Prière De L’indigent

Ô toi dont l’oreille s’incline
Au nid du pauvre passereau,
Au brin d’herbe de la colline
Qui soupire après un peu d’eau ;

Providence qui les console,
Toi qui sais de quelle humble main
S’échappe la secrète obole
Dont le pauvre achète son pain ;

Toi qui tiens dans ta main diverse
L’abondance et la nudité,
Afin que de leur doux commerce
Naissent justice et charité ;

Charge-toi seule, ô Providence,
De connaître nos bienfaiteurs,
Et de puiser leur récompense
Dans les trésors de tes faveurs !

Notre cœur, qui pour eux t’implore,
À l’ignorance est condamné ;
Car toujours leur main gauche ignore
Ce que leur main droite a donné.

Salut À L’île D’ischia

Il est doux d’aspirer, en abordant la grève,
Le parfum que la brise apporte à l’étranger,
Et de sentir les fleurs que son haleine enlève
Pleuvoir sur votre front du haut de l’oranger.

Il est doux de poser sur le sable immobile
Un pied lourd, et lassé du mouvement des flots ;
De voir les blonds enfants et les femmes d’une île
Vous tendre les fruits d’or sous leurs treilles éclos.

Il est doux de prêter une oreille ravie
À la langue du ciel, que rien ne peut ternir ;
Qui vous reporte en rêve à l’aube de la vie,
Et dont chaque syllabe est un cher souvenir.

Il est doux, sur la plage où le monarque arrive,
D’entendre aux flancs des forts les salves du canon ;
De l’écho de ses pas faire éclater la rive,
Et rouler jusqu’au ciel les saluts à son nom.

Mais de tous ces accents dont le bord vous salue,
Aucun n’est aussi doux sur la terre ou les mers
Que le son caressant d’une voix inconnue,
Qui récite au poète un refrain de ses vers.

Cette voix va plus loin réveiller son délire
Que l’airain de la guerre ou l’orgue de l’autel.
Mais quand le cœur d’un siècle est devenu sa lyre,
L’écho s’appelle gloire, et devient immortel.

Sur Une Plage

(Sur une plage peinte d’insectes et de plantes.)

Insectes bourdonnants, papillons, fleurs ailées,
Aux touffes des rosiers lianes enroulées,
Convolvulus tressés aux fils des liserons,
Pervenches, beaux yeux bleus qui regardez dans l’ombre,
Nénuphars endormis sur les eaux, fleurs sans nombre,
Calices qui noyez les trompes des cirons !

Fruits où mon Dieu parfume avec tant d’abondance
Le pain de ses saisons et de sa providence ;
Figue où brille sur l’œil une larme de miel ;
Pêches qui ressemblez aux pudeurs de la joue ;
Oiseau qui fait reluire un écrin sur ta roue,
Et dont le cou de moire a fixé l’arc-en-ciel !

La main qui vous peignit en confuse guirlande
Devant vos yeux, Seigneur, en étale l’offrande,
Comme on ouvre à vos pieds la gerbe de vos dons.
Vous avez tout produit, contemplez votre ouvrage !
Et nous, dont les besoins sont encore un hommage,
Rendons grâce toujours, et toujours demandons !

Les Esprits Des Fleurs

Voyez-vous de l’or de ces urnes
S’échapper ces esprits des fleurs,
Tout trempés de parfums nocturnes,
Tout vêtus de fraîches couleurs ?

Ce ne sont pas de vains fantômes
Créés par un art décevant,
Pour donner un corps aux arômes
Que nos gazons livrent au vent.

Non : chaque atome de matière
Par un esprit est habité ;
Tout sent, et la nature entière
N’est que douleur et volupté !

Chaque rayon d’humide flamme
Qui jaillit de vos yeux si doux ;
Chaque soupir qui de mon âme
S’élance et palpite vers vous ;

Chaque parole réprimée
Qui meurt sur mes lèvres de feu,
N’osant même à la fleur aimée
D’un nom chéri livrer l’aveu ;

Ces songes que la nuit fait naître
Comme pour nous venger du jour,
Tout prend un corps, une âme, un être,
Visibles, mais au seul amour !

Cet ange flottant des prairies,
Pâle et penché comme ses lis,
C’est une de mes rêveries
Restée aux fleurs que je cueillis.

Et sur ses ailes renversées
Celui qui jouit d’expirer,
Ce n’est qu’une de mes pensées
Que vos lèvres vont respirer.

À Une Jeune Fille

Un baiser sur mon front ! un baiser, même en rêve !
Mais de mon front pensif le frais baiser s’enfuit ;
Mais de mes jours taris l’été n’a plus de sève ;
Mais l’Aurore jamais n’embrassera la Nuit.

Elle rêvait sans doute aussi que son haleine
Me rendait les climats de mes jeunes saisons,
Que la neige fondait sur une tête humaine,
Et que la fleur de l’âme avait deux floraisons.

Elle rêvait sans doute aussi que sur ma joue
Mes cheveux par le vent écartés de mes yeux,
Pareils aux jais flottants que sa tête secoue,
Noyaient ses doigts distraits dans leurs flocons soyeux.

Elle rêvait sans doute aussi que l’innocence
Gardait contre un désir ses roses et ses lis ;
Que j’étais Jocelyn et qu’elle était Laurence,
Que la vallée en fleurs nous cachait dans ses plis.

Elle rêvait sans doute aussi que mon délire
En vers mélodieux pleurait comme autrefois ;
Que mon cœur sous sa main devenait une lyre
Qui dans un seul soupir accentuait deux voix.

Fatale vision ! Tout mon être frissonne ;
On dirait que mon sang veut remonter son cours.
Enfant, ne dites plus vos rêves à personne,
Et ne rêvez jamais, ou bien rêvez toujours !