À Quoi Je Songe

À quoi je songe ? — Hélas ! loin du toit où vous êtes,
Enfants, je songe à vous ! à vous, mes jeunes têtes,
Espoir de mon été déjà penchant et mûr,
Rameaux dont, tous les ans, l’ombre croît sur mon mur,
Douces âmes à peine au jour épanouies,
Des rayons de votre aube encor tout éblouies !
Je songe aux deux petits qui pleurent en riant,
Et qui font gazouiller sur le seuil verdoyant,
Comme deux jeunes fleurs qui se heurtent entre elles,
Leurs jeux charmants mêlés de charmantes querelles !
Et puis, père inquiet, je rêve aux deux aînés
Qui s’avancent déjà de plus de flot baignés,
Laissant pencher parfois leur tête encor naïve,
L’un déjà curieux, l’autre déjà pensive !

Seul et triste au milieu des chants des matelots,
Le soir, sous la falaise, à cette heure où les flots,
S’ouvrant et se fermant comme autant de narines,
Mêlent au vent des cieux mille haleines marines,
Où l’on entend dans l’air d’ineffables échos
Qui viennent de la terre ou qui viennent des eaux,
Ainsi je songe ! — à vous, enfants, maisons, famille,
A la table qui rit, au foyer qui pétille,
A tous les soins pieux que répandent sur vous
Votre mère si tendre et votre aïeul si doux !
Et tandis qu’à mes pieds s’étend, couvert de voiles,
Le limpide océan, ce miroir des étoiles,
Tandis que les nochers laissent errer leurs yeux
De l’infini des mers à l’infini des cieux,
Moi, rêvant à vous seuls, je contemple et je sonde
L’amour que j’ai pour vous dans mon âme profonde,
Amour doux et puissant qui toujours m’est resté.
Et cette grande mer est petite à côté !

Le 15 juillet 1837.

À Un Riche

Jeune homme ! je te plains ; et cependant j’admire
Ton grand parc enchanté qui semble nous sourire,
Qui fait, vu de ton seuil, le tour de l’horizon,
Grave ou joyeux suivant le jour et la saison,
Coupé d’herbe et d’eau vive, et remplissant huit lieues
De ses vagues massifs et de ses ombres bleues.
J’admire ton domaine, et pourtant je te plains !
Car dans ces bois touffus de tant de grandeur pleins,
Où le printemps épanche un faste sans mesure,
Quelle plus misérable et plus pauvre masure
Qu’un homme usé, flétri, mort pour l’illusion,
Riche et sans volupté, jeune et sans passion,
Dont le coeur délabré, dans ses recoins livides,
N’a plus qu’un triste amas d’anciennes coupes vides,
Vases brisés qui n’ont rien gardé que l’ennui,
Et d’où l’amour, la joie et la candeur ont fui !

Oui, tu me fais pitié, toi qui crois faire envie !
Ce splendide séjour sur ton coeur, sur ta vie,
Jette une ombre ironique, et rit en écrasant
Ton front terne et chétif d’un cadre éblouissant.

Dis-moi, crois-tu, vraiment posséder ce royaume
D’ombre et de fleurs, où l’arbre arrondi comme un dôme,
L’étang, lame d’argent que le couchant fait d’or,
L’allée entrant au bois comme un noir corridor,
Et là, sur la forêt, ce mont qu’une tour garde,
Font un groupe si beau pour l’âme qui regarde !
Lieu sacré pour qui sait dans l’immense univers,
Dans les prés, dans les eaux et dans les vallons verts,
Retrouver les profils de la face éternelle
Dont le visage humain n’est qu’une ombre charnelle !

Que fais-tu donc ici ? Jamais on ne te voit,
Quand le matin blanchit l’angle ardoisé du toit,
Sortir, songer, cueillir la fleur, coupe irisée
Que la plante à l’oiseau tend pleine de rosée,
Et parfois t’arrêter, laissant pendre à ta main
Un livre interrompu, debout sur le chemin,
Quand le bruit du vent coupe en strophes incertaines
Cette longue chanson qui coule des fontaines.

Jamais tu n’as suivi de sommets en sommets
La ligne des coteaux qui fait rêve ; jamais
Tu n’as joui de voir, sur l’eau qui reflète,
Quelque saule noueux tordu comme un athlète.
Jamais, sévère esprit au mystère attaché,
Tu n’as questionné le vieux orme penché
Qui regarde à ses pieds toute la pleine vivre
Comme un sage qui rêve attentif à son livre.

