Fête Du Peuple

Quel trouble inattendu semble agiter les âmes ?

Pourquoi ces cris ? pourquoi tous ces apprêts nouveaux ?

Pourquoi ces artisans, ces enfants et ces femmes

Ont-ils déserté leurs travaux ?

Un désir inquiet se peint sur leur visage ;

Est-ce un espoir ? Est-ce un présage ?

Oh voyez ! comme ils sont empressés d’accourir !

Une sourde rumeur s’élève dans la nue :

Quel est cet appareil, cette fête inconnue ?

C’est un homme qui va mourir.

Son crime fut d’un jour. D’une peine éternelle

La loi va déployer l’appareil menaçant,

Car le sang qui coula sous sa main criminelle

Doit être expié par le sang.

J’entends. Mais que lui veut cette foule empressée

Qui, sur les chemins amassée.

Va chercher des horreurs qui puissent l’émouvoir ?

— ils viennent prodiguer à sa lente agonie

De leurs transports bruyants la farouche ironie !

— Ils vont le plaindre ? — Ils vont le voir !

Marqués aussi du sceau d’un destin redoutable,

Sur leurs têtes aussi l’anathème est lancé :

Ils doivent tous subir l’arrêt inévitable

Qu’un autre Juge a prononcé.

Cet homme, son voisin, tous pourraient cesser d’être

Quand cet autre qui va paraître

Portera sous la hache un stérile remord ;

Car il faut tôt ou tard que la loi s’accomplisse ;

Mais, ignorant du moins le moment du supplice,

Comme lui condamnés à mort,

Ils cherchent sur son front quelque lueur nouvelle ;

Ils vont interroger ses gestes, ils ont faim

D’aller dans tous ses traits chercher ce que révèle

L’œil d’un homme qui voit la fin,

Qui, des profonds secrets dérobés à la terre,

Près de percer le grand mystère,

Voit le terme fatal s’approcher pas à pas,

Dans chaque son qui fuit, dans chaque instant qui passe,

Et qui peut calculer, au juste, quel espace

Le sépare encor du trépas.

Mais des gardes déjà devant le char placés

Aux rayons du soleil les sabres ont relui,

Et sur les hauts balcons les femmes entassées

Nous ont crié déjà : C’est lui !

A l’aspect de ce peuple, un moment il relève

Cette tête promise au glaive

Dont la justice humaine a brisé le fourreau ;

Puis au sort qui l’attend muet il s’abandonne,

Entre l’homme qui frappe et le Dieu qui pardonne.

Entre le prêtre et le bourreau.

Il vient — à reculons assis dans la charrette.

Pas plus loin, pas plus loin. — On dit qu’il a parlé !

— Il descend. — Puis il faut remonter. — Il s’arrête !

— Toi qui vois, a-t-il chancelé ?

Tout est là, tout est prêt ; le panier est à droite :

C’est par cette ouverture étroite…

Silence ! il est saisi par les exécuteurs !

C’est fait. Que de bravos la place retentisse ;

C’est fait : il est où ceux qu’a jugés leur justice

Ont leur tour d’être accusateurs.

La Femme Adultère

Écoutez ce que c’est que la femme adultère.

Sa joie est un tourment, sa douleur un mystère :

Dans son cœur dégradé que le crime avilit

Un autre a pris la place à l’époux réservée ;

D’impures voluptés elle s’est abreuvée ;

Un autre est venu dans son lit.

Dévorée au dedans d’une flamme cachée,

Toujours, devant les yeux son image attachée

Jusqu’aux bras d’un époux vient encor la troubler ;

Elle reste au logis des heures à l’attendre.

Prête l’oreille et dit, quand elle croit l’entendre,

A ses enfants de s’en aller.

Son complice ! des lois il brave la vengeance !

Qui pourrait, trahissant leur sourde intelligence,

Éveiller dans les cœurs le soupçon endormi ?

De son crime impuni le succès l’encourage,

La mère lui sourit, et l’époux qu’il outrage

L’embrasse en disant : mon ami.

Voici venir enfin l’heure tant retardée ;

Les voilà seuls, la porte est close et bien gardée :

Pourquoi cet air pensif, pourquoi cet œil distrait ?

Pourquoi toujours trembler et pâlir d’épouvante ?

Personne ne l’a vu monter, et la suivante

A reçu le prix du secret.

Dans un festin brillant le hasard les rassemble ;

Leurs sièges sont voisins. Que vont-ils dire ensemble ?

Quel sinistre bonheur dans leurs regards a lui !

Oh retiens les éclairs de ta prunelle ardente,

Garde de te trahir, et de boire, imprudente !

Dans la même coupe après lui !

Que dis-je ? Du mépris et de l’indifférence

Elle sait à son œil imposer l’apparence :

Un regard indiscret jamais ne révéla

De son cœur déchiré la sombre inquiétude.

Elle s’observe, et sait, à force d’habitude,

Rester froide quand il est là !

