Skip to content

Recueil : Poésies nouvelles

Le Temps

Oh ! pourquoi de ce Temps, l’étoffe de la vie, Ne pouvons-nous, dis-moi, jouir à notre envie, Sans le déchirer par lambeau ? Des trois formes qu’emprunte une essence commune, Passé, présent, futur, l’homme n’en connaît qu’une Du sein maternel au tombeau. Des uns, toute la vie est dans l’instant…

Le Temps Pascal

Chrétien, la cloche t’appelle, Viens donc, viens donc, Viens prier à la chapelle, Viens chercher le saint pardon. C’est pour l’Église romaine L’instant du deuil et des pleurs, Que cet instant qui ramène Aux champs leurs mille couleurs ; Là, tous les cœurs se découvrent, Là toutes les fleurs s’entrouvrent,…

Migrations

Dites-moi, bords féconds de l’antique Neustrie, Voisins des flots amers, Ce que va demander, si loin de sa patrie, Tout ce peuple à vos mers ? L’Alsace, dès longtemps, vaillante sentinelle Du pays menacé, A-t-elle tressailli d’une alarme nouvelle Dans son poste avancé ? Le Rhin, comme autrefois, sent-il frémir…

Mon Royaume

Un jour aussi je voulus être Reine : D’ambition quel cœur n’est entaché ? Je me suis fait un Empire caché, Monde inconnu, hors a sa Souveraine : Mon Trône, est humble et n’a rien d’éclatant ; Mais nul péril aussi qu’on me le prenne : Combien de Rois n’en…

Plainte

Ô monde ! ô vie ! ô temps ! fantômes, ombres vaines, Qui lassez, à la fin, mes pas irrésolus, Quand reviendront ces jours où vos mains étaient pleines, Vos regards caressants, vos promesses certaines ? Jamais, ô jamais plus ! L’éclat du jour s’éteint aux pleurs où je me…

Prélude

Lasse enfin de courir, vagabonde pensée, Ne reprendras-tu point ton allure passée ? Ton pas doit-il fouler le pavé des chemins, Et ta main, sans pudeur, toucher toutes les mains ? N’as-tu pas regretté, dans tes labeurs profanes, Forcée à te couvrir de grossiers vêtements, Ce merveilleux tissu, dont les…

Ton Beau Front

Que de ses blonds anneaux ton beau front se dégage ; Au ciel, jeune Mary, lève tes grands yeux bleus ! Vois-tu sur l’horizon monter ce blanc nuage, Dont le soleil naissant teint les flancs onduleux ? Celui-là dans son sein n’enferme point d’orage : Riant comme ta vie, et…

Découragement

Ils me l’ont dit : parfois, d’un mot qui touche, J’ai réveillé le sourire ou les pleurs, Quelques doux airs ont erré sur ma bouche, Sous mes pinceaux quelques fraîches couleurs. Ils me l’ont dit ! connaissent-ils mon âme, Pour lui vouer sympathie ou dédain ? Non, je le sens,…

Chant

Charme puissant qui nous maîtrise, Esprit léger, Pareil au duvet, que les brises Font voltiger ; Pauvre de tes douceurs absentes, Que j’ai passé de nuits pesantes, Que de longs jours ! De ces jours, dont la lente suite, Sans rien laisser d’eux que leur fuite, Passe toujours ! Oh…

Fantaisie

La paix, toujours et vainement briguée, La paix me fuit ; oh ! je suis fatiguée ! Je voudrais vivre, et ne veux plus courir : Vivre, pour moi, serait ne rien entendre, Ne rien prévoir, surtout ne rien attendre, Rêver enfin, car penser c’est souffrir. Que j’ai de fois,…

Invocation

Oh ! ne puis-je étouffer les vains bruits de la vie, Éloigner son calice amer, Fuir cette route obscure, où je suis asservie, Pour des aspects plus doux, un horizon plus clair ! Viens donc, oh ! viens à moi, bienfaisante immortelle, Seule consolatrice à mes ennuis fidèle ; Accours,…

La Fleur Du Volcan

Humble et chétive fleur, par le sort condamnée, Sur le flanc d’un volcan pourquoi donc es-tu née ? Qu’as-tu fait à ce sort, dont l’injuste dédain Te refusa l’enclos d’un rustique jardin ? Au gré de sa faveur, ta grâce solitaire Eût fait même l’orgueil d’un somptueux parterre, Sous les…