L’été, lorsque le jour est par midi frappé,
Lorsque la lassitude a tout enveloppé,
A l’heure où l’andalouse et l’oiseau font la sieste,
Jamais le faon peureux, tapi dans l’antre agreste,
Ne te vois, à pas lents, loin de l’homme importun,
Grave, et comme ayant peur de réveiller quelqu’un,
Errer dans les forêts ténébreuses et douces
Où le silence dort sur le velours des mousses.

Que te fais tout cela ? Les nuages des cieux,
La verdure et l’azur sont l’ennui de tes yeux.
Tu n’est pas de ces fous qui vont, et qui s’en vantent,
Tendant partout l’oreille aux voix qui partout chantent,
Rendant au Seigneur d’avoir fait le printemps,
Qui ramasse un nid, ou contemple longtemps
Quelque noir champignon, monstre étrange de l’herbe.
Toi, comme un sac d’argent, tu vois passer la gerbe.
Ta futaie, en avril, sous ses bras plus nombreux
A l’air de réclamer bien des pas amoureux,
Bien des coeurs soupirants, bien des têtes pensives ;

Toi qui jouis aussi sous ses branches massives,
Tu songes, calculant le taillis qui s’accroît,
Que Paris, ce vieillard qui, l’hiver, a si froid,
Attend, sous ses vieux quais percés de rampes neuves,
Ces longs serpents de bois qui descendent les fleuves !
Ton regard voit, tandis que ton oeil flotte au loin,
Les blés d’or en farine et la prairie en foin ;
Pour toi le laboureur est un rustre qu’on paie ;
Pour toi toute fumée ondulant, noire ou gaie,
Sur le clair paysage, est un foyer impur
Où l’on cuit quelque viande à l’angle d’un vieux mur.
Quand le soir tend le ciel de ses moires ardentes
Au dos d’un fort cheval assis, jambes pendantes,
Quand les bouviers hâlés, de leur bras vigoureux
Pique tes boeufs géants qui par le chemin creux
Se hâtent pêle-mêle et s’en vont à la crèche,
Toi, devant ce tableau tu rêves à la brèche
Qu’il faudra réparer, en vendant tes silos,
Dans ta rente qui tremble aux pas de don Carlos !

Au crépuscule, après un long jour monotone,
Tu t’enfermes chez toi. Les tièdes nuits d’automne
Versent leur chaste haleine aux coteaux veloutés.
Tu n’en sais rien. D’ailleurs, qu’importe ! A tes côtés,
Belles, leur bruns cheveux appliqués sur les tempes,
Fronts roses empourprés par le reflet des lampes,
Des femmes aux yeux purs sont assises, formant
Un cercle frais qui borde et cause doucement ;
Toutes, dans leurs discours où rien n’ose apparaître,
Cachant leurs voeux, leur âmes et leur coeur que peut-être
Embaume un vague amour, fleur qu’on ne cueille pas,
Parfum qu’on sentirait en se baissant tout bas.
Tu n’en sais rien. Tu fais, parmi ces élégies,
Tomber ton froid sourire, où, sous quatre bougies,
D’autres hommes et toi, dans un coin attablés
Autour d’un tapis vert, bruyants, vous querellez
Les caprices du whist, du brelan ou de l’hombre.
La fenêtre est pourtant pleine de lune et d’ombre !

Ô risible insensé ! vraiment, je te le dis,
Cette terre, ces prés, ces vallons arrondis,
Nids de feuilles et d’herbe où jasent les villages,
Ces blés où les moineaux ont leurs joyeux pillages,
Ces champs qui, l’hiver même, ont d’austères appas,
Ne t’appartiennent point : tu ne les comprends pas.

Vois-tu, tous les passants, les enfants, les poètes,
Sur qui ton bois répand ses ombres inquiètes,
Le pauvre jeune peintre épris de ciel et d’air,
L’amant plein d’un seul nom, le sage au coeur amer,
Qui viennent rafraîchir dans cette solitude,
Hélas ! l’un son amour et l’autre son étude,
Tous ceux qui, savourant la beauté de ce lieu,
Aiment, en quittant l’homme, à s’approcher de Dieu,
Et qui, laissant ici le bruit vague et morose
Des troubles de leur âme, y prennent quelque chose
De l’immense repos de la création,
Tous ces hommes, sans or et sans ambition,
Et dont le pied poudreux ou tout mouillé par l’herbe
Te fait rire emporté par ton landau superbe,
Sont dans ce parc touffu, que tu crois sous ta loi,
Plus riches, plus chez eux, plus les maîtres que toi,
Quoique de leur forêt que ta main grille et mure
Tu puisses couper l’ombre et vendre le murmure !