Ses tourments sont cachés à tous, soyez sans crainte ;

Aussi regardez-la sans gêne et sans contrainte

Répondre à vingt propos, sourire oh si du moins,

Pour apaiser l’ardeur dont elle est embrasée,

Elle pouvait, auprès d’une obscure croisée,

L’avoir un instant sans témoins !

Sentir le bruit léger de sa robe froissée,

Dans les plis de satin sa jambe entrelacée,

Lui donner d’un regard l’heure du lendemain,

Et, dans ce tourbillon qui roule et qui l’emporte.

Lui dire ou seulement debout, près de la porte,

En passant lui serrer la main !

Cependant, pas à pas, la vieillesse est venue

Troubler son cœur flétri d’une crainte inconnue.

Le prestige enivrant s’est enfin dissipé :

Il faut quitter l’amour, l’amour et son ivresse ;

Il faut se trouver seule et subir la tendresse

De cet homme qu’elle a trompé.

La Ressemblance

Sur tes riches tapis, sur ton divan qui laisse
Au milieu des parfums respirer la mollesse,
En ce voluptueux séjour,
Où loin de tous les yeux, loin des bruits de la terre,
Les voiles enlacés semblent, pour un mystère,
Eteindre les rayons du jour,

Ne t’enorgueillis pas, courtisane rieuse,
Si, pour toutes tes soeurs ma bouche sérieuse
Te sourit aussi doucement,
Si, pour toi seule ici, moins glacée et moins lente,
Ma main sur ton sein nu s’égare, si brûlante
Qu’on me prendrait pour un amant.

Ce n’est point que mon coeur soumis à ton empire,
Au charme décevant que ton regard inspire
Incapable de résister,
A cet appât trompeur se soit laissé surprendre
Et ressente un amour que tu ne peux comprendre,
Mon pauvre enfant ! ni mériter.

Non : ces rires, ces pleurs, ces baisers, ces morsures,
Ce cou, ces bras meurtris d’amoureuses blessures,
Ces transports, cet oeil enflammé ;
Ce n’est point un aveu, ce n’est point un hommage
Au moins : c’est que tes traits me rappellent l’image
D’une autre femme que j’aimai.

Elle avait ton parler, elle avait ton sourire,
Cet air doux et rêveur qui ne peut se décrire.
Et semble implorer un soutien ;
Et de l’illusion comprends-tu la puissance ?
On dirait que son oeil, tout voilé d’innocence,
Lançait des feux comme le tien.

Allons : regarde-moi de ce regard si tendre,
Parle-moi, touche-moi, qu’il me semble l’entendre
Et la sentir à mes côtés.
Prolonge mon erreur : que cette voix touchante
Me rende des accents si connus et me chante
Tous les airs q’elle m’a chantés !

Hâtons-nous, hâtons-nous ! Insensé qui d’un songe
Quand le jour a chassé le rapide mensonge,
Espère encor le ressaisir !
Qu’à mes baisers de feu ta bouche s’abandonne,
Viens, que chacun de nous trompe l’autre et lui donne
Toi le bonheur, moi le plaisir !

La Vengeance

Quand j’entrai dans la vie, au sortir de l’enfance,

A cet âge innocent où l’homme sans défense,

Inquiet, sans appui, cherche un guide indulgent,

Et, demandant au ciel un ami qui l’entende.

Sent qu’il a si besoin d’une main qu’on lui tende

Et d’un regard encourageant ;

Toi seule, armant ta voix d’une affreuse ironie,

As fait sur un enfant peser ta tyrannie :

A tes rires amers que tu m’as immolé !

Par un plaisir cruel prolongeant ma souffrance,

Ta bouche comme un crime a puni l’ignorance

Et tes dédains m’ont accablé.

Sais-tu que se venger est bien doux ? Mon courage

A supporté l’affront et dévoré l’outrage :

Comme une ombre importune attachée à tes pas

J’ai su te fatiguer par ma fausse tendresse,

J’ai su tromper ton cœur, j’ai su feindre l’ivresse

D’un amour que je n’avais pas.

Te souviens-tu d’abord comme ta résistance

Par de cruels mépris éprouva ma constance.

Mais je pleurai, je crois, je parlai de mourir…

Et puis, on ne peut pas toujours être rebelle ;

A s’entendre sans fin répéter qu’on est belle,

Il faut pourtant bien s’attendrir.

Grâce au ciel ! ma victoire est enfin assurée ;

Au mépris d’un époux et de la foi jurée.

Enfin, tu t’es livrée à moi, tu m’appartiens !

J’ai senti dans ma main frémir ta main tremblante

Et mes baisers errants sur ta bouche brûlante

Se sont mêlés avec les tiens !

Et bien ! sache à présent, et que ton cœur se brise.

Sache que je te hais et que je te méprise,

Sache bien que jamais je ne voulus t’avoir

Que pour pouvoir un jour en face te maudire.

Rire de tes tourments, à mon tour, et te dire

Tout ce que je souffre à te voir !

As-tu donc pu jamais, malheureuse insensée,

Croire que ton image occupait ma pensée ?

