Conseil

Rien encore n’a germé de vos rameaux flottants
Sur notre jeune terre où, depuis quarante ans,
Tant d’âmes se sont échouées,
Doctrines aux fruits d’or, espoir des nations,
Que la hâtive main des révolutions
Sur nos têtes a secouées !

Nous attendons toujours ! Seigneur, prenez pitié
Des peuples qui, toujours satisfaits à moitié,
Vont d’espérance en espérance ;
Et montrez-nous enfin l’homme de votre choix
Parmi tous ces tribuns et parmi tous ces rois
Que vous essayez à la France !

Qui peut se croire fort, puissant et souverain ?
Qui peut dire en scellant des barrières d’airain :
Jamais vous ne serez franchies !
Dans ce siècle de bruit, de gloire et de revers,
Où les roseaux penchés au bord des étangs verts
Durent plus que les monarchies !

Rois ! la bure est souvent jalouse du velours.
Le peuple a froid l’hiver, le peuple a faim toujours.
Rendez-lui son sort plus facile.
Le peuple souvent porte un bien rude collier.
Ouvrez l’école aux fils, aux pères l’atelier,
À tous vos bras, auguste asile !

Par la bonté des rois rendez les peuples bons.
Sous d’étranges malheurs souvent nous nous courbons.
Songez que Dieu seul est le maître.
Un bienfait par quelqu’un est toujours ramassé.
Songez-y, rois minés sur qui pèse un passé
Gros du même avenir peut-être !

Donnez à tous. Peut-être un jour tous vous rendront !
Donnez, — on ne sait pas quels épis germeront
Dans notre siècle autour des trônes !
De la main droite aux bons, de la gauche aux méchants !
Comme le laboureur sème sa graine aux champs,
Ensemencez les cœurs d’aumônes !

Ô rois ! le pain qu’on porte au vieillard desséché,
La pauvre adolescente enlevée au marché,
Le bienfait souriant, toujours prêt à toute heure,
Qui vient, riche et voilé, partout où quelqu’un pleure,
Le cri reconnaissant d’une mère à genoux,
L’enfant sauvé qui lève, entre le peuple et vous,
Ses deux petites mains sincères et joyeuses,
Sont la meilleure digue aux foules furieuses.

Hélas ! je vous le dis, ne vous endormez pas
Tandis que l’avenir s’amoncelle là-bas !

Il arrive parfois, dans le siècle où nous sommes,
Qu’un grand vent tout à coup soulève à flots les hommes ;
Vent de malheur, formé, comme tous les autans,
De souffles quelque part comprimés trop longtemps ;
Vent qui de tout foyer disperse la fumée ;
Dont s’attise l’idée à cette heure allumée ;
Qui passe sur tout homme, et, torche ou flot amer,
Le fait étinceler ou le fait écumer ;
Ebranle tout digue et toute citadelle ;
Dans la société met à nu d’un coup d’aile
Des sommets jusqu’alors par des brumes voilés,
Des gouffres ténébreux ou des coins étoilés ;
Vent fatal qui confond les meilleurs et les pires,
Arrache mainte tuile au vieux toit des empires,
Et prenant dans l’état, en haut, en bas, partout,
Tout esprit qui dérive et toute âme qui bout,
Tous ceux dont un zéphyr fait remuer les têtes,
Tout ce qui devient onde à l’heure des tempêtes,
Amoncelant dans l’ombre et chassant à la fois
Ces flots, ces bruits, ce peuple, et ces pas et ces voix,
Et ces groupes sans forme et ces rumeurs sans nombre,
Pousse tout cet orage au seuil d’un palais sombre !

Palais sombre en effet, et plongé dans la nuit !
D’où les illusions s’envolent à grand bruit,
Quelques-unes en pleurs, d’autres qu’on entend rire !
C’en est fait. L’heure vient, le voile se déchire,
Adieu les songes d’or ! On se réveille, on voit
Un spectre aux mains de chair qui vous touche du doigt.
C’est la réalité ! qu’on sent là, qui vous pèse.
On rêvait Charlemagne, on pense à Louis seize !

Heure grande et terrible où, doutant des canons,
La royauté, nommant ses amis par leurs noms,
Recueillant tous les bruits que la tempête apporte,
Attend, l’œil à la vitre et l’oreille à la porte !
Où l’on voit dans un coin, ses filles dans ses bras,
La reine qui pâlit, pauvre étrangère, hélas !

Où les petits enfants des familles royales
De quelque vieux soldat pressent les mains loyales,
Et demandent, avec des sanglots superflus,
Aux valets, qui déjà ne leur répondent plus,
D’où viennent ces rumeurs, ces terreurs, ce mystère,
Et les ébranlements de cette affreuse terre
Qu’ils sentent remuer comme la mer aux vents,
Et qui ne tremble pas sous les autres enfants !