Pour eux rien n’est stérile en ces asiles frais.
Pour qui les sait cueillir tout a des dons secrets.
De partout sort un flot de sagesse abondante.
L’esprit qu’a déserté la passion grondante,
Médite à l’arbre mort, aux débris du vieux pont.
Tout objet dont le bois se compose répond
A quelque objet pareil dans la forêt de l’âme.
Un feu de pâtre éteint parle à l’amour en flamme.
Tout donne des conseils au penseur, jeune ou vieux.
On se pique aux chardons ainsi qu’aux envieux ;
La feuille invite à croître ; et l’onde, en coulant vite,
Avertit qu’on se hâte et que l’heure nous quitte.
Pour eux rien n’est muet, rien n’est froid, rien n’est mort.
Un peu de plume en sang leur éveille un remord ;
Les sources sont des pleurs ; la fleur qui boit aux fleuves,
Leur dit : Souvenez-vous, ô pauvres âmes veuves !

Pour eux l’antre profond cache un songe étoilé ;
Et la nuit, sous l’azur d’un beau ciel constellé,
L’arbre sur ses rameaux, comme à travers ses branches,
Leur montre l’astre d’or et les colombes blanches,
Choses douces aux coeurs par le malheur ployés,
Car l’oiseau dit : Aimez ! et l’étoile : Croyez !

Voilà ce que chez toi verse aux âmes souffrantes
La chaste obscurité des branches murmurantes !
Mais toi, qu’en fais tu ? dis. — Tous les ans, en flots d’or,
Ce murmure, cette ombre, ineffable trésor,
Ces bruits de vent qui joue et d’arbre qui tressaille,
Vont s’enfouir au fond de ton coffre qui bâille ;
Et tu changes ces bois où l’amour s’enivra,
Toute cette nature, en loge à l’opéra !

Encor si la musique arrivait à ton âme !
Mais entre l’art et toi l’or met son mur infâme.
L’esprit qui comprend l’art comprend le reste aussi.
Tu vas donc dormir là ! sans te douter qu’ainsi
Que tous ces verts trésors que dévore ta bourse,
Gluck est une forêt et Mozart une source.

Tu dors ; et quand parfois la mode, en souriant,
Te dit : Admire, riche ! alors, joyeux, criant,
Tu surgis, demandant comment l’auteur se nomme,
Pourvu que toutefois la muse soit un homme !
Car tu te roidiras dans ton étrange orgueil
Si l’on t’apporte, un soir, quelque musique en deuil,
Urne que la pensée a chauffée à sa flamme,
Beau vase où s’est versé tout le coeur d’une femme.

Ô seigneur malvenu de ce superbe lieu !
Caillou vil incrusté dans ces rubis en feu !
Maître pour qui ces champs sont pleins de sourdes haines !
Gui parasite enflé de la sève des chênes !
Pauvre riche ! — Vis donc, puisque cela pour toi
C’est vivre. Vis sans coeur, sans pensée et sans foi.
Vis pour l’or, chose vile, et l’orgueil, chose vaine.
Végète, toi qui n’as que du sang dans la veine,
Toi qui ne sens pas Dieu frémir dans le roseau,
Regarder dans l’aurore et chanter dans l’oiseau !

Car, — et bien que tu sois celui qui rit aux belles
Et, le soir, se récrie aux romances nouvelles, —
Dans les coteaux penchants où fument les hameaux,
Près des lacs, près des fleurs, sous les larges rameaux,
Dans tes propres jardins, tu vas aussi stupide,
Aussi peu clairvoyant dans ton instinct cupide,
Aussi sourd à la vie à l’harmonie, aux voix,
Qu’un loup sauvage errant au milieu des grands bois !

Le 22 mai 1837.

