Skip to content

Recueil : Stances et poèmes

Un Songe (ii)

À Jules Guiffrey. J’étais, j’entrais au tombeau Où mes aïeux rêvent ensemble. Ils ont dit :  » La nuit lourde tremble ; Est-ce l’approche d’un flambeau,  » Le signal de la nouvelle ère Qu’attend notre éternel ennui ? — Non, c’est l’enfant, a dit mon père : Je vous avais…

Printemps Oublié

Ce beau printemps qui vient de naître A peine goûté va finir ; Nul de nous n’en fera connaître La grâce aux peuples à venir. Nous n’osons plus parler des roses : Quand nous les chantons, on en rit ; Car des plus adorables choses Le culte est si vieux…

Quand Les Heures Pour Vous

Sonnet. Quand les heures pour vous prolongeant la sieste, Toutes, d’un vol égal et d’un front différent, Sur vos yeux demi-clos qu’elles vont effleurant, Bercent de leurs pieds frais l’oisiveté céleste, Elles marchent pour nous, et leur bande au pied leste, Dans le premier repos, dès l’aube, nous surprend, Pousse…

Renaissance

Je voudrais, les prunelles closes, Oublier, renaître, et jouir De la nouveauté, fleur des choses, Que l’àge fait évanouir. Je resaluerais la lumière, Mais je déplierais lentement Mon âme vierge et ma paupière Pour savourer l’étonnement ; Et je devinerais moi-même Les secrets que nous apprenons ; J’irais seul aux…

Rencontre

Sonnet. Je ne te raille point, jeune prostituée ! Tu vas l’œil provocant, le pied galant et prompt, À travers le sarcasme et l’ignoble huée : Ton immuable rire est plus fort que l’affront. Et moi, je porte au bal le masque de mon front ; J’y vais, l’âme d’amour…

Ressemblance

Vous désirez savoir de moi D’où me vient pour vous ma tendresse ; Je vous aime, voici pourquoi : Vous ressemblez à ma jeunesse. Vos yeux noirs sont mouillés souvent Par l’espérance et la tristesse, Et vous allez toujours rêvant : Vous ressemblez à ma jeunesse. Votre tête est de…

Rosées

Je rêve, et la pâle rosée Dans les plaines perle sans bruit, Sur le duvet des fleurs posée Par la main fraîche de la nuit. D’où viennent ces tremblantes gouttes ? Il ne pleut pas, le temps est clair ; C’est qu’avant de se former, toutes, Elles étaient déjà dans…

Séparation

Je ne devais pas vous le dire ; Mes pleurs, plus forts que la vertu, Mouillant mon douloureux sourire, Sont allés sur vos mains écrire L’aveu brûlant que j’avais tu. Danser, babiller, rire ensemble, Ces jeux ne nous sont plus permis : Vous rougissez, et moi je tremble ; Je…

Si J’étais Dieu

Si j’étais Dieu, la mort serait sans proie, Les hommes seraient bons, j’abolirais l’adieu, Et nous ne verserions que des larmes de joie, Si j’étais Dieu. Si j’étais Dieu, de beaux fruits sans écorces Mûriraient, le travail ne serait plus qu’un jeu, Car nous n’agirions plus que pour sentir nos…

Un Sérail

J’ai mon sérail comme un prince d’Asie, Riche en beautés pour un immense amour ; Je leur souris selon ma fantaisie : J’aime éternellement la dernière choisie, Et je les choisis tour à tour. Ce ne sont pas ces esclaves traîtresses Que l’Orient berce dans la langueur ; Ce ne…

Plus Tard

Depuis que la beauté, laissant tomber ses charmes, N’a plus offert qu’un marbre à mon désir vainqueur ; Depuis que j’ai senti mes plus brûlantes larmes Rejaillir froides à mon cœur ; À présent que j’ai vu la volupté malsaine Fléchir tant de beaux fronts qui n’ont pu se lever,…

Pluie

Il pleut. J’entends le bruit égal des eaux ; Le feuillage, humble et que nul vent ne berce, Se penche et brille en pleurant sous l’averse ; Le deuil de l’air afflige les oiseaux. La bourbe monte et trouble la fontaine, Et le sentier montre à nu ses cailloux. Le…

Pensée Perdue

Elle est si douce, la pensée, Qu’il faut, pour en sentir l’attrait, D’une vision commencée S’éveiller tout à coup distrait. Le coeur dépouillé la réclame ; Il ne la fait point revenir, Et cependant elle est dans l’âme, Et l’on mourrait pour la finir. A quoi pensais-je tout à l’heure…

Ma Fiancée

L’épouse, la compagne à mon cœur destinée, Promise à mon jeune tourment, Je ne la connais pas, mais je sais qu’elle est née ; Elle respire en ce moment. Son âge et ses devoirs lui font la vie étroite ; Sa chambre est un frais petit coin ; Elle y…

L’idéal

La lune est grande, le ciel clair Et plein d’astres, la terre est blême. Et l’àme du monde est dans l’air. Je rêve à l’étoile suprême, A celle qu’on n’aperçoit pas, Mais dont la lumière voyage Et doit venir jusqu’ici-bas Enchanter les yeux d’un autre âge. Quand luira cette étoile,…