Skip to content

Recueil : Valentines

Vilain

J’ai connu, Madame, une Dame, Moi vilain petit paysan, Aussi grande de cœur et d’âme Que la plus grande et fine lame Et pleine d’esprit jugez-en. Un soir, mon âme était complète, Comme dit, après avoir bu, Le jeune homme qui fait la fête ; De vrai, je n’avais plus…

Toute Nue

Il y a plus de faiblesse que de raison à être humiliés de ce qui nous manque. Vauvenargues. Or, je suppose que nous sommes, Madame, dans votre salon : On parle chiffres, rentes, sommes :  » Je suis le plus pauvre des hommes, J’ai dans ma bourse un seul doublon…

Tartarin

De Marseille, moi ? de Marseille ? Tu veux que j’en sois, c’est trop fort ! M’entends-tu dire qu’il  » soleille  » ? Je ne suis pas né dans le Nord, Je dois en convenir sans honte ; Mais on peut venir du Midi, En chair, en os, et même…

Supérieure

J’entendais parler tout à l’heure D’une femme supérieure. Ce n’est, ma Mignonne pas Toi Car que sais-tu faire en ce monde, Petite reine toute ronde Faite au tour pour le bal du roi ? Oui, raconte-nous tes affaires ; Ah ! voilà longtemps que les verres De ta quenouille sont…

Sphinx

Toutes les femmes sont des fêtes, Toutes les femmes sont parfaites, Et dignes d’adoration, Sous les fichus ou sous les mantes Toutes les femmes sont charmantes, Oui, toutes, sans exception ; Toutes les femmes sont des Belles Sous les chapeaux ou les ombrelles Et sous le petit bonnet blanc ;…

L’âme

Comme un exilé du vieux thème, J’ai descendu ton escalier ; Mais ce qu’a lié l’Amour même, Le temps ne peut le délier. Chaque soir quand ton corps se couche Dans ton lit qui n’est plus à moi, Tes lèvres sont loin de ma bouche ; Cependant, je dors près…

L’agonisant

Ce doit être bon de mourir, D’expirer, oui, de rendre l’âme, De voir enfin les cieux s’ouvrir ; Oui, bon de rejeter sa flamme Hors d’un corps las qui va pourrir ; Oui, ce doit être bon, Madame, Ce doit être bon de mourir ! Bon, comme de faire l’amour,…

Le Baiser (i)

N’êtes-vous pas toute petite Dans votre vaste appartement, Où comme un oiseau qui palpite Voltige votre pied normand ? N’est-elle pas toute mignonne, Blanche dans l’ombre où tu souris, Votre taille qui s’abandonne, Parisienne de Paris ? N’est-il pas à Vous, pleine d’âme, Franc comme on doit l’être, à l’excès,…

Le Baiser (ii)

Comme une ville qui s’allume Et que le vent achève d’embraser, Tout mon cœur brûle et se consume, J’ai soif, oh ! j’ai soif d’un baiser. Baiser de la bouche et des lèvres Où notre amour vient se poser, Plein de délices et de fièvres, Ah ! j’ai soif, j’ai…

Le Baiser (iii)

 » Tout fait l’amour.   » Et moi j’ajoute, Lorsque tu dis :   » Tout fait l’amour   » : Même le pas avec la route, La baguette avec le tambour. Même le doigt avec la bague, Même la rime et la raison, Même le vent avec la vague, Le regard avec…

Le Baiser (iv)

Le Baiser de ton rêve Est celui de l’Amour ! Le jour, le jour se lève, Clairons, voici le jour ! Le Baiser de mon rêve Est celui de l’Amour ! Enfin, le jour se lève ! Clairons, voici le jour ! La caresse royale Est celle de l’Amour. Battez…

Le Cidre

Je veux en vider un grand litre. C’est très chic le cidre, et d’abord C’est le tien ! je l’aime à ce titre. Il est clair, derrière sa vitre, Comme une aube des Ciels du Nord. C’était le cidre de Corneille, Ne pas confondre avec le Cid : Le premier…

Le Dieu

N’est pas athée qui veut. Napoléon Je vous dis un soir une chose Dont vous fûtes peut-être cause : J’ai découvert un nouveau Dieu.  » Nous irons le prêcher ensemble « , Me répondîtes-vous ; j’en tremble Car vous vous avanciez un peu. Puisque, jusqu’à preuve apportée, Je ne veux être…

Le Livre

De vous le dire je m’empresse Oh ! la fâcheuse inversion ! D’ailleurs la seule qui paraisse Être échappée à ma paresse, Au cours de cette édition. Je m’empresse de vous le dire, Allons ! voilà qui va bien mieux ! Je ne suis pas (faut-il l’écrire ?) Un poète,…

Le Mendiant

L’être que j’adore en ce monde, Eût-il les pieds noirs et des poux, C’est le mendiant, il m’inonde Le cœur d’une extase profonde ; Je lui baiserais les genoux. D’abord il convient de vous dire Que si je ne l’adorais pas, Ça ferait peut-être sourire ; On penserait : Hé ! le bon sire !…