À Albert Dürer

Dans les vieilles forêts où la sève à grands flots
Court du fût noir de l’aulne au tronc blanc des bouleaux,
Bien des fois, n’est-ce pas ? à travers la clairière,
Pâle, effaré, n’osant regarder en arrière,
Tu t’es hâté, tremblant et d’un pas convulsif,
Ô mon maître Albert Dure, ô vieux peintre pensif !

On devine, devant tes tableaux qu’on vénère,
Que dans les noirs taillis ton œil visionnaire
Voyait distinctement, par l’ombre recouverts,
Le faune aux doigts palmés, le sylvain aux yeux verts,
Pan, qui revêt de fleurs l’antre où tu te recueilles,
Et l’antique dryade aux mains pleines de feuilles.

Une forêt pour toi, c’est un monde hideux.
Le songe et le réel s’y mêlent tous les deux.
Là se penchent rêveurs les vieux pins, les grands ormes
Dont les rameaux tordus font cent coudes difformes,
Et dans ce groupe sombre agité par le vent,
Rien n’est tout à fait mort ni tout à fait vivant.
Le cresson boit ; l’eau court ; les frênes sur les pentes,
Sous la broussaille horrible et les ronces grimpantes,
Contractent lentement leurs pieds noueux et noirs.
Les fleurs au cou de cygne ont les lacs pour miroirs ;
Et sur vous qui passez et l’avez réveillée,
Mainte chimère étrange à la gorge écaillée,
D’un arbre entre ses doigts serrant les larges nœuds,
Du fond d’un antre obscur fixe un œil lumineux.
Ô végétation ! esprit ! matière ! force !
Couverte de peau rude ou de vivante écorce !

Aux bois, ainsi que toi, je n’ai jamais erré,
Maître, sans qu’en mon cœur l’horreur ait pénétré,
Sans voir tressaillir l’herbe, et, par le vent bercées,
Pendre à tous les rameaux de confuses pensées.
Dieu seul, ce grand témoin des faits mystérieux,
Dieu seul le sait, souvent, en de sauvages lieux,
J’ai senti, moi qu’échauffe une secrète flamme,
Comme moi palpiter et vivre avec une âme,
Et rire, et se parler dans l’ombre à demi-voix,
Les chênes monstrueux qui remplissent les bois.

Le 20 avril 1837.

No Pasaran

Nuits, Jours et nuits sombres !

Feu, Sang et décombres !

Sang clair des libres Espagnols !

Oui pour l’Espagne et la liberté

Un sang pur coule sur notre sol

Pour l’humanité

No ! No pasaran !
Feu, rougis la forge

Ceux qui nous égorgent

Par ce fer nous crèv’rons leur cœur

Ceux qui ont mis le feu aux maisons

Ceux qui ont tué nos frères, nos sœurs

Jamais ne nous vaincront

No ! No pasaran !
Qui traîne des chaînes ?

Qui sème la haine ?

Le fascisme et tous ses banquiers

Ils ont de l’or, ils ont des canons

Mais nous luttons pour le monde entier

Nous les briserons

No ! No pasaran !
Il nous faut des armes

C’est un cri d’alarme

Il faut des ball’s et des fusils

Aux lueurs du feu, aux sons du tocsin

Nous combattons avec nos outils

Tous ces assassins !

No ! No pasaran !
Par toute la terre

Viennent des volontaires

Pour lutter à côté de nous !

Gloire aux amis qui nous ont rejoints

Au sanglant et glorieux rendez-vous

Ils tendent le poing

No ! No pasaran !
Morts des barricades

Morts nos camarades

Le jour vient, vous serez vengés

Le jour se lève au feu des combats

Dans la mort des soudards insurgés

Nous sonnons leur glas

No ! No pasaran !
Que le jour se lève

Sur ce mauvais rêve

Pour les hommes de l’univers

Pour les travaux de paix et d’amour

Nous peinerons été comme hiver

Ah ! Vienne ce jour

Si paseremos !

Papier Buvard

1
La vie est un’ bobin’ de fil

J’ai eu treize ans au mois d’avril

Et je me sens vieillir très vite

Mais on m’appelle ma petite,

Une petite ?

On me donne encore des bonbons

Et je peux entrer au salon

Mais j’ai gardé mes habitudes,

Je n’aime pas la solitude

Car je voudrais rester toujours

Petite fille.

Jouer à la corde dans la cour,

Ou bien aux billes.

C’est si bon de désobéir.

Ah! cela m’ennuie de vieillir !
REFRAIN :
J’aime boire de l’encre

Et manger du papier buvard

C’est bon, c’est doux,

C’est rose et mou.

