Une Femme M’attend

Le sexe contient tout,

Corps, âmes, Idées, preuves, puretés, délicatesses, fins, diffusions,

Chants, commandements, santé, orgueil, le mystère de la maternité, le lait séminal,

Tous espoirs, bienfaisances, dispensations,

Toutes passions, amours, beautés, délices de la terre,

Tous gouvernements, juges, dieux, conducteurs de la terre,

C’est dans le sexe, comme autant de facultés du sexe, et toutes ses raisons d’être.Sans douté, l’homme, tel que je l’aime, sait et avoue les délices de son sexe,

Sans doute, la femme, telle que je l’aime, sait et avoue les délices du sien.

Le Doigt De La Femme

À Edgar Poe.

Dans l’herbe folle et l’ortie,
La paupière appesantie,
Rôde un chat maigre au poil roux.

Le mur dans l’ombre blafarde,
Où s’entrechoquent des houx,
Se crevasse et par les trous
La lune errante regarde.

Le chat maigre en s’étirant
De sa voix traînante et rauque
Miaule, et dans son oeil glauque
S’allume un feu transparent,

Mirage, où, spectre enivrant,
On voit danser toute nue
Hécate, au ciel inconnue.

La Femme

Je l’ai dit quelque part, les penseurs d’autrefois,
Épiant l’inconnu dans ses plus noires lois,
Ont tous étudié la formation d’Ève.
L’un en fit son problème et l’autre en fit son rêve.
L’horreur sacrée étant dans tout, se pourrait-il
Que la femme, cet être obscur, puissant, subtil,
Fût double, et, tout ensemble ignorée et charnelle,
Fît hors d’elle l’aurore, ayant la nuit en elle ?
Le hibou serait-il caché dans l’alcyon ?
Qui dira le secret de la création ?
Les germes, les aimants, les instincts, les effluves !
Qui peut connaître à fond toutes ces sombres cuves ?
Est-ce que le Vésuve et l’Etna, les reflux
Des forces s’épuisant en efforts superflus,
Le vaste tremblement des feuilles remuées,
Les ouragans, les fleurs, les torrents, les nuées,
Ne peuvent pas finir par faire une vapeur.
Qui se condense en femme et dont le sage a peur ?

Tout fait Tout, et le même insondable cratère
Crée à Thulé la lave et la rose à Cythère.
Rien ne sort des volcans qui n’entre dans les coeurs.
Les oiseaux dans les bois ont des rires moqueurs
Et tristes, au-dessus de l’amoureux crédule.
N’est-ce pas le serpent qui vaguement ondule
Dans la souple beauté des vierges aux seins nus ?
Les grands sages étaient d’immenses ingénus ;
Ils ne connaissaient pas la forme de ce globe,
Mais, pâles, ils sentaient traîner sur eux la robe
De la sombre passante, Isis au voile noir ;
Tout devient le soupçon quand Rien est le savoir ;
Pour Lucrèce, le dieu, pour Job, le kéroubime
Mentaient ; on soupçonnait de trahison l’abîme ;
On croyait le chaos capable d’engendrer
La femme, pour nous plaire et pour nous enivrer,
Et pour faire monter jusqu’à nous sa fumée ;
La Sicile, la Grèce étrange, l’Idumée,
L’Iran, l’Egypte et l’Inde, étaient des lieux profonds ;
Qui sait ce que les vents, les brumes, les typhons
Peuvent apporter d’ombre à l’âme féminine ?
Les tragiques forêts de la chaîne Apennine,
La farouche fontaine épandue à longs flots
Sous l’Olympe, à travers les pins et les bouleaux,
L’antre de Béotie où dans l’ombre diffuse
On sent on ne sait quoi qui s’offre et se refuse,
Chypre et tous ses parfums, Delphe et tous ses rayons,
Le lys que nous cueillons, l’azur que nous voyons,
Tout cela, c’est auguste, et c’est peut-être infâme.
Tout, à leurs yeux, était sphinx, et quand une femme
Venait vers eux, parlant avec sa douce voix,
Qui sait ? peut-être Hermès et Dédale, les bois,
Les nuages, les eaux, l’effrayante Cybèle,
Toute l’énigme était mêlée à cette belle.

