Skip to content

Recueil : Poèmes Votifs

Lever D’aube

Drapée en sa cape de veuve, S’efface à pas discrets la nuit Voici poindre la clarté neuve De l’aube qui s’épanouit. Elle promène sur les choses Son beau regard silencieux Et la mer se jonche de roses Sous la caresse de ses yeux. Pour son adorable venue Le désert du…

Thrène

C’est un soir d’octobre, à Beg-Meil. Par les marches de l’étendue, Rouges encor d’un sang vermeil, La nuit pieuse est descendue Pour ensevelir le soleil. De ses mains ferventes et pures, Elle a couché l’astre vital Dans les somptueuses guipures Du grand linceul occidental, Et voici qu’au gouffre atlantique Où…

Soir De Bretagne

Sur les coteaux pâlis flotte une ombre indécise : Au portail de la ferme une femme est assise, Qui, d’un refrain breton vaguement fredonné, Dans ses bras arrondis berce son premier-né ; Sous le corsage étroit où s’amincit son buste Pointent deux jeunes seins, gonflés d’un lait robuste ; Son…

Soir D’automne

L’automne est la saison dolente.L’âme des labours assoupisBerce d’une hymne somnolenteL’enfance des futurs épis ;Et, triste, la mer de BretagneSe prend à gémir, dans le soir.Par les sentiers de la montagne,Commence à rôder le Mois Noir.Et les cloches ont l’air de veuves,Dans les clochers silencieux…Nous n’irons plus aux airesneuves !Voici…

Sanctuaire En Ruines

A François Gélard J’ai dans l’âme un vieux sanctuaire Aux trois quarts, hélas ! ruiné, Où, sur un pauvre autel de pierre, Des fleurs achèvent de faner. J’ai dans l’âme un vieux sanctuaire Voilà beau temps qu’on n’y vient plus, Au matin, dire la prière Et, le soir, tinter l’angélus.…

Quimper

A André Bénac Ce qui me charme en toi, Quimper de Cornouailles, C’est qu’une âme rustique imprègne ta cité, Que les champs sont chez eux au coeur de tes murailles Et que, né paysan, ton peuple l’est resté. Tes rivières te font un collier de sonnailles Et dans leurs reflets…

Paysage Trégorrois

O grand pays religieux, Pavé de pierres sépulcrales, Un jour sombre te vient des cieux Par des vitraux de cathédrales ! Vous avez peut-être passé Dans le sentier des primevères. Sur l’horizon, plane, dressé, Le groupe noir des  » Cinq Calvaires  » . Ils sont là cinq Christs, tous pareils, Aux…

Octobre

A Maggie Octobre m’apparaît comme un parc solitaire : Les mûres frondaisons commencent à brunir. Et des massifs muets monte une odeur légère, Cet arôme plus doux des fleurs qui vont mourir. L’étang, les yeux voilés, rêve, plein de mystère, Au fantôme ondoyant de quelque souvenir ; Une langueur exquise…

Nocturne

A madame Adolphe Graff Le ciel s’éteint, tout va dormir Je songe à des choses passées ; C’est à la fois peine et plaisir. La veilleuse du souvenir S’allume au fond de mes pensées. J’entends des pas, j’entends des voix, Des pas furtifs, des voix lointaines C’est peine et plaisir…

Messe Noire

A Pauline MénouDans la nuit noire, recourbée en nef d’église,S’inscrivent, par instants, des pâleurs de vitrauxQu’une clarté de lune intermittente irise :Un vent religieux frissonne sur les eaux.Au large de l’ArMen solitaire, agoniseL’âme, lente à sombrer, des soirs occidentaux.Un deuil plane sur les maisons de pierre grise ;Les orgues de…

À Un Maître Inconnu

Du temps que j’étais écolier sauvage En un vieux collège aux livres moisis, S’en vint jusqu’à moi, s’en vint une page D’un recueil tout frais de  » Morceaux choisis « . Comme l’eau d’avril au creux des fontaines, Ainsi le printemps riait dans ces vers. Je lus et je vis, aux…

Le Pâtre De La Nuit

De qui surveillait-il les troupeaux ? On ne sait.Mais, chaque soir, à l’heure où le soleil baissait,Sur le Roc-Trévézel on le voyait paraître,Debout, dans l’attitude immobile d’un prêtreEn oraison devant l’Esprit de ce haut-lieuLe couchant s’éteignait dans le firmament bleuEt les ombres des monts, en nappes dérouléesDu front chauve des…

La Lépreuse

Monna Keryvel met pour aller paître, Pour aller, aux champs, paître ses brebis, Avec sa croix d’or qu’a bénite un prêtre, Monna Keryvel met ses beaux habits. Un doux cavalier s’en vient d’aventure Il a   » bonjouré   » Monna Keryvel ; C’est un fils de noble, à voir sa monture,…