Skip to content

Recueil : Mélanges

L’exil

Ils vont sans trêve ; ils vont sous le ciel bas et sombre, Les Fugitifs, chassés des anciens paradis ; Et toute la tribu, depuis des jours sans nombre, Dans leur sillon fatal traîne ses pieds roidis. Ils vont, les derniers-nés des races primitives, Les derniers dont les yeux, sur…

Le Papillon Malade

Apologue Las des fleurs, épuisé de ses longues amours, Un papillon dans sa vieillesse (Il avait du printemps goûté les plus beaux jours) Voyait d’un oeil chagrin la tendre hardiesse Des amants nouveau-nés, dont le rapide essor Effleurait les boutons qu’humectait la rosée. Soulevant un matin le débile ressort De…

Le Petit Menteur

Venez bien près, plus près, qu’on ne puisse m’entendre. Un bruit vole sur vous, mais qu’il est peu flatteur ! Votre mère en est triste ; elle vous est si tendre ! On dit, mon cher amour, que vous êtes menteur. Au lieu d’apprendre en paix la leçon qu’on vous…

Le Rossignol Aveugle

Pauvre exilé de l’air ! Sans ailes, sans lumière,Oh ! Comme on t’a fait malheureux !Quelle ombre impénétrable inonde ta paupière !Quel deuil est étendu sur tes chants douloureux !Innocent Bélisaire ! Une empreinte brûlanteDu jour sur ta prunelle a séché les couleurs,Et ta mémoire y roule incessamment des pleurs,Et…

L’églantine

Églantine ! Humble fleur, comme moi solitaire, Ne crains pas que sur toi j’ose étendre ma main. Sans en être arrachée orne un moment la terre, Et comme un doux rayon console mon chemin. Quand les tièdes zéphirs s’endorment sous l’ombrage, Quand le jour fatigué ferme ses yeux brûlants, Quand…

Les Deux Ramiers

D’ou venez-vous, couple triste et charmant ? Rien parmi nous ne vous appelle encore ; Les jours d’avril n’ont qu’une pâle aurore, Et nul abri pour l’amoureux tourment ; Les blés frileux cachant leurs fronts timides, Comme les fleurs, tremblent au veut du nord ; Le lierre seul couvre les…

L’absence

Quand je me sens mourir du poids de ma pensée, Quand sur moi tout mon sort assemble sa rigueur, D’un courage inutile affranchie et lassée, Je me sauve avec toi dans le fond de mon cœur ! Tu grondes ma tristesse, et, triste de mes larmes, De tes plus doux…

L’amour

Vous demandez si l’amour rend heureuse ; Il le promet, croyez-le, fût-ce un jour. Ah ! pour un jour d’existence amoureuse, Qui ne mourrait ? la vie est dans l’amour. Quand je vivais tendre et craintive amante, Avec ses feux je peignais ses douleurs : Sur son portrait j’ai versé…

L’arbrisseau

La tristesse est rêveuse, et je rêve souvent ; La nature m’y porte, on la trompe avec peine : Je rêve au bruit de l’eau qui se promène, Au murmure du saule agité par le vent. J’écoute : un souvenir répond à ma tristesse ; Un autre souvenir s’éveille dans…

Jeune Homme Irrité

Jeune homme irrité sur un banc d’école, Dont le coeur encor n’a chaud qu’au soleil, Vous refusez donc l’encre et la parole À celles qui font le foyer vermeil ? Savant, mais aigri par vos lassitudes, Un peu furieux de nos chants d’oiseaux, Vous nous couronnez de railleurs roseaux !…

Au Sommeil

Image de la mort, effroi du tendre amour, Sommeil, emporte au loin ce songe épouvantable ! La mort est dans l’adieu d’un ami véritable : Ah ! ne m’avertis pas que l’on se quitte un jour ! Dans ton vol escorté de fantômes livides, Va rendre, s’il se peut, la…