L’univers aboutit à ce monstre charmant.
La ménade est déjà presque un commencement
De la femme chimère, et d’antiques annales
Disent qu’avril était le temps des bacchanales,
Et que la liberté de ces fêtes s’accrut
Des fauves impudeurs de la nature en rut ;
La nature partout donne l’exemple énorme
De l’accouplement sombre où l’âme étreint la forme ;
La rose est une fille ; et ce qu’un papillon
Fait à la plante, est fait au grain par le sillon.
La végétation terrible est ignorée.
L’horreur des bois unit Flore avec Briarée,
Et marie une fleur avec l’arbre aux cent bras.
Toi qui sous le talon d’Apollon te cabras,
Ô cheval orageux du Pinde, tes narines
Frémissaient quand passaient les nymphes vipérines,
Et, sentant là de l’ombre hostile à ta clarté,
Tu t’enfuyais devant la sinistre Astarté.
Et Terpandre le vit, et Platon le raconte.
La femme est une gloire et peut être une honte
Pour l’ouvrier divin et suspect qui la fit.
A tout le bien, à tout le mal, elle suffit.

Haine, amour, fange, esprit, fièvre, elle participe
Du gouffre, et la matière aveugle est son principe.
Elle est le mois de mai fait chair, vivant, chantant.
Qu’est-ce que le printemps ? une orgie. A l’instant,
Où la femme naquit, est morte l’innocence.
Les vieux songeurs ont vu la fleur qui nous encense
Devenir femme à l’heure où l’astre éclôt au ciel,
Et, pour Orphée ainsi que pour Ézéchiel,
La nature n’étant qu’un vaste hymen, l’ébauche
D’un être tentateur rit dans cette débauche ;
C’est la femme. Elle est spectre et masque, et notre sort
Est traversé par elle ; elle entre, flotte et sort.
Que nous veut-elle ? A-t-elle un but ? Par quelle issue
Cette apparition vaguement aperçue
S’est-elle dérobée ? Est-ce un souffle de nuit
Qui semble une âme errante et qui s’évanouit ?
Les sombres hommes sont une forêt, et l’ombre
Couvre leurs pas, leurs voix, leurs yeux, leur bruit, leur nombre ;
Le genre humain, mêlé sous les hauts firmaments,
Est plein de carrefours et d’entre-croisements,
Et la femme est assez blanche pour qu’on la voie
A travers cette morne et blême claire-voie.
Cette vision passe ; et l’on reste effaré.
Aux chênes de Dodone, aux cèdres de Membré,
L’hiérophante ému comme le patriarche
Regarde ce fantôme inquiétant qui marche.

Non, rien ne nous dira ce que peut être au fond
Cet être en qui Satan avec Dieu se confond :
Elle résume l’ombre énorme en son essence.
Les vieux payens croyaient à la toute puissance
De l’abîme, du lit sans fond, de l’élément ;
Ils épiaient la mer dans son enfantement ;
Pour eux, ce qui sortait de la tempête immense,
De toute l’onde en proie aux souffles en démence
Et du vaste flot vert à jamais tourmenté,
C’était le divin sphinx féminin, la Beauté,
Toute nue, infernale et céleste, insondable,
Ô gouffre ! et que peut-on voir de plus formidable,
Sous les cieux les plus noirs et les plus inconnus,
Que l’océan ayant pour écume Vénus !

Aucune aile ici-bas n’est pour longtemps posée.
Quand elle était petite, elle avait un oiseau ;
Elle le nourrissait de pain et de rosée,
Et veillait sur son nid comme sur un berceau.
Un soir il s’échappa. Que de plaintes amères !
Dans mes bras en pleurant je la vis accourir…
Jeunes filles, laissez, laissez, ô jeunes mères,
Les oiseaux s’envoler et les enfants mourir !