Hélas ! vous crénelez vos mornes Tuileries,
Vous encombrez les ponts de vos artilleries,
Vous gardez chaque rue avec un régiment,
À quoi bon ? à quoi bon ? De moment en moment
La tourbe s’épaissit, grosse et désespérée
Et terrible, et qu’importe, à l’heure où leur marée
Sort et monte en hurlant du fond du gouffre amer,
La mitraille à la foule et la grêle à la mer !

Ô redoutable époque ! et quels temps que les nôtres !
Où, rien qu’en se serrant les uns contre les autres,
Les hommes dans leurs plis écrasent tours, châteaux,
Donjons que les captifs rayaient de leurs couteaux,
Créneaux, portes d’airain comme un carton ployées,
Et sur leurs boulevards vainement appuyées
Les pâles garnisons, et les canons de fer
Broyés avec le mur comme l’os dans la chair !

Comment se défendra ce roi qu’un peuple assiège ?
Plus léger sur ce flot que sur l’onde un vain liège,
Plus vacillant que l’ombre aux approches du soir,
Ecoutant sans entendre et regardant sans voir,
Il est là qui frissonne, impuissant, infertile,
Sa main tremble, et sa tête est un crible inutile,
Hélas ! hélas ! les rois en ont seuls de pareils !
Qui laisse tout passer, hors les mauvais conseils !

Que servent maintenant ces sabres, ces épées,
Ces lignes de soldats par des caissons coupées,
Ces bivouacs, allumés dans les jardins profonds,
Dont la lueur sinistre empourpre ses plafonds,
Ce général choisi, qui déjà, vaine garde,
Sent peut-être à son front sourdre une autre cocarde,
Et tous ces cuirassiers, soldats vieux ou nouveaux,
Qui plantent dans la cour des pieux pour leurs chevaux ?
Que sert la grille close et la mèche allumée ?
Il faudrait une tête, et tu n’as qu’une armée !

Que faire de ce peuple à l’immense roulis,
Mer qui traîne du moins une idée en ses plis,
Vaste inondation d’hommes, d’enfants, de femmes,
Flots qui tous ont des yeux, vagues qui sont des âmes ?

Malheur alors ! O Dieu ! faut-il que nous voyions
Le côté monstrueux des révolutions !
Qui peut dompter la mer ? Seigneur ! qui peut répondre
Des ondes de Paris et des vagues de Londres,
Surtout lorsque la ville, ameutée aux tambours
Sent ramper dans ses flots l’hydre de ses faubourgs !

Dans ce palais fatal où l’empire s’écroule,
Dont la porte bientôt va ployer sous la foule,
Où l’on parle tout bas de passages secrets,
Où le roi sent déjà qu’on le sert de moins près,
Où la mère en tremblant rit à l’enfant qui pleure,
Ô mon Dieu ! que va-t-il se passer tout à l’heure ?
Comment vont-ils jouer avec ce nid de rois ?
Pourquoi faut-il qu’aux jours où le pauvre aux abois
Sent sa haine des grands de ce qu’il souffre accrue,
Notre faute ou la leur le lâchent dans la rue ?
Temps de deuil où l’émeute en fureur sort de tout !
Où le peuple devient difforme tout à coup !

Malheur donc ! c’est fini. Plus de barrière au trône !
Mais Dieu garde un trésor à qui lui fit l’aumône.
Si le prince a laissé, dans des temps moins changeants,
L’empreinte de ses pas à des seuils indigents,
Si des bienfaits cachés il fut parfois complice,
S’il a souvent dit : grâce ! où la loi dit : supplice !
Ne désespérez pas. Le peuple aux mauvais jours
A pu tout oublier, Dieu se souvient toujours !

Souvent un cri du cœur sorti d’une humble bouche
Désarme, impérieux, une foule farouche
Qui tenait une proie en ses poings triomphants.
Les mères aux lions font rendre les enfants !

Oh ! dans cet instant même où le naufrage gronde,
Où l’on sent qu’un boulet ne peut rien contre une onde,
Où, liquide et fangeuse et pleine de courroux,
La populace à l’œil stupide, aux cheveux roux,
Aboyant sur le seuil comme un chien pour qu’on ouvre,
Arrive, éclaboussant les chapiteaux du Louvre,
Océan qui n’a pas d’heure pour son reflux !
Au moment où l’on voit que rien n’arrête plus
Ce flot toujours grossi, que chaque instant apporte,
Qui veut monter, qui hurle et qui mouille la porte,…
C’est un spectacle auguste et que j’ai vu déjà
Souvent, quand mon regard dans l’histoire plongea,
Qu’une bonne action, cachée en un coin sombre,
Qui sort subitement toute blanche de l’ombre,
Et comme autrefois Dieu qu’elle prend à témoin,
Dit au peuple écumant : Tu n’iras pas plus loin !