Connais-moi maintenant et comprends désormais

Quelle horreur me poussait, quelle rage m’enflamme,

Et ce qu’il m’a fallu de haine au fond de l’âme

Pour te dire que je t’aimais ?

J’ai donc bien réussi, je t’ai donc bien frappée ;

Par un adolescent ta vanité trompée

A pu croire aux serments que ma voix te jurait !

Malgré cet œil perçant, malgré ce long usage,

Tu n’as donc jamais rien trouvé sur mon visage

Qui trahît cet affreux secret ?

Je te lègue en fuyant, une honte éternelle.

Je veux que le remords, active sentinelle.

S’attache à sa victime, et veille à tes côtés,

Qu’il expie à la fois mes chagrins, mes injures

Et cette horrible gêne et ces mille parjures

Que la vengeance m’a coûtés.

C’est bien. Je suis content : j’ai passé mon envie ;

D’un souvenir amer j’empoisonne ta vie.

Va-t’en ! pour me fléchir ces cris sont superflus.

Va-t’en ! pleure à jamais ta honte et ta faiblesse

Et songe bien au moins que c’est moi qui te laisse

Et que c’est moi qui ne veux plus !

La Villégiature

J’ai souvent comparé la villégiature
Aux phases d’un voyage entrepris en commun
Avec des étrangers de diverse nature
Dont on n’a de ses jours vu ni connu pas un.

Au début de la route, en montant en voiture,
On s’observe : – l’un l’autre on se trouve importun ;
L’entretien languissant meurt faute de pâture…
Mais, petit à petit, on s’anime ; et chacun

A l’entrain général à son tour s’associe :
On cause, on s’abandonne, et plus d’un s’apprécie.
– Les chevaux cependant marchent sans s’arrêter ;

Et c’est lorsqu’on commence à peine à se connaître,
Que l’on se juge mieux, – qu’on s’aimerait peut-être,
– C’est alors qu’on arrive, – et qu’il faut se quitter.

L’anniversaire

Oh ! qui me donnera d’aller dans vos prairies,
Promener chaque jour mes tristes rêveries,
Rivages fortunés où parmi les roseaux
L’Yonne tortueuse égare au loin ses eaux !
Oui, je veux vous revoir, poétiques ombrages,
Bords heureux, à jamais ignorés des orages,
Peupliers si connus, et vous, restes touchants,
Qui m’avez inspiré jadis mes premiers chants.

Le Livre De Mon Cœur

La Porte-Saint-Martin va donner des Mystères

Où Paris tout entier se hâte d’accourir.

Tout manque, les balcons, les loges, les parterres ;

J’ai pourtant une place et je vais vous l’offrir.

Ce théâtre où jadis je vous ai rencontrée

Me rappelle un passé bien cruel et bien doux.

C’était un soir d’été, douce et chaude soirée ;

Je m’en souviens encor : vous en souvenez-vous ?

Que de choses depuis ! — La vie est ainsi faite.

Je voulais vous avoir, vous n’avez pas voulu

Et j’ouvris devant vous oublieuse et distraite

Le livre de mon cœur où vous n’avez rien lu.

Eh bien, il est au moins un bienfait que j’implore,

Triste et suprême appel que vous fera ma voix,

Qu’une dernière fois je vous revoie encore

Aux lieux où je vous vis pour la première fois !

Comme un oiseau blessé qui vient, l’aile meurtrie,

Mourir près de son nid, au bord de son ruisseau.

Qu’ainsi mon pauvre amour, brisé par vous, Marie.

Vienne chercher sa tombe auprès de son berceau !

Le Retour De La Bien-aimée

I

Que ces vallons déserts, que ces vastes prairies

Où j’allais promener mes tristes rêveries,

Que ces rivages frais, que ces bois, que ces champs,

Que tout prenne une voix et retrouve des chants

Et porte jusqu’au sein de Ta Toute Puissance

Un hymne de bonheur et de reconnaissance !

Celle, qui dans un chaste et pur embrassement,

A reçu mon amour et mon premier serment,

Celle à qui j’ai juré de consacrer ma vie

Par d’injustes parents m’avait été ravie ;

Ils avaient repoussé mes pleurs, et les ingrats

Avaient osé venir l’arracher de mes bras ;

Et jaloux de m’ôter la dernière espérance

Qui pût me soutenir et calmer ma souffrance,

Un message trompeur nous avait informés

Que sur un bord lointain ses yeux s’étaient fermés.

Celui qui fut aimé, celui qui put connaître

Ce bonheur enivrant de confondre son être,

De vivre dans un autre, et de ne plus avoir

Que son cœur pour sentir, et que ses yeux pour voir,

Celui-là pourra seul deviner et comprendre

Ce qu’une voix humaine est impuissante à rendre ;

Celui-là saura seul tout ce que peut souffrir

Un homme, et supporter de tourments sans mourir.

Mais la main qui sur moi s’était appesantie

Semble de mes malheurs s’être enfin repentie.

