Skip to content

Recueil : Poèmes Et Poésies

Stella Vespera

I L’image de Florence en moi s’était dressée Ce soir-là. De nouveau, j’y suivais en pensée Les pas silencieux de Stella Vespera. Sœur des merveilles d’art qu’un beau siècle inspira, Elle m’avait charmé comme un pur marbre antique, Et me hantait depuis, fantôme énigmatique. On disait sa famille oubliée. Un…

Souré-ha

I Le dieu, source de vie et de chaleur féconde, Qui déverse à flots d’or ses bienfaits sur le monde, Le grand Phré, brûle. Il tend son disque au haut des cieux. Le zénith embrasé s’environne de flamme. Le Nil, père des eaux, reluit comme une lame, épanchant son limon…

Soleil Couchant

Aux bords retentissants des plages écumeuses Pleines de longs soupirs mêlés de lourds sanglots, Sous le déroulement monotone des flots ; Près des gouffres remplis des falaises brumeuses ; À l’heure où le soleil, ainsi qu’un roi cruel Qui veut parer de draps sanglants ses funérailles, Se déchire et secoue au dehors…

Salvator Rosa

Qu’avais-tu dans l’esprit, maître à la brosse ardente, Pour que sous ton pinceau la nature en fureur Semble jeter au ciel une insulte stridente, Ou frémir dans l’effroi de sa sinistre horreur ? Pourquoi dédaignais-tu les calmes paysages Dans la lumière au loin ourlant leurs horizons, Les lacs d’azur limpide, et…

Révolte

Car les bois ont aussi leurs jours d’ennui hautain ; Et, las de tordre au vent leurs grands bras séculaires ; S’enveloppent alors d’immobiles colères ; Et leur mépris muet insulte leur destin. Ni chevreuils, ni ramiers chanteurs, ni sources claires. La forêt ne veut plus sourire au vieux matin, Et, refoulant la…

La Vision D’ève

I C’était trois ans après le péché dans l’Eden. Adam sous les grands bois chassait, fier et superbe, Luttant contre le tigre et poursuivant le daim. Tranquille, il aspirait l’âcre senteur de l’herbe. Eve, sereine aussi, corps vêtu de clartés, Assise aux bords ombreux d’une vierge fontaine, Regardait deux enfants…

L’image

La terre dans le ciel promène Sa face où vit l’humanité. La terre va ; la vie humaine Ronge son crâne tourmenté. Les hommes courent à leurs quêtes Sur la terre, ardents et pressés ; Comme aux vieux masques des coquettes S’obstinent les anciens pensers. La terre est vieille et décrépite, Et…

L’exemple

Sous le fécond soleil des nations antiques, L’homme était riche en dieux dont il savait les noms ; Et des images d’or encombraient les portiques, Ou, géantes, gardaient le seuil des Parthénons. Et pourtant, jamais las d’encens ni de prières, L’homme des jours sereins où riaient les dieux nus, Entre le…

Les Cygnes

Sous des massifs touffus, au fond désert du parc, La colonnade antique arrondissant son arc, Dans une eau sombre encore à moitié se profile ; Et la fleur que le pampre ou que le lierre exile Parfois brille furtive aux creux des chapiteaux. L’eau sommeille ; une mousse y fait de sourds…

L’épreuve

L’Invisible, celui qui règne dans les cieux, Assembla ses enfants pour lui chanter sa gloire ; Et Satan était là, qui se dressait près d’eux. Et le Très-haut lui dit :  » D’où viens-tu ? — mon histoire Est vieille, répondit l’adversaire : j’ai fait Tout le tour de ton oeuvre avec mon aile noire.…

Le Vieux Solitaire

Je suis tel qu’un ponton sans vergues et sans mâts, Aventureux débris des trombes tropicales, Et qui flotte, roulant des lingots dans ses cales, Sur une mer sans borne et sous de froids climats. Les vents sifflaient jadis dans ses mille poulies. Vaisseau désemparé qui ne gouverne plus, Il roule,…

La Vierge

Quand l’œil fit autrefois éclosion sur terre Dans un frêle organisme encor rudimentaire ; Quand le premier regard de l’atome vivant, D’un seul coup jusqu’au fond du ciel vide arrivant, Découvrit le soleil plus vite qu’il n’éclaire, Et depuis lors gardant comme un feu similaire, Énigme clairvoyante au bord d’un embryon,…

La Soif

La cuirasse à nos reins bouclée, Dans une lutte sans merci, Nous nous sommes jetés, ainsi Que des bretons dans la mêlée. Ainsi donc soit ! Et jusqu’au soir Tenons tête dans la bataille, Haut la visière, et haut la taille, Sans lâcher pied, sans nous asseoir ! Champions du beau qu’on…

La Prophétie

I Nour-Eddour, le voyant de l’avenir, un soir, Comme il avait coutume, était venu s’asseoir Au seuil de son logis, en face du Bosphore. Tout au fond d’une extase où l’esprit s’évapore, Dans l’ombre, sur un tertre accroupi, fixement Il regardait un astre au fond du firmament, Et parlait haut.…

La Prison

Comme les hauts piliers des vieilles cathédrales, Ô rêves de mon cœur, vous montez ! Et je vois L’ancien encens encore endormir ses spirales À l’ombre de vos nefs, ô rêves d’autrefois ! Comme un orgue dompté par des mains magistrales, Ô ma longue douleur ! Je t’écoute ; et ta voix Murmure encor…