Skip to content

Recueil : Poèmes Antiques Et Modernes

Symétha

À Pichald, auteur de Léonidas et de Guillaume Tell.  » Navire aux larges flancs de guirlandes ornés, Aux Dieux d’ivoire, aux mâts de roses couronnés ! Oh ! qu’Eole, du moins, soit facile à tes voiles ! Montrez vos feux amis, fraternelles étoiles ! Jusqu’au port de Lesbos guidez le…

Paris

Elévation  » Prends ma main. Voyageur, et montons sur la tour. — Regarde tout en bas, et regarde à l’entour. Regarde jusqu’au bout de l’horizon, regarde Du nord au sud. Partout où ton oeil se hasarde, Qu’il s’attache avec feu, comme l’oeil du serpent Qui pompe du regard ce qu’il…

Moïse

Le soleil prolongeait sur la cime des tentes Ces obliques rayons, ces flammes éclatantes, Ces larges traces d’or qu’il laisse dans les airs, Lorsqu’en un lit de sable il se couche aux déserts. La pourpre et l’or semblaient revêtir la campagne. Du stérile Nébo gravissant la montagne, Moïse, homme de…

Madame De Soubise

À M. Antony Deschamps.  » Le 24 du mesme mois s’exploita l’execution tant souhaitée, qui deliura la chrestienté d’un nombre de pestes, au moyen desquelles le diable se faisoit fort de la destruire, attendu que deux ou trois qui en reschappe- rent font encore autant de mal. Ce jour apporta…

Les Amants De Montmorency

Elévation I Etaient-ils malheureux, Esprits qui le savez ! Dans les trois derniers jours qu’ils s’étaient réservés ? Vous les vîtes partir tous deux, l’un jeune et grave, L’autre joyeuse et jeune. Insouciante esclave, Suspendue au bras droit de son rêveur amant, Comme à l’autel un vase attaché mollement, Balancée…

Le Trappiste

C’était une des nuits qui des feux de l’Espagne Par des froids bienfaisants consolent la campagne : L’ombre était transparente, et le lac argenté Brillait à l’horizon sous un voile enchanté ; Une lune immobile éclairait les vallées, Où des citronniers verte serpentent les allées ; Des milliers de soleil,…

Le Somnambule

À M. Soumet, auteur de Clytemnestre et de Saül. Voyez, en esprit, ces blessures : l’esprit, quand on dort, a des yeux, et quand on veille, il est aveugle. Eschyle.  » Déjà, mon jeune époux ? Quoi ! l’aube paraît-elle ? Non ; la lumière, au fond de l’albâtre, étincelle…

Le Malheur

Suivi du Suicide impie, A travers les pâles cités, Le Malheur rôde, il nous épie, Prés de nos seuils épouvantés. Alors il demande sa proie ; La jeunesse, au sein de la joie, L’entend, soupire et se flétrit ; Comme au temps où la feuille tombe, Le vieillard descend dans…

Le Déluge

Serait-il dit que vous fassiez mourir le Juste avec le méchant ? Genèse. La Terre était riante et dans sa fleur première ; Le jour avait encor cette même lumière Qui du Ciel embelli couronna les hauteurs Quand Dieu la fit tomber de ses doigts créateurs. Rien n’avait dans sa…

Le Cor

I J’aime le son du Cor, le soir, au fond des bois, Soit qu’il chante les pleurs de la biche aux abois, Ou l’adieu du chasseur que l’écho faible accueille, Et que le vent du nord porte de feuille en feuille. Que de fois, seul, dans l’ombre à minuit demeuré,…

Le Bal

La harpe tremble encore et la flûte soupire, Car la Walse bondit dans son sphérique empire ; Des couples passagers éblouissent les yeux, Volent entrelacés en cercle gracieux, Suspendent des repos balancés en mesure, Aux reflets d’une glace admirent leur parure, Repartent ; puis, troublés par leur groupe riant, Dans…

Le Bain

Fragment d’un poème de Suzanne C’était près d’une source à l’onde pure et sombre, Le large sycomore y répandait son ombre. Là, Suzanne, cachée aux cieux déjà brûlants, Suspend sa rêverie et ses pas indolents, Sur une jeune enfant que son amour protège S’appuie, et sa voix douce appelle le…

La Prison

 » Oh ! ne vous jouez plus d’un vieillard et d’un prêtre !  » Étranger dans ces lieux, comment les reconnaître ?  » Depuis une heure au moins, cet importun bandeau  » Presse mes yeux souffrants de son épais fardeau.  » Soin stérile et cruel ! car de ces édifices…

La Neige

I Qu’il est doux, qu’il est doux d’écouter des histoires, Des histoires du temps passé, Quand les branches d’arbres sont noires, Quand la neige est épaisse et charge un sol glacé ! Quand seul dans un ciel pâle un peuplier s’élance, Quand sous le manteau blanc qui vient de le…