Leur cœur s’est attendri, soit qu’un pouvoir caché,

Que sais-je ? Ou que la voix du remords l’ait touché.

Celle que je pleurais, que je croyais perdue,

Elle vit ! elle vient ! et va m’être rendue !

Ne demandez donc plus, amis, pourquoi je veux

Qu’on mêle ces boutons de fleurs dans mes cheveux.

Non ! Je n’ai point souffert et mes douleurs passées

En cet heureux instant sont toutes effacées ;

Que sont tous mes malheurs, que sont tous mes ennuis.

Et ces rêves de deuil qui tourmentaient mes nuits ?

Et moi ! J’osais du ciel accuser la colère !

Je reconnais enfin sa bonté tutélaire.

Et je bénis ces maux d’un jour qui m’ont appris

Que mes yeux ne devaient la revoir qu’à ce prix !

II

Quel bonheur est le mien ! Pourtant — ces deux années

Changent bien des projets et bien des destinées ;

— Je ne puis me celer, à parler franchement,

Que ce retour me gêne un peu, dans ce moment.

Certes, le souvenir de notre amour passé

N’est pas un seul instant sorti de ma pensée ;

Mais enfin je ne sais comment cela s’est fait :

Invité cet hiver aux bals chez le préfet.

J’ai vu sa fille aînée, et par étourderie

Risqué de temps en temps quelque galanterie :

Je convins aux parents, et fus bientôt admis

Dans cette intimité qu’on réserve aux amis.

J’y venais tous les soirs, je faisais la lecture,

Je présentais la main pour monter en voiture ;

Dans nos réunions en petit comité,

Toujours près de la fille, assis à son côté.

Je me rendais utile à tout, j’étais son page.

Et quand elle chantait, je lui tournais la page.

Enfin, accoutumé chaque jour à la voir.

60 Que sais-je ? J’ai rendu, sans m’en apercevoir,

Et bien innocemment, des soins, que je soupçonne

N’être pas dédaignés de la jeune personne :

Si bien que je ne sais trop comment m’arranger :

On jase, et les parents pourront bien exiger

Que j’ôte ce prétexte à la rumeur publique,

Et, quelque beau matin, vouloir que je m’explique.

C’est ma faute, après tout, je me suis trop pressé,

Et, comme un débutant, je me suis avancé.

Mais, d’un autre côté, comment prévoir ? N’importe,

Mes serments sont sacrés, et mon amour l’emporte,

J’irai demain trouver le père, et s’il vous plaît,-

Je lui raconterai la chose comme elle est.

— C’est bien ! — Mais que va-t-on penser, que va-t-on dire ?

Le monde est si méchant, et si prompt à médire !

— Je le brave ! et s’il faut, je verserai mon sang…

Oui : mais toujours est-il que c’est embarrassant.

III

Comme tout ici-bas se flétrit et s’altère,

Et comme les malheurs changent un caractère !

J’ai cherché vainement, et n’ai point retrouvé

Cette aimable candeur qui m’avait captivé.

Celle que j’avais vue autrefois si craintive.

Dont la voix résonnait si douce et si plaintive,

Hautaine, au parler bref, et parfois emporté,

A rejeté bien loin cette timidité.

A moi, qui n’ai vécu, n’ai souffert que pour elle.

Est-ce qu’elle n’a pas déjà cherché querelle ?

Jetant sur le passé des regards curieux,

Elle m’a demandé d’un air impérieux

Si, pendant tout ce temps que j’ai passé loin d’elle.

Mon cœur à sa mémoire était resté fidèle :

Et de quel droit, bon Dieu ? Nous n’étions point liés.

Et nous aurions très bien pu nous être oubliés !

J’avais juré, promis ! — Qu’est-ce que cela prouve ?

Tous les jours, en amour, on jure ; et lorsqu’on trouve

Quelque distraction, on laisse rarement

Perdre l’occasion de trahir son serment :

Il n’est pas défendu d’avoir un cœur sensible,

Et ce n’est point du « tout un crime irrémissible.

Et puis d’ailleurs, après ce que j’ai découvert.

Entre nous, soyons franc, parlons à cœur ouvert :

J’en avais fait mon deuil, et la pauvre exilée

S’est bien de son côté quelque peu consolée ;

Et si je persistais à demander sa main.

C’était par conscience, et par respect humain ;

Je m’étais étourdi. Mais elle a, la première.

Fait ouvrir, par bonheur, mes yeux à la lumière,

Et certes, j’aime mieux encore, à beaucoup près,

Qu’elle se soit ainsi montrée avant qu’après.

Car enfin, rien n’est fait, au moins, et le notaire

N’a point à nos serments prêté son ministère.

— Mais quels emportements ! quels pleurs ! car elle croit

Exiger une dette et réclamer un droit.

Or il faut en finir : quoi qu’elle dise ou fasse,

J’en ai pris mon parti ; j’irai lui dire en face,

— Quoi ? — Que son caractère est à n’y pas tenir.

— Elle avait bien besoin aussi de revenir !

Nous étions si bien tous, quand son humeur altière

Vint troubler le repos d’une famille entière !

