Skip to content

Recueil : Poèmes

Blanche

C’était un soir d’été : de grands nuages sombres Couraient sous le ciel lourd ; pas un souffle dans l’air, Les vieux arbres du cloître épaississaient leurs ombres ; La monotone voix des vagues de la mer Vers le ciel orageux s’exhalait par bouffées, Comme un lugubre écho de plaintes…

Chansons Allemandes

I Petite Christel, dirent les colombes, D’où vient ce matin le deuil où tu tombes, Quand l’été sourit à la plaine en fleur ? — Oui, l’été sourit et les fleurs sont belles ; Mais j’ai, tourterelles, L’hiver dans mon cœur. Petite Christel, dirent ses amies, Tes peines seraient bien…

Cremutius Cordus

Les peuples vieillis ont besoin d’un maître ; Ce n’est plus en eux qu’ils cherchent la loi. Dans un autre siècle il m’eut fallu naître : Il n’est point ici de place pour moi. L’idéal qu’avait rêvé ma jeunesse, L’étoile où montaient mes espoirs perdus, Ce n’était pas l’art, l’amour,…

Empédocle

Au sommet de l’Etna, debout près du cratère, Comme Héraclès devant le bûcher de l’Oeta, Embrassant du regard l’Océan et la terre, Empédocle adora la nature et chanta : Miroir de l’Infini, flots de la mer divine, Gouffre inviolé, grand horizon bleu ! Lampes du ciel profond dont la nuit…

Euphorion

PROLOGUE. Aux royaumes du vide, où l’antique sibylle Conduisit par la main le héros de Virgile, S’étendent, près du Styx, les vagues profondeurs Du séjour sans soleil qu’on nomme Champ des pleurs. Là, sous un bois de myrte, eu des routes discrètes, Ceux que l’amour brûla de ses fièvres secrètes…

Hellas

De l’antre de la nuit sortait la blonde aurore ; La lutte de l’hiver et du joyeux printemps Aux grands échos du ciel retentissait encore Devant les jeunes Dieux fuyaient les vieux Titans. Du limon fécondé par de chaudes haleines La race des Héros naissait sur les hauteurs, Et les…

L’açoka

Chanson indienne L’açoka grandit dans la forêt sombre. Caressez l’açoka, fraîches brises du soir. Les fleurs de l’açoka naîtront, quand sous son ombre La vierge viendra rêver et s’asseoir. Mais en vain la brise et le soleil rose Voudraient sous leurs baisers les faire épanouir : Si jamais nulle vierge,…

Le Songe D’endymion

ENDYMION. Dans la mer d’Hespérie aux vagues empourprées Hélios éteint ses flammes sacrées. Pan, le divin pasteur, de sa flûte aux sept voix Apaise lentement l’harmonieuse plainte, Et, sous les dômes verts des antres d’Aracinthe, S’endorment on paix les grands cerfs des bois. Nul n’ira plus troubler leur paisible retraite…

L’idéal

Je ne voudrais rien des choses possibles ; Il n’est rien à mes yeux qui mérite un désir. Mon ciel est plus loin que les cieux visibles, Et mon coeur est plus mort que le coeur d’un fakir. Je ne puis aimer les femmes réelles : L’idéal entre nous ouvre…

Prométhée Délivré

PROMÉTHÉE. Les astres d’or, roulant aux éternelles sphères, Achèvent lentement leur cours silencieux ; L’encens et la rumeur des plaintives prières Ont cessé de monter vers le tyran des cieux. Je veille seul : il n’est pour moi ni nuit ni rêve, Et l’immortel vautour ne laisse pas de trêve…

Pygmalion

Quand il eut achevé sa blanche Galatée Que nul regard humain après lui ne verra, Pygmalion, rêveur, à genoux adora Sa pensée immortelle en marbre pur sculptée. Car du corps de la nymphe, avec l’aide des dieux, Il avait fait tomber l’enveloppe de marbre, Pareil au bûcheron qui voit, en…

Souvenir

Le matin souriait, humide de rosée ; Du haut du ciel pâle un brouillard changeant Etendait sur le lac et la plaine arrosée Son voile onduleux aux lueurs d’argent. Le soleil s’éveillait sous les nuages roses, Et, dans chaque perle où son disque luit, Au calice entr’ouvert des fleurs à…