C’est une loi d’en haut qui veut que tout nous quitte.
Le secret du Seigneur, nous le saurons un jour.
Elle grandit. La vie, hélas ! marche si vite !
Elle eut un doux enfant, un bel ange, un amour.
Une nuit, triste sort des choses éphémères !
Cet enfant s’éteignit, sans pleurer, sans souffrir…
Jeunes filles, laissez, laissez, ô jeunes mères,
Les oiseaux s’envoler et les enfants mourir !

Le 22 juin 1842.

À Une Femme

Exvoto dans le goût espagnol

Je veux bâtir pour toi, Madone, ma maîtresse,
Un autel souterrain au fond de ma détresse,
Et creuser dans le coin le plus noir de mon coeur,
Loin du désir mondain et du regard moqueur,
Une niche, d’azur et d’or tout émaillée,
Où tu te dresseras, Statue émerveillée.
Avec mes Vers polis, treillis d’un pur métal
Savamment constellé de rimes de cristal,
Je ferai pour ta tête une énorme Couronne ;
Et dans ma jalousie, ô mortelle Madone,
Je saurai te tailler un Manteau, de façon
Barbare, roide et lourd, et doublé de soupçon,
Qui, comme une guérite, enfermera tes charmes ;
Non de Perles brodé, mais de toutes mes Larmes !
Ta Robe, ce sera mon Désir, frémissant,
Onduleux, mon Désir qui monte et qui descend,
Aux pointes se balance, aux vallons se repose,
Et revêt d’un baiser tout ton corps blanc et rose.
Je te ferai de mon Respect de beaux Souliers
De satin, par tes pieds divins humiliés,
Qui, les emprisonnant dans une molle étreinte,
Comme un moule fidèle en garderont l’empreinte.
Si je ne puis, malgré tout mon art diligent,
Pour Marchepied tailler une Lune d’argent,
Je mettrai le Serpent qui me mord les entrailles
Sous tes talons, afin que tu foules et railles,
Reine victorieuse et féconde en rachats,
Ce monstre tout gonflé de haine et de crachats.
Tu verras mes Pensers, rangés comme les Cierges
Devant l’autel fleuri de la Reine des Vierges,
Étoilant de reflets le plafond peint en bleu,
Te regarder toujours avec des yeux de feu ;
Et comme tout en moi te chérit et t’admire,
Tout se fera Benjoin, Encens, Oliban, Myrrhe,
Et sans cesse vers toi, sommet blanc et neigeux,
En Vapeurs montera mon Esprit orageux.

Enfin, pour compléter ton rôle de Marie,
Et pour mêler l’amour avec la barbarie,
Volupté noire ! des sept Péchés capitaux,
Bourreau plein de remords, je ferai sept Couteaux
Bien affilés, et, comme un jongleur insensible,
Prenant le plus profond de ton amour pour cible,
Je les planterai tous dans ton Coeur pantelant,
Dans ton Coeur sanglotant, dans ton Coeur ruisselant !

La Mémoire

Eh bien ! que fais-tu donc, ô Mémoire infidèle ?
Tu ne sais plus ces vers, poésie immortelle,
Consacrés par la gloire et redits en tous lieux !
Ces sublimes accents au rythme harmonieux,
Où d’un poète aimé le génie étincelle,
Mémoire, que fuis-tu, si tu ne les retiens ?
 » Je me souviens !

 » Mais, passant à travers les grands bruits de la terre,
Qui doit se souvenir, hélas ! a trop à faire.
Contre moi, chaque jour, combat l’oubli jaloux :
Je ne puis tout garder, et je choisis pour vous.
Du rayon qui donna la plus fraîche lumière,
D’un suave parfum, de sons éoliens,
Je me souviens.

 » Souvent, abandonnant au burin de l’histoire,
Tout ce qui tient en main le sceptre de la gloire,
Je laisse à tout hasard, au loin, errer mes pas,
Dans des sentiers obscurs où l’on chante tout bas.
Plus attentive alors, moi, pauvre humble Mémoire,
D’espoirs, de doux pensers, rêves aériens,
Je me souviens.