On nous la disait morte ; et je croirais aussi

Qu’il vaudrait beaucoup mieux que cela fût ainsi.

L’immortalité

La mort vient dégager de la vile matière
Notre esprit, souffle de la pur divinité,
Et l’ombre des tombeaux nous cache une lumière
Dont nos yeux ne pourraient soutenir la clarté.

La mort vient délivrer notre âme prisonnière
Et lui faire connaître enfin la liberté,
Nous mourons, c’est la vie ; et notre heure dernière
Est le premier moment de l’immortalité.

Ah ! ne redoutons pas de tomber dans l’abîme
Où paraît s’engloutir à jamais l’être humain,
Le trépas nous promet l’éternel lendemain ;

Et par un privilège éclatant et sublime,
Quand il meurt ici-bas, l’homme naît dans le ciel
Car Dieu le fait mourir pour le rendre immortel.

À Charles X

Triste et soudain fracas d’un trône héréditaire,

Profond enseignement aux puissants de la terre,

Qui vous eût pu prévoir, et dire : Dans trois jours,

Cette tige de rois par les siècles blanchie

Et ce vaste pouvoir et cette monarchie

Auront fui sans espoir et croulé pour toujours ?

Et toi qui n’es plus rien et qui fus roi naguère,

Charles ! n’avais-tu pas ton droit de paix, de guerre.

Ta large part d’impôts, tes châteaux à choisir,

Tes veneurs, tes laquais, tes chiens, tes équipages,

Tes chambellans dorés, tes hérauts et tes pages

Et tes vastes forêts où chasser à loisir ?

T’empêchait-on d’aller au sein des basiliques,

Courbant ton front royal et baisant les reliques.

Garder, comme un soldat, un prêtre à tes côtés.

Et, du ministre saint implorant l’assistance,

Consumer dans le jeûne et dans la pénitence

Tout le restant des jours que le ciel t’a comptés ?

On t’entourait d’honneurs, de respects, et la France,

Qui voyait tout cela d’un air d’indifférence.

T’eût laissé jusqu’au bout, sans haine et sans effroi.

Saluer de la main du haut des galeries,

Sourire à tes valets et dans tes Tuileries

Mourir tranquillement sur ton fauteuil de roi !

Mais des hommes t’ont dit :  » Sire, l’heure est venue,

Où votre volonté, trop longtemps méconnue.

Doit être apprise à tous et s’ouvrir un chemin ;

Et si quelque mutin se dresse et se récrie.

Nous avons-là Foucault et sa gendarmerie ;

C’est l’affaire d’un coup de main.

 » On en eut bon marché sous l’autre ministère.

Quelques coups de mitraille à propos l’ont fait taire,

Ce peuple ; il faut qu’il sache, au moins, si c’est en vain

Que Charles Xdix est roi de France et de Navarre

Et si d’un peu de sang il lui sied d’être avare

Pour soutenir le droit divin,

 » Et si des gens venaient, artisans d’imposture,

Vous parler de promesse et que c’est forfaiture

Que manquer de la sorte à la foi des serments

Jurés, devant l’autel, sur les saints Évangiles,

Et qu’après tout, la terre a des trônes fragiles,

Et l’avenir des châtiments ;

 » Sophismes dangereux, maximes immorales !

Propos séditieux de feuilles libérales !

Mais seulement un mot, un signe de la main,

Et vous verrez pâlir tous ces faiseurs d’émeute,

Comme un gibier peureux qui fuit devant la meute,

Dans les forêts de Saint-Germain.  »

Et toi, tu les as crus et, risquant la partie,

Sur un seul coup de dé perdu ta dynastie,

Bien puni maintenant, ô roi, pour avoir mis

Tant d’espoir dans ton Dieu, tant de foi dans sa grâce,

Et compté, pour ton trône et les gens de ta race,

Sur l’avenir sans fin qui leur était promis !

Mais comme au premier coup du marteau populaire

Ta vieille royauté, masure séculaire.

Lézardée et disjointe et qui n’en pouvait plus,

A craqué jusqu’au fond, tant l’heure était critique.

Tant sa chute était mûre et de ce dais gothique

La toile était usée et les ais vermoulus !

Et pour baisser si bas des têtes couronnées,

Qu’a-t-il fallu de temps au peuple ? Trois journées

D’ouvriers descendus en hâte des faubourgs,

Qui couraient sans savoir, au fort de la mêlée,

Ce que c’est qu’une marche, et comme elle est réglée

Sur les sons plus pressés ou plus lents des tambours.

Trois jours, et tout fut dit ; et la pâle bannière

Du faîte des palais a roulé dans l’ornière.

Et les trois fleurs de lis, honneur de ta maison,

N’ont d’asile aujourd’hui, tristes et détrônées,

Que dans quelques foyers de vieilles cheminées.

Ou les feuillets jaunis d’un traité de blason.

Eh quoi ! de tes malheurs le rude apprentissage

N’avait-il pu t’instruire et te faire assez sage,

Sans qu’il fallût encor, vieillard en cheveux gris,

Entendre le fracas de ton trône qui tombe.