J’aime boire de l’encre

Et manger du papier buvard.

Cela sèche toute la bouche

Et ça agace les dents

Ça fait rêver d’un rêve ardent

Et farouche !

On oublie tout, on est heureuse

La vie est merveilleuse

Et droite comme un boulevard

En mangeant du papier buvard.
2
Adieu poupée, adieu leçons

Il va falloir fair’ des façons.

Le mois prochain je serai vieille

On m’appell’ra Mademoiselle,

Mademoiselle ?

On m’emmèn’ra danser au bal

Je pourrai sans faire de mal

Mettre du rouge et fair’ des choses,

On me donn’ra des bouquets d’ roses.

Ça m’ennuiera j’aim’ pas les fleurs

Ni le rouge à lèvres.

J’ai mal aux dents, j’ai mal au cœur

Et j’ai la fièvre.

Cette vie est triste à mourir

Ah ! cela m’ennuie de vieillir.
REFRAIN

L’amour Tombé Des Nues

Un samedi du moyen âge

Une sorcière qui volait

Vers le saba sur son balai

Tomba par terre

Du haut des nuages

Ho ho ho madame la sorcière

Vous voilà tombée par terre

Ho ho ho sur votre derrière

Et les quatre fers en l’air

Vous tombez des nues

Toute nue

Par êtes vous venue

Sur le trottoir de l’avenue
Vous tombez des nues

Sorcière saugrenue

Vous tombez des nues
Vous tombez des nues

Sur la partie la plus charnue

De votre individu

Vous tombez des nues

On voulait la livrer aux flammes

Cette sorcière qui volait

Vers le sabbat sur son balais

Pour l’ascension

Quel beau programme

Ho ho ho voilà qu’la sorcière

A fait un grand rond par terre

Ho ho ho quel coup de tonnerre

Il tomba d’l’eau à flots

Et l’eau tombe des nues

Toute nue

Éteint les flammes tenues

Et rafraîchi la détenue

L’eau tombe des nues

Averse bienvenue

L’eau tombe des nues

L’eau tombe des nues

Et la sorcière se lave nue

Oui mais dans l’avenue

L’eau tombe des nues
Qu’elle était belle la sorcière

Les présidents du châtelet

Les gendarmes et leurs valets

La regardaient

Dans la lumière

et un éclair qui brille

Et c’est vos yeux qui scintillent

et votre cœur pétille

Nous sommes sourds d’amour

Et nous tombons des nues

Elle est nue

Oui mais notre âme est chenue

Nous avons de la retenue

Nous tombons des nues
Sorcière saugrenue

Nous tombons des nues

Nous tombons des nues

Qu’on relaxe la prévenue

Elle nous exténue

Nous tombons des nues

Et je

Mais tombe des nues

Tu tombes des nues

Le monde entier tombe des nues

L’amour tombe des nues

Et vive les femmes nues !

La Famille Dupanard De Vitry-sur-seine

1
La tribu Dupanard

Les parents les moutards

Habit’ dans un gourbi

À Vitry

À Vitry-sur-Seine

Ah ! quelle veine !
2
Le papa Dupanard

A jadis fait son lard

Au retour d’Biribi

À Vitry

À Vitry-sur-Seine

Ah ! quelle aubaine !
3
La maman Dupanard

S’est rangé’ sur le tard

Ell’ buvait des anis

À Vitry

À Vitry-sur-Seine

Ah ! quelle haleine !
4
Le p’tit Louis Dupanard

D’habitude couche au quart

Puis il fait son fourbi

À Vitry

À Vitry-sur-Seine

Ah ! quell’ vilaine !
5
La Louison Dupanard

A des patt’ de canard

Des poils de ouistiti

À Vitry

À Vitry-sur-Seine

Ah ! quell’ Sirène !
6
Au musé’ Dupuytren

Il y en a encor un

Il n’a pas fait son lit

À Vitry

À Vitry-sur-Seine

Ah ! quelle peine !
7
Dans l’caveau familial

Ils iront c’est fatal

C’est la mort c’est la vi’

À Vitry

À Vitry-sur-Seine

Ah ! quel domaine !
8
Puis on les oubliera

Tôt ou tard c’est comm’ ça !

À Pékin à Paris

À Vitry

À Vitry-sur-Seine

Faridondaine !