Le 28 décembre 1834.

Conseil

Eh bien ! mêle ta vie à la verte forêt !

Escalade la roche aux nobles altitudes.

Respire, et libre enfin des vieilles servitudes,

Fuis les regrets amers que ton cœur savourait.

Dès l’heure éblouissante où le matin paraît,

Marche au hasard ; gravis les sentiers les plus rudes.

Va devant toi, baisé par l’air des solitudes,

Comme une biche en pleurs qu’on effaroucherait.

Cueille la fleur agreste au bord du précipice.

Regarde l’antre affreux que le lierre tapisse

Et le vol des oiseaux dans les chênes touffus.

Marche et prête l’oreille en tes sauvages courses ;

Car tout le bois frémit, plein de rythmes confus,

Et la Muse aux beaux yeux chante dans l’eau des sources.

Aumône

Prends ce sac, Mendiant ! tu ne le cajolas
Sénile nourrisson d’une tétine avare
Afin de pièce à pièce en égoutter ton glas.

Tire du métal cher quelque péché bizarre
Et vaste comme nous, les poings pleins, le baisons
Souffles-y qu’il se torde ! une ardente fanfare.

Église avec l’encens que toutes ces maisons
Sur les murs quand berceur d’une bleue éclaircie
Le tabac sans parler roule les oraisons,

Et l’opium puissant brise la pharmacie !
Robes et peau, veux-tu lacérer le satin
Et boire en la salive heureuse l’inertie,

Par les cafés princiers attendre le matin ?
Les plafonds enrichis de nymphes et de voiles,
On jette, au mendiant de la vitre, un festin.

Et quand tu sors, vieux dieu, grelottant sous tes toiles
D’emballage, l’aurore est un lac de vin d’or
Et tu jures avoir au gosier les étoiles !

Faute de supputer l’éclat de ton trésor,
Tu peux du moins t’orner d’une plume, à complies
Servir un cierge au saint en qui tu crois encore.

Ne t’imagine pas que je dis des folies.
La terre s’ouvre vieille à qui crève la faim.
Je hais une autre aumône et veux que tu m’oublies

Et surtout ne va pas, frère, acheter du pain.

Conseil

Jeune fille, crois-moi, s’il en est temps encore,
Choisis un fiancé joyeux, à l’œil vivant,
Au pas ferme, à la voix sonore,
Qui n’aille pas rêvant.

Sois généreuse, épargne aux cœurs de se méprendre.
Au tien même, imprudente, épargne des regrets,
N’en captive pas un trop tendre,
Tu t’en repentirais.

La nature t’a faite indocile et rieuse,
Crains une âme où la tienne apprendrait le souci,
La tendresse est trop sérieuse,
Trop exigeante aussi.

Un compagnon rêveur attristerait ta vie,
Tu sentirais toujours son ombre à ton côté
Maudire la rumeur d’envie
Où marche ta beauté.

Si, mauvais oiseleur, de ses caresses frêles
Il abaissait sur toi le délicat réseau,
Comme d’un seul petit coup d’ailes
S’affranchirait l’oiseau !

Et tu ne peux savoir tout le bonheur que broie
D’un caprice enfantin le vol brusque et distrait,
Quand il arrache au cœur la proie
Que la lèvre effleurait ;

Quand l’extase, pareille à ces bulles ténues
Qu’un souffle patient et peureux allégea,
S’évanouit si près des nues
Qui s’y miraient déjà.

Sois généreuse, épargne à des songeurs crédules
Ta grâce, et de tes yeux les appels décevants :
Ils chercheraient des crépuscules
Dans ces soleils levants ;

Il leur faut une amie à s’attendrir facile,
Souple à leurs vains soupirs comme aux vents le roseau,
Dont le cœur leur soit un asile
Et les bras un berceau,

Douce, infiniment douce, indulgente aux chimères,
Inépuisable en soins calmants ou réchauffants,
Soins muets comme en ont les mères,
Car ce sont des enfants.

Il leur faut pour témoin dans les heures d’étude,
Une âme qu’autour d’eux ils sentent se poser,
Il leur faut une solitude
Où voltige un baiser

Jeune fille, crois-m’en, cherche qui te ressemble,
Ils sont graves ceux-là, ne choisis aucun d’eux ;
Vous seriez malheureux ensemble
Bien qu’innocents tous deux.