Et retrouver si tard et si près de la tombe.

Ces leçons de l’exil qui ne t’ont rien appris ?

Tu l’as voulu pourtant ! Aussi bien, à ton âge.

Quand la mort à ce point est dans le voisinage,

A tout prendre, il vaut mieux, de tous ces vains joyaux

Débarrasser un front qu’a touché le Saint-Chrême,

Car pour qui va paraître au tribunal suprême.

Les plis sont bien persans des ornements royaux !

Va, mais ne songe plus, Majesté solitaire,

Qu’à ce royaume saint qui n’est plus de la terre ;

Songe au soin de ton âme, et, déchargé du faix

De cette royauté dont t’a perdu l’envie,

Songe à bien profiter, au moins pour l’autre vie,

De ces derniers loisirs que le peuple t’a faits.

À Mm. Barthélemy Et Méry

Chantres associés et paisibles rivaux,

Qui mettez en commun la gloire et les travaux,

Et qu’on voit partager sans trouble et sans orage

D’un laurier fraternel le pacifique ombrage ;

Lorsque de toutes parts le public empressé,

Chez l’heureux éditeur chaque jour entassé.

De vos vers en naissant devenus populaires

Se dispute à l’envi les dix-mille exemplaires,

Pardonnez, si je viens à vos nobles accents

Obscur admirateur, offrir ma part d’encens.

Sur les abus criants d’un odieux système,

Lorsque le peuple entier a lancé l’anathème,

Et contre ces vizirs honnis et détestés,

S’est levé comme un homme et les a rejetés ;

Du haro général organes satiriques,

Vos vers ont démasqué ces honteux empiriques ;

Votre muse, esquissant leurs grotesques portraits,

D’un ridicule amer assaisonnant ses traits

Contre chaque méfait, vedette en permanence.

Improvisait un chant, comme eux une ordonnance,

Combattait pour nos droits, et lavant nos affronts,

D’un iambe vainqueur stigmatisait leurs fronts.

Mais lorsqu’ils ont enfin, relégués dans leurs terres,

Amovibles tyrans, pleuré leurs ministères.

Votre muse, à leur fuite adressant ses adieux.

Dans une courte épitre a rendu grâce aux dieux.

Dédaignant d’accabler, tranquille et satisfaite.

Ces ignobles vaincus meurtris de leur défaite.

Lors il fallut trouver dans ce vaste univers

Un plus noble sujet qui méritât vos vers :

Et vous avez montré dans les champs d’Idumée

L’Orient en présence avec la grande Armée,

Le Nil soumis au joug et du vainqueur d’Eylau

Le portrait colossal dominant le tableau.

Et quel autre sujet pouvait, -plus poétique.

Présenter à vos yeux son prisme fantastique ?

Quel autre champ pouvait, de plus brillantes fleurs

Offrir à vos pinceaux les riantes couleurs ?

Une invisible main, sous le ciel de l’Asie,

A, comme les parfums, semé la poésie :

Ces peuples, qui, pliés au joug de leurs sultans,

Résistent, obstinés à la marche du temps ;

Ces costumes, ces mœurs, ce stupide courage

Qui semble appartenir aux hommes d’un autre âge,

Ces palais, ces tombeaux, cet antique Memnon

Qui de leurs fondateurs ont oublié le nom ;

Ce Nil, qui sur des monts égarés dans la nue,

Va cacher le secret de sa source inconnue ;

Tout inspire, tout charme ; et des siècles passés

Ranimant à nos yeux les récits effacés.

Donne à l’éclat récent de nos jours de victoire

La couleur des vieux temps et l’aspect de l’histoire.

Votre muse a saisi de ces tableaux épars

Les contrastes brillants offerts de toutes parts :

Elle peint, dans le choc de ces tribus errantes

Le cliquetis nouveau des armes différentes,

Les bonnets tout poudreux de nos républicains

Heurtant dans le combat les turbans africains.

Et, sous un ciel brûlant, la lutte poétique

De la France moderne et de l’Asie antique.

Temps fertile en héros ! glorieux souvenir !

Quand de Napoléon tout rempli d’avenir,

Sur le sol de l’Arabe encor muet de crainte,

La botte éperonnée a marqué son empreinte,

Et gravé sur les bords du Nil silencieux

L’ineffaçable sceau de l’envoyé des cieux !

Beaux jours ! où Bonaparte était jeune, où la France

D’un avenir meilleur embrassait l’espérance.

Souriait aux travaux de ses nobles enfants,

Et saluait de loin leurs drapeaux triomphants ;

Et ne prévoyait pas que ce chef militaire

Vers les degrés prochains d’un trône héréditaire

Marchait, tyran futur, à travers tant d’exploits ;

Et mettant son épée à la place des lois,

Fils de la liberté, préparait à sa mère

Le coup inespéré que recelait Brumaire !

Mais enfin ce fut l’heure : et les temps accomplis

Marquèrent leur limite à ses desseins remplis.

