Skip to content

Recueil : Poèmes tragiques

Villanelle

Une nuit noire, par un calme, sous l’Équateur. Le Temps, l’Étendue et le Nombre Sont tombés du noir firmament Dans la mer immobile et sombre. Suaire de silence et d’ombre, La nuit efface absolument Le Temps, l’Étendue et le Nombre. Tel qu’un lourd et muet décombre, L’Esprit plonge au vide…

Sous L’épais Sycomore

Sous l’épais sycomore, ô vierge, où tu sommeilles, Dans le jardin fleuri, tiède et silencieux, Pour goûter la saveur de tes lèvres vermeilles Un papillon d’azur vers toi descend des cieux. C’est l’heure où le soleil blanchit les vastes cieux Et fend l’écorce d’or des grenades vermeilles. Le divin vagabond…

Si L’aurore

Si l’Aurore, toujours, de ses perles arrose Cannes, gérofliers et maïs onduleux ; Si le vent de la mer, qui monte aux pitons bleus, Fait les bambous géants bruire dans l’air rose ; Hors du nid frais blotti parmi les vétivers Si la plume écarlate allume les feuillages ; Si…

Pantouns Malais

I. L’éclair vibre sa flèche torse À l’horizon mouvant des flots. Sur ta natte de fine écorce Tu rêves, les yeux demi-clos. À l’horizon mouvant des flots La foudre luit sur les écumes. Tu rêves, les yeux demi-clos, Dans la case que tu parfumes. La foudre luit sur les écumes,…

L’orbe D’or

L’orbe d’or du soleil tombé des cieux sans bornes S’enfonce avec lenteur dans l’immobile mer, Et pour suprême adieu baigne d’un rose éclair Le givre qui pétille à la cime des mornes. En un mélancolique et languissant soupir, Le vent des hauts, le long des ravins emplis d’ombres, Agite doucement…

L’illusion Suprême

Quand l’homme approche enfin des sommets où la vie Va plonger dans votre ombre inerte, ô mornes cieux ! Debout sur la hauteur aveuglément gravie, Les premiers jours vécus éblouissent ses yeux. Tandis que la nuit monte et déborde les grèves, Il revoit, au delà de l’horizon lointain, Tourbillonner le…

L’holocauste

C’est l’an de grâce mil six cent dix-neuf, le seize De juillet, en un vaste et riche diocèse Primatial. Le ciel est pur et rayonnant. Bourdons et cloches vont sonnant et bourdonnant. La ville en fête rit au clair soleil qui dore Ses pignons, ses hauts toits et son fleuve…

Les Siècles Maudits

Hideux siècles de foi, de lèpre et de famine, Que le reflet sanglant des bûchers illumine ! Siècles de désespoir, de peste et de haut-mal, Où le Jacque en haillons, plus vil que l’animal, Geint lamentablement sa pitoyable vie ! Siècles de haine atroce et jamais assouvie, Où, dans les…

Le Talion

Ai-je dormi ? Quel songe horrible m’a hanté ? Oh ! Ces spectres, ces morts, un blême rire aux bouches, Surgis par millions du sol ensanglanté, Et qui dardaient, dans une ardente fixité, Leurs prunelles farouches ! Tels, sans doute, autrefois, Y’Hezqel le Voyant, Le poil tout hérissé du souffle…

Le Secret De La Vie

Le secret de la vie est dans les tombes closes : Ce qui n’est plus n’est tel que pour avoir été ; Et le néant final des êtres et des choses Est l’unique raison de leur réalité. O vieille illusion, la première des causes ! Pourquoi nous éveiller de notre…

Le Dernier Dieu

Bien au delà des jours, des Ans multipliés, Du vertige des Temps dont la fuite est sans trêve, Voici ce que j’ai vu, dans l’immuable rêve Qui me hante, depuis les songes oubliés. J’errais, seul, sur la Terre. Et la Terre était nue. L’ancien gémissement de ce qui fut vivant,…