Une Âme

Lasse de douleur,
D’espoir obsédée,
D’une fraîche idée,
D’un amour en fleur,
On dirait qu’une âme,
M’embrassant toujours,
De ciel et de flamme
Me refait des jours !

Dans ton souvenir,
Toi qui me recèles,
As-tu pris des ailes
Devant l’avenir ?
Car je sens qu’une âme,
M’embrassant toujours,
De ciel et de flamme
Me refait des jours !

N’es-tu pas dans l’air,
Quand l’air me caresse :
Ou quand il m’oppresse,
Sous l’ardent éclair ?
Car je sens qu’une âme,
M’embrassant toujours,
De ciel et de flamme
Me refait des jours !

Ma Fille

C’est beau la vie
Belle par toi,
De toi suivie,
Toi devant moi !
C’est beau, ma fille,
Ce coin d’azur,
Qui rit et brille,
Sous ton front pur !

C’est beau ton âge,
D’ange et d’enfant,
Voile ou nuage
Qui te défend
Des folles âmes
Qui font souffrir ;
Des tristes flammes
Qui font mourir.

Dieu fit tes charmes ;
Dieu veut ton cœur ;
Tes jours sans larmes,
Tes nuits sans peur ;
Mon jeune lierre,
Monte après moi !
Dans ta prière
Enferme-toi ;

C’est beau, petite,
L’humble chemin
Où je ne quitte
Jamais ta main :
Car dans l’espace,
Aux prosternés
Une voix passe,
Qui dit :  » Venez !  »

Tout mal sommeille
Pour ta candeur ;
Tu n’as d’oreille
Que dans ton cœur :
Quel temps ? quelle beure ?
Tu n’en sais rien :
Mais que je pleure,
Tu l’entends bien !

L’ange Gardien

Oui, vous avez un ange ; un jeune ange qui pleure ;
Il pleure, car il aime… et vous ne pleurez pas ;
Il s’en plaint doucement dans le ciel, puis dans l’heure,
Quand elle sonne triste à ralentir vos pas.
Voyez comme il vous donne et couve sous son aile
Des mots harmonieux tièdes d’âme et d’encens :
Et, quand vous les prenez dans sa main fraternelle,
Comme ils forment aux yeux de célestes accents.

Nous avons tous notre ange, et je tiens de ma mère,
Qu’on ne marche pas seul dans une voie amère.
Le rayon de soleil qui passe et vient vous voir,
L’haleine de vos fleurs que vous buvez le soir ;
Un pauvre qui bénit votre obole furtive,
Dont la prière à Dieu s’achève moins plaintive ;
La fraîche voix d’enfant qui vous jette : Bonjour !
Comptez que c’est votre ange et votre ange d’amour !

D’autres fois, je croyais qu’on nous coupait les ailes,
Pour nous faire oublier le chemin des oiseaux.
Puis, qu’elles renaissaient plus vives et plus belles,
Quand nous avions marché longtemps, quand les roseaux
Ne se relevaient plus près des dormantes eaux :
Nous remontions alors raconter nos voyages
Aux frères parcourant leurs villes de nuages ;
Et las de cette terre où tombent toutes fleurs,
Nous chantions au soleil avec des voix sans pleurs !
Rêves d’enfant pensif et bercé de prières,
Dont quelque doux cantique assoupit les paupières ;
Indigent, mais comblé de biens mystérieux,
Au foyer calme et nu qu’ornait le buis pieux !

À présent je suis femme à la terre exilée,
Descendue à l’école où vous brûlez vos jours ;
Toujours en pénitence ou d’un livre accablée,
N’apprenant rien du monde et l’épelant toujours !

Ce livre, c’est ma vie et ses mobiles pages
Où le cyprès serpente à chaque ligne. Eh quoi !
N’avez-vous pas des pleurs à cacher comme moi,
Sous l’album périssable et lourd de trop d’images ?

Dans ces jours embaumés respirés par le cœur,
N’avez-vous pas aussi vu tomber bien des roses ?
N’aviez-vous pas choisi parmi ces frêles choses,
Un intime trésor qui s’appela : Malheur !

Mais je crois ! mais quelque ange à l’aveugle écolière,
Ouvre parfois son aile et sa pitié de feu :
Il me laisse à genoux ; mais il desserre un peu
L’anneau qui loin de lui me retient prisonnière !

Dormeuse

Si l’enfant sommeille,
Il verra l’abeille,
Quand elle aura fait son miel,
Danser entre terre et ciel.

Si l’enfant repose,
Un ange tout rose,
Que la nuit seule on peut voir,
Viendra lui dire :  » Bonsoir.  »

Si l’enfant est sage,
Sur son doux visage
La vierge se penchera,
Et longtemps lui parlera.

Si mon enfant m’aime,
Dieu dira lui-même :
J’aime cet enfant qui dort ;
Qu’on lui porte un rêve d’or.

Fermez ses paupières,
Et sur ses prières,
De mes jardins pleins de fleurs,
Faites glisser les couleurs.

Ourlez-lui des langes,
Avec vos doigts d’anges,
Et laissez sur son chevet
Pleuvoir votre blanc duvet.

Mettez-lui des ailes
Comme aux tourterelle,
Pour venir dans mon soleil
Danser jusqu’à son réveil !

Qu’il fasse un voyage,
Aux bras d’un nuage,
Et laissez-le, s’il lui plaît,
Boire à mes ruisseaux de lait !

Donnez-lui la chambre
De perles et d’ambre.
Et qu’il partage en dormant
Nos gâteaux de diamant !

Brodez-lui des voiles,
Avec mes étoiles,
Pour qu’il navigue en bateau
Sur mon lac d’azur et d’eau !

Que la lune éclaire
L’eau pour lui plus claire,
Et qu’il prenne au lac changeant
Mes plus fins poissons d’argent !

Mais je veux qu’il dorme,
Et qu’il se conforme
Au silence des oiseaux,
Dans leurs maisons de roseaux !

Car si l’enfant pleure,
On entendra l’heure
Tinter partout qu’un enfant
A fait ce que Dieu défend !

L’écho de la rue,
Au bruit accourue,
Quand l’heure aura soupiré,
Dira :  » L’enfant a pleuré !  »

Et sa tendre mère,
Dans sa nuit amère,
Pour son ingrat nourrisson
Ne saura plus de chanson !

S’il brame, s’il crie,
Par l’aube en furie
Ce cher agneau révolté
Sera peut-être emporté !

Un si petit être,
Par le toit, peut-être,
Tout en criant, s’en ira,
Et jamais ne reviendra !

Qu’il rôde en ce monde,
Sans qu’on lui réponde,
Jamais l’enfant que je dis
Ne verra mon paradis !

Oui ! mais s’il est sage,
Sur son doux visage
La vierge se penchera
Et longtemps lui parlera !