 » Si parfois un ami, triste et rempli d’alarme,
Vient chercher près de vous quelque espoir qui le charme ;
Sa main dans votre main, quand s’entr’ouvre son cœur,
— Le cœur, qui sait si bien parler de la douleur ! —
Du mal de votre ami, d’un regard, d’une larme,
De tout ce qui s’échappe en vos longs entretiens,
Je me souviens.

 » À tout ce qui gémit et pleure dans la vie,
Je prête, en cheminant, une oreille attendrie ;
J’écoute mieux encor ceux qui ne parlent plus,
Les amis d’autrefois au tombeau descendus :
Je fais revivre en moi l’âme qui s’est enfuie ;
Des nœuds qui sont rompus rattachant les liens,
Je me souviens !

 » Assez d’autres sans moi garderont souvenance
De ces vers tant aimés ; qu’importe mon silence !
Quand la gloire a parlé, mes soins sont superflus.  »
— C’est bien ! je suis contente, et ne veux rien de plus
Si, n’oubliant jamais ni bonheur ni souffrance,
Lorsque je vois s’enfuir les plus chers de mes biens,
Tu te souviens !

La Mémoire

I.

Ô Mémoire, qui joins à l’heure
La chaîne des temps révolus,
Je t’admire, étrange demeure
Des formes qui n’existent plus !

En vain tombèrent les grands hommes
Aux fronts pensifs ou belliqueux :
Ils se lèvent quand tu les nommes,
Et nous conversons avec eux ;

Et, si tu permets ce colloque
Avec les plus altiers esprits,
Tu permets aussi qu’on évoque
Les cœurs humbles qu’on a chéris.

Le présent n’est qu’un feu de joie
Qui s’écroule à peine amassé,
Mais tu peux faire qu’il flamboie
Des mille fêtes du passé ;

Le présent n’est qu’un cri d’angoisse
Qui s’éteint à peine poussé,
Mais tu peux faire qu’il s’accroisse
Ce tous les sanglots du passé ;

L’être des morts n’est plus visible,
Mais tu donnes au trépassé
Une vie incompréhensible,
Présent que tu fais d’un passé !

Quelle existence ai-je rendue
À mon père en me souvenant ?
Quelle est donc en moi l’étendue
Où s’agite ce revenant ?

Un sort différent nous sépare :
Comment peux-tu nous réunir,
À travers le mur qui nous barre
Le passé comme l’avenir ?

Qui des deux force la barrière ?
Me rejoint-il, ou vais-je à lui ?
Je ne peux pas vivre en arrière,
Il ne peut revivre aujourd’hui !

II.

Ô souvenir, l’âme renonce,
Effrayée, à te concevoir ;
Mais, jusqu’où ton regard s’enfonce,
Au chaos des ans j’irai voir ;

Parmi les gisantes ruines,
Les bibles au feuillet noirci,
Je m’instruirai des origines,
Des pas que j’ai faits jusqu’ici.

Devant moi la vie inquiète
Marche en levant sa lampe d’or,
Et j’avance en tournant la tête
Le long d’un sombre corridor.

D’où vient cette folle ? où va-t-elle ?
Son tremblant et pâle flambeau
N’éclaire ma route éternelle
Que du berceau vide au tombeau.

Mais j’étais autrefois ! Mon être
Ne peut commencer ni finir.
Ce que j’étais avant de naître,
N’en sais-tu rien, ô souvenir ?

Rassemble bien toutes tes forces
Et demande aux âges confus
Combien j’ai dépouillé d’écorces
Et combien de soleils j’ai vus !

Ah ! tu t’obstines à te taire,
Ton œil rêveur, clos à demi,
Ne suit point par delà la terre
Ma racine dans l’infini.

Cherchant en vain mes destinées,
Mon origine qui me fuit,
De la chaîne de mes années
Je sens les deux bouts dans la nuit.

L’histoire, passante oublieuse,
Ne m’a pas appris d’où je sors,
Et la terre silencieuse
N’a jamais dit où vont les morts.

