Skip to content

Recueil : Sonnets intimes et poèmes inédits

Un Mot Amical

Vous désirez donc que sur ce volume Le poète écrive un mot amical. Mais je tremble presque, en prenant la plume, Que mon souvenir tourne en madrigal. Ainsi que des fleurs mises en corbeilles Doivent à la fin trouver importun Le continuel baiser des abeilles Qu’attire et retient leur puissant…

Sur La Vestale D’aizelin

Sous l’œil de la louve d’airain, Ne t’endors pas indifférente. Ranime la flamme mourante, Vestale, songe au feu divin. Car, s’il devait s’éteindre enfin, Rome serait dans l’épouvante, Et l’on t’enterrerait vivante, Condamnée à mourir de faim. Ainsi nous veillons, dans notre âme, Sur l’honneur, pure et noble flamme. Mais…

Sous Les Toits

Sous les toits, avec deux pots de fleurs pour jardin, Le poète crotté vit pourtant à son aise. L’élève de Jean-Jacques a trouvé sa Thérèse Qui lui tient un petit ménage à la Chardin. Quand il revient, ayant couru dès le matin, Sans trouver un libraire à qui son livre…

Premières Larmes

Pâle sous la céruse et les cheveux trop noirs, L’illustre premier rôle encor jeune aux chandelles, L’homme à femmes, malgré son âge adoré d’elles, Obtient, comme au beau temps, des effets de mouchoirs. Et, depuis des milliers et des milliers de soirs, Froid comme un glaive et sûr de tant…

Marie-bleue

En vain je cherche un mot charmant qui vous désigne, Un mot qui réunisse en sa simplicité Votre blanche jeunesse et votre pureté ; Aucun ne me contente et ne m’en semble digne. Il en est de bien doux pourtant qui me font signe, Des mots resplendissants de candide beauté…

Les Victimes Du Devoir

Bien souvent vous lisez un fait divers banal, Qui traverse l’esprit sans y jeter racine. C’est la mort du chauffeur broyé sur sa machine, Du sauveteur noyé dans les eaux d’un canal, Du pompier dévoré par un gouffre infernal, De tant d’autres héros ! — Et, songeant, j’imagine, Que l’instinct…

Le Pêcheur

Les pieds dans l’eau, bien plus persévérant qu’habile, Portant, pendue au col, sa boîte aux asticots, Sous l’arche du vieux pont sombre et pleine d’échos, Le pêcheur s’est tenu, tout le jour, immobile. Il ne voit ni le soir qui tombe, ni la ville Qui s’endort dans des bruits vagues…

Le Passant

Sous le bandeau trop lourd pour son front de seize ans, Assise sur un trône aux longs rideaux pesants Où l’orgueil brodé d’or des blasons s’écartèle, Couverte de lampas et d’antique dentelle, Blanche aux longs cheveux noirs, ayant dans ses yeux noirs L’éclat resplendissant de l’étoile des soirs, Et triste…

L’aube Tricolore

Hier, j’ai surpris l’aurore à son premier éveil, Quand le nid est muet encore sur la branche. Là-haut, le sombre azur. Plus bas, la brume blanche. Enfin, à l’horizon, un flamboiement vermeil. Bleu, blanc, rouge ! — Le ciel, à nos drapeaux pareil, M’a rendu nos espoirs oubliés de revanche.…

L’armure

Pour un homme de taille énorme, Droite sur son piquet de bois, L’armure éclatante et difforme Parle des héros d’autrefois. Certes, il était d’une autre race, Celui qui, sans plier le dos, Sous le poids de cette cuirasse, Combattait Talbot ou Chandos. Parmi les belliqueux vacarmes, Sur ce farouche morion…

La Tour Géante

Pleins de corbeaux et d’angélus, Les clochers dont le doigt de pierre Montrait sa route à la prière, N’avaient que cent mètres au plus. Des hommes hardis sont venus Et, forgeant la dure matière, Ont construit une tour altière Menaçant les cieux inconnus. Miracle ! Jusqu’où monte-t-elle ? La foule…

La Ruine

En Grèce, j’ai trouvé, parmi les noirs érables Et les lauriers profonds, dans un bois consacré, Caché par les buissons les plus impénétrables, Un vieux temple de Pan, en ruine, ignoré. Pas un sentier ne mène à ces choses tombées, Et quand vous allez là, par un instinct poussé, Les…

Hymne À La Paix

La paix sereine et radieuse Fait resplendir l’or des moissons ; La nature est blonde et joyeuse, Le ciel est plein de grands frissons. Hosanna dans la fange noire Et dans le pré blanc de troupeaux ; Salut, ô reine ! ô mère ! ô gloire Du fort travail, du…

En Hiver

Sur la route en linceul changée Par deux longs mois de vent du nord, La petite passe, chargée De son lourd fagot de bois mort. Comme l’horizon s’illumine Des lueurs d’un couchant d’hiver, Sa silhouette se dessine, Svelte et brune, sur le ciel clair. Et moi, j’imagine ta vie, Enfant…