Abattu sous les coups d’une main vengeresse,

Il paya chèrement ces courts instants d’ivresse.

Comme j’aime ces vers où l’on voit à leur tour,

Les rois unis livrer sa pâture au vautour ;

Des pâles cabinets l’étroite politique

Le jeter palpitant au sein de l’Atlantique,

Et pour mieux lui fermer un périlleux chemin,

Du poids d’indignes fers déshonorer sa main.

Sa main ! dont ils ont su les étreintes fatales,

Qui data ses décrets de leurs vingt capitales.

Qui, des honneurs du camp, pour ses soldats titrés.

Après avoir enfin épuisé les degrés.

Et relevant pour eux les antiques pairies,

Sur les flancs de leurs chars semé les armoiries,

Pour mieux récompenser ces glorieux élus,

A de la royauté fait un grade de plus.

Et vous, qui poursuivant une noble pensée,

Aux travaux de nos preux fîtes une Odyssée,

Qui montrant à nos yeux sous un soleil lointain

Ces préludes brillants de l’homme du destin,

Avez placé vos chants sous l’ombre tutélaire

D’une gloire historique et déjà séculaire,

Mêlés dans les récits des âges à venir,

Vos vers auront leur part de ce grand souvenir :

Comme, sous Périclès, ce sculpteur de l’Attique

Dont la main enfanta le Jupiter antique,

Dans les siècles futurs associa son nom

A l’immortalité des Dieux du Parthénon.

Examen De Conscience

Frères, je me confesse, et vais vous confier

Mon sort, pour vous instruire et vous édifier.

Un jour, je me sentis le désir de connaître

Ce qu’enfermait en soi le secret de mon être,

Ignorant jusque-là, je brûlai de savoir ;

J’examinai mon âme et j’eus peur à la voir.

Alors, et quand je l’eus à souhait regardée,

Que je la connus bien, il me vint à l’idée

De m’enquérir un peu pourquoi j’étais ainsi,

Et d’où je pouvais m’être à ce point endurci :

Car je ne pouvais pas me faire à la pensée

Qu’elle se fût si vite et si bas affaissée,

Car j’étais tout confus, car, en y bien cherchant,

Il me semblait à moi n’être pas né méchant.

En effet, je pouvais être bon. Mais j’espère

Que Dieu pardonne et fait miséricorde au père

Qui veut trop pour son fils, et lui fait désirer

Un sort où la raison lui défend d’aspirer !

Mon malheur vient de là, d’avoir pu méconnaître

L’humble condition où Dieu m’avait fait naître.

D’avoir tâché trop loin, et d’avoir prétendu

A m’élever plus haut que je ne l’aurais dû !

Hélas ! j’allai partout, chétif et misérable.

Traîner péniblement ma blessure incurable ;

Comme un pauvre à genoux au bord d’un grand chemin,

J’ai montré mon ulcère, et j’ai tendu la main ;

Malheureux matelot perdu dans un naufrage.

J’ai crié ; mais ma voix s’est mêlée à l’orage ;

Mais je n’ai rencontré personne qui voulût

Me plaindre, et me jeter la planche de salut.

Et moi, je n’allai point, libre et sans énergie.

Exhaler ma douleur en piteuse élégie.

Comme un enfant mutin pleure de ne pouvoir

Atteindre un beau fruit mûr qu’il vient d’apercevoir.

Je gardai mon chagrin pour moi, j’eus le courage

De renfermer ma haine et d’étouffer ma rage,

Personne n’entrevit ce que je ressentais.

Et l’on me crut joyeux parce que je chantais.

Tel s’est passé pour moi cet âge d’innocence

Où des songes riants bercent l’adolescence.

Sans jouir de la vie, et sans avoir jamais

Vu contenter un seul des vœux que je formais :

Jamais l’Illusion, jamais le doux Prestige,

Lutin capricieux qui rit et qui voltige,

Ne vint auprès de moi, dans son vol caressant,

Secouer sur mon front ses ailes en passant,

Et jamais voix de femme, harmonieuse et tendre,

N’a trouvé de doux mots qu’elle me fit entendre.

Une fois, une fois pourtant, sans le savoir,

J’ai cru naître à la vie, au bonheur, j’ai cru voir

Comme un éclair d’amour, une vague pensée

Qui vint luire à mon âme et qui l’a traversée,

A ce rêve si doux je crus quelques instants ;

— Mais elle est sitôt morte et voilà si longtemps !

Je me livrai dès lors à l’ardeur délirante

D’un cerveau maladif et d’une âme souffrante ;

J’entrepris de savoir tout ce que recelait

En soi le cœur humain de difforme et de laid ;

Je me donnai sans honte à ces femmes perdues

Qu’a séduites un lâche, ou qu’un père a vendues.

J’excitai dans leurs bras mes désirs épuisés,

Et je leur prodiguai mon or et mes baisers :

Près d’elles, je voulus contenter mon envie

De voir au plus profond des secrets de la vie.