Aux Femmes

S’il arrivait un jour, en quelque lieu sur terre,

Qu’une entre vous vraiment comprit sa tâche austère ;

Si, dans le sentier rude avançant lentement,

Cette âme s’arrêtait à quelque dévoûment ;

Si c’était la bonté sous les cieux descendue,

Vers les infortunés la main toujours tendue ;

Si l’époux et l’enfant à ce cœur ont puisé ;

Si l’espoir de plusieurs sur elle est déposé ;

Femmes, enviez-la ! Tandis que dans la foule

Votre vie inutile en vains plaisirs s’écoule

Et que votre cœur flotte, au hasard entraîné,

Elle a sa foi, son but et son labeur donné.

Enviez-la ! Qu’il souffre ou combatte, c’est Elle

Que l’homme à son secours incessamment appelle,

Sa joie et son espoir, son rayon sous les cieux,

Qu’il pressentait de l’âme et qu’il cherchait des yeux,

La colombe au cou blanc qu’un vent du ciel ramène

Vers cette arche en danger de la famille humaine,

Qui, des saintes hauteurs en ce morne séjour,

Pour branche d’olivier a rapporté l’amour.

Elsa Au Miroir

C’était au beau milieu de notre tragédie
Et pendant un long jour assise à son miroir
Elle peignait ses cheveux d’or Je croyais voir
Ses patientes mains calmer un incendie
C’était au beau milieu de notre tragédie

Et pendant un long jour assise à son miroir
Elle peignait ses cheveux d’or et j’aurais dit
C’était au beau milieu de notre tragédie
Qu’elle jouait un air de harpe sans y croire
Pendant tout ce long jour assise à son miroir

Elle peignait ses cheveux d’or et j’aurais dit
Qu’elle martyrisait à plaisir sa mémoire
Pendant tout ce long jour assise à son miroir
À ranimer les fleurs sans fin de l’incendie
Sans dire ce qu’une autre à sa place aurait dit

Elle martyrisait à plaisir sa mémoire
C’était au beau milieu de notre tragédie
Le monde ressemblait à ce miroir maudit
Le peigne partageait les feux de cette moire
Et ces feux éclairaient des coins de ma mémoire

C’était un beau milieu de notre tragédie
Comme dans la semaine est assis le jeudi

Et pendant un long jour assise à sa mémoire
Elle voyait au loin mourir dans son miroir

Un à un les acteurs de notre tragédie
Et qui sont les meilleurs de ce monde maudit

Et vous savez leurs noms sans que je les aie dits
Et ce que signifient les flammes des longs soirs

Et ses cheveux dorés quand elle vient s’asseoir
Et peigner sans rien dire un reflet d’incendie.

À Mademoiselle De Guise

Vous possédez fort inutilement
Esprit, beauté, grâce, vertu, franchise ;
Qu’y manquetil ? quelqu’un qui vous le dise
Et quelque ami dont on en dise autant.

Les Yeux De La Femme

L’Éden resplendissait dans sa beauté première.

Ève, les yeux fermés encore à la lumière,

Venait d’être créée, et reposait, parmi

L’herbe en fleur, avec l’homme auprès d’elle endormi ;

Et, pour le mal futur qu’en enfer le Rebelle

Méditait, elle était merveilleusement belle.

Son visage très pur, dans ses cheveux noyé,

S’appuyait mollement sur son bras replié

Et montrant le duvet de son aisselle blanche ;

Et, du coude mignon à la robuste hanche,

Une ligne adorable, aux souples mouvements,

Descendait et glissait jusqu’à ses pieds charmants.

Le Créateur était fier de sa créature :

Sa puissance avait pris tout ce que la nature

Dans l’exquis et le beau lui donne et lui soumet,

Afin d’en embellir la femme qui dormait.

Il avait pris, pour mieux parfumer son haleine,

La brise qui passait sur les lys de la plaine ;

Pour faire palpiter ses seins jeunes et fiers,

Il avait pris le rythme harmonieux des mers ;

Elle parlait en songe, et pour ce doux murmure

Il avait pris les chants d’oiseaux sous la ramure ;

Et pour ses longs cheveux d’or fluide et vermeil

Il avait pris l’éclat des rayons du soleil ;

Et pour sa chair superbe il avait pris les roses.

