Skip to content

Recueil : Parallèlement

Tantalized

Toutes deux regardaient s’enfuir les hirondelles : L’une pâle aux cheveux de jais, et l’autre blonde Et rose, et leurs peignoirs légers de vieille blonde Vaguement serpentaient, nuages, autour d’elles. Et toutes deux, avec des langueurs d’asphodèles, Tandis qu’au ciel montait la lune molle et ronde, Savouraient à longs traits…

Sur Le Balcon

Toutes deux regardaient s’enfuir les hirondelles : L’une pâle aux cheveux de jais, et l’autre blonde Et rose, et leurs peignoirs légers de vieille blonde Vaguement serpentaient, nuages, autour d’elles. Et toutes deux, avec des langueurs d’asphodèles, Tandis qu’au ciel montait la lune molle et ronde, Savouraient à longs traits…

Sappho

Furieuse, les yeux caves et les seins roides, Sappho, que la langueur de son désir irrite, Comme une louve court le long des grèves froides, Elle songe à Phaon, oublieuse du Rite, Et, voyant à ce point ses larmes dédaignées, Arrache ses cheveux immenses par poignées ; Puis elle évoque,…

Per Amica Silentia

Les longs rideaux de blanche mousseline Que la lueur pâle de la veilleuse Fait fluer comme une vague opaline Dans l’ombre mollement mystérieuse, Les grands rideaux du grand lit d’Adeline Ont entendu, Claire, ta voix rieuse, Ta douce voix argentine et câline Qu’une autre voix enlace, furieuse.   » Aimons, aimons…

Pensionnaires

L’une avait quinze ans, l’autre en avait seize ; Toutes deux dormaient dans la même chambre. C’était par un soir très lourd de septembre Frêles, des yeux bleus, des rougeurs de fraise. Chacune a quitté, pour se mettre à l’aise, La fine chemise au frais parfum d’ambre. La plus jeune…

Lombes

Deux femmes des mieux m’ont apparu cette nuit. Mon rêve était au bal, je vous demande un peu ! L’une d’entre elles maigre assez, blonde, un œil bleu, Un noir et ce regard mécréant qui poursuit. L’autre, brune au regard sournois qui flatte et nuit, Seins joyeux d’être vus, dignes…

Limbes

L’imagination, reine, Tient ses ailes étendues, Mais la robe qu’elle traîne A des lourdeurs éperdues. Cependant que la Pensée, Papillon, s’envole et vole, Rose et noir clair, élancée Hors de la tête frivole. L’Imagination, sise En son trône, ce fier siège ! Assiste, comme indécise, À tout ce preste manège,…

L’impénitent

Rôdeur vanné, ton œil fané Tout plein d’un désir satané Mais qui n’est pas l’œil d’un bélître, Quand passe quelqu’un de gentil Lance un éclair comme une vitre. Ton blaire flaire, âpre et subtil, Et l’étamine et le pistil, Toute fleur, tout fruit, toute viande, Et ta langue d’homme entendu…

L’impudent

La misère et le mauvais œil, Soit dit sans le calomnier, Ont fait à ce monstre d’orgueil Une âme de vieux prisonnier. Oui, jettatore, oui, le dernier Et le premier des gueux en deuil De l’ombre même d’un denier Qu’ils poursuivront jusqu’au cercueil. Son regard mûrit les enfants. Il a…

Mains

Ce ne sont pas des mains d’altesse, De beau prélat quelque peu saint, Pourtant une délicatesse Y laisse son galbe succinct. Ce ne sont pas des mains d’artiste, De poète proprement dit, Mais quelque chose comme triste En fait comme un groupe en petit ; Car les mains ont leur…