J’allai, je descendis aussi loin que je pus

Dans les sombres détours de ces cœurs corrompus,

Trop heureux, quand un mot, un signe involontaire

D’un vice, neuf pour moi, trahissait le mystère,

Et qu’aux derniers replis à la fin parvenu,

Mon œil, comme leurs corps, voyait leur âme à nu.

Or, vous ne savez pas, combien à cette vie,

A poursuivre sans fin cette fatale envie

De tout voir, tout connaître, et de tout épuiser,

L’âme est prompte à s’aigrir et facile à s’user.

Malheur à qui, brûlant d’une ardeur insensée

De lire à découvert dans l’homme et sa pensée.

S’y plonge, et ne craint pas d’y fouiller trop souvent,

D’en approcher trop près, et d’y voir trop avant !

C’est ce qui m’acheva : c’est cette inquiétude

A chercher un cœur d’homme où mettre mon étude,

C’est ce mal d’avoir pu, trop jeune, apercevoir

Ce que j’aurais mieux fait de ne jamais savoir.

Désabusé de tout, je me suis vu ravie

La douce illusion qui fait aimer la vie,

Le riant avenir dont mon cœur s’est flétri,

Et ne pouvant plus croire à l’amour, j’en ai ri :

Et j’en suis venu là, que si, par occurrence,

— Je suis si jeune encore, et j’ai tant d’espérance !

— Une vierge aux doux yeux, et telle que souvent

J’en voyais autrefois m’apparaître en rêvant,

Simple, et croyant encore à la magie antique

De ces traditions du foyer domestique.

M’aimait, me le disait, et venait à son tour

Me demander sa part de mon âme en retour ;

Vierge, il faudrait me fuir, et faire des neuvaines

Pour arracher bientôt ce poison de tes veines,

Il faudrait me haïr, car moi, je ne pourrais

Te rendre cet amour que tu me donnerais,

Car je me suis damné, moi, car il faut te dire

Que je passe mes jours et mes nuits à maudire,

Que, sous cet air joyeux, je suis triste et nourris

Pour tout le genre humain le plus profond mépris :

Mais il faudrait me plaindre encore davantage

De m’être fait si vieux et si dur à cet âge,

D’avoir pu me glacer le cœur, et le fermer

A n’y laisser l’espoir ni la place d’aimer.

À Alfred Tattet

Alfred, j’ai vu des jours où nous vivions en frères,
Servant les mêmes dieux aux autels littéraires :
Le ciel n’avait formé qu’une âme pour deux corps ;
Beaux jours d’épanchement, d’amour et d’harmonie,
Où ma voix à la tienne incessamment unie
Allait se perdre au ciel en de divins accords.

Qui de nous a changé ? Pourquoi dans la carrière
L’un court-il en avant, laissant l’autre en arrière ?
Lequel des deux soldats a déserté les rangs ?
Pourquoi ces deux vaisseaux qui naviguaient ensemble,
Désespérant déjà d’un port qui les rassemble,
Vont-ils chercher si loin des bords si différents ?

Je n’ai pas dévoué mon maître aux gémonies,
Je n’ai pas abreuvé de fiel et d’avanies
L’idole où mes genoux s’usaient à se plier :
Je n’ai point du passé répudié la trace,
J’y suis resté fidèle, et n’ai point, comme Horace,
Au milieu du combat jeté mon bouclier.

Non, c’est toi qui changeas. Un nom qui se révèle
T’éblouit des rayons de sa gloire nouvelle.
Tu vois dans le bourgeon le fruit qui doit mûrir :
Mécène du Virgile et saint Jean du Messie,
Tu répands en tous lieux la saint Prophétie,
Tu sèmes la parole et tu la fais fleurir.

Je ne suis pas de ceux qui vont dans les orgies
S’inspirer aux lueurs blafardes des bougies,
Qui dans l’air obscurci par les vapeurs du vin,
Tentent de ranimer leur muse exténuée,
Comme un vieillard flétri qu’une prostituée
Sous ses baisers impurs veut réchauffer en vain.

C’est ainsi que j’entends l’œuvre de poésie :
Chacun de nous s’est fait l’art à sa fantaisie,
Chacun de nous l’a vu d’un différent côté.
Prisme aux mille couleurs, chaque œil en saisit une
Suivant le point divers où l’a mis la fortune :
Dieu lui seul peut tout voir dans son immensité.

Conserve la croyance et respecte la nôtre,
Apôtre dévoué de la gloire d’un autre ;
Fais-toi du nouveau Dieu confesseur et martyr,
Ne crois pas que mon cœur cède comme une argile
Ni que ta voix, prêchant le nouvel Évangile,
Si chaude qu’elle soit, puisse me convertir.

Adieu. Garde ta foi, garde ton opulence.
Laisse-moi recueillir mon cœur dans le silence,
Laisse-moi consumer mes jours comme un reclus ;
Pardonne cependant à cette rêverie,
C’est le chant d’un proscrit en quittant la patrie,
C’est la voix d’un ami que tu n’entendras plus.