d’une pierre tombale plus transparente que la neige blanche comme le lait blanche comme la chaux blanche blanche comme les murailles La libellule patauge dans les flaques de lait L’armure de verre tremble frémit se met en…

Infinitif

Y mourir ô belle flammèche y voir les nuages fondre comme la neige et l’écho origines du soleil et du blanc pauvres comme Job ne pas mourir encore et voir durer l’ombre naître avec le feu et ne pas mourir étreindre et embrasser amour fugace le ciel mat gagner les…

Il Fait Nuit

Tu t’en iras quand tu voudras Le lit se ferme et se délace avec délices comme un corset de velours noir Et l’insecte brillant se pose sur l’oreiller Éclate et rejoint le Noir Le flot qui martèle arrive et se tait Samoa la belle s’endort dans l’ouate Clapier que fais-tu…

En Sursaut

Sur la route en revenant des sommets rencontré par les corbeaux et les châtaignes Salué la jalousie et la pâle flatteuse Le désastre. Enfin le désastre annoncé Pourquoi pâlir, pourquoi frémir ? Salué la jalousie et le règne animal avec la fatigue avec le désordre avec la jalousie Un voile…