Mais Ève s’éveillait ; de ses paupières closes

Le dernier rêve allait s’enfuir, noir papillon,

Et sous ses cils baissés frémissait un rayon.

Alors, visible au fond du buisson tout en flamme,

Dieu voulut résumer les charmes de la femme

En un seul, mais qui fût le plus essentiel,

Et mit dans son regard tout l’infini du ciel.

La Mémoire

Souvent, lorsque la main sur les yeux je médite,

Elle m’apparaît, svelte & la tête petite,

Avec ses blonds cheveux coupés courts sur le front.

Trouverai-je jamais des mots qui la peindront,

La chère vision que malgré moi j’ai fuie ?

Qu’est auprès de son teint la rose après la pluie ?

Peut-on comparer même au chant du bengali

Son exotique accent, si clair & si joli ?

Est-il une grenade entr’ouverte qui rende

L’incarnat de sa bouche adorablement grande ?

Oui, les astres sont purs, mais aucun, dans les cieux,

Aucun n’est éclatant & pur comme ses yeux ;

Et l’antilope errant sous le taillis humide

N’a pas ce long regard lumineux & timide.

Ah ! devant tant de grâce & de charme innocent,

Le poète qui veut décrire est impuissant,

Mais l’amant peut du moins s’écrier :  » Sois bénie,

Ô faculté sublime à l’égal du génie,

Mémoire, qui me rends son sourire & sa voix,

Et qui fais qu’exilé loin d’elle je la vois ! « 

Brune

C’est une folie extrême
D’être fidèle en amour.
Il faut aimer qui nous aime,
Et changer de jour en jour.
Qui un seul but se propose
Ne fait jamais grande chose.

Les dames aiment le change,
Et n’ont jamais de dessein
Qui n’ait toujours du mélange,
Et double ainsi que leur sein :
Ne blâmez telle aventure,
C’est l’effet de leur nature.

L’une aimera la richesse,
L’autre aimera les discours,
Cetteci l’art et l’adresse,
Cellelà le jeu d’Amours ;
Jamais d’une même sorte
Ce faux sexe ne se porte.

Aimez et soyez fidèle,
Vous deviendrez odieux.
Feignez, soyez infidèle,
On vous recherche en tous lieux.
Ainsi changeant de figure,
Se déguise leur nature.

Et plus fol qui conjecture
Sans dommage et sans méchef
Bien garder une serrure,
Dont chacun porte la clef,
Il n’est de place tant forte
Où l’on n’entre de la sorte !

C’est donques folie extrême
D’être fidèle en amour,
Il faut aimer qui nous aime,
Et changer de jour en jour.
Qui divers buts se propose
Fait souvent quelque grand’chose.

La Femme Adultère

Écoutez ce que c’est que la femme adultère.

Sa joie est un tourment, sa douleur un mystère :

Dans son cœur dégradé que le crime avilit

Un autre a pris la place à l’époux réservée ;

D’impures voluptés elle s’est abreuvée ;

Un autre est venu dans son lit.

Dévorée au dedans d’une flamme cachée,

Toujours, devant les yeux son image attachée

Jusqu’aux bras d’un époux vient encor la troubler ;

Elle reste au logis des heures à l’attendre.

Prête l’oreille et dit, quand elle croit l’entendre,

A ses enfants de s’en aller.

Son complice ! des lois il brave la vengeance !

Qui pourrait, trahissant leur sourde intelligence,

Éveiller dans les cœurs le soupçon endormi ?

De son crime impuni le succès l’encourage,

La mère lui sourit, et l’époux qu’il outrage

L’embrasse en disant : mon ami.

Voici venir enfin l’heure tant retardée ;

Les voilà seuls, la porte est close et bien gardée :

Pourquoi cet air pensif, pourquoi cet œil distrait ?

Pourquoi toujours trembler et pâlir d’épouvante ?

Personne ne l’a vu monter, et la suivante

A reçu le prix du secret.

Dans un festin brillant le hasard les rassemble ;

Leurs sièges sont voisins. Que vont-ils dire ensemble ?

Quel sinistre bonheur dans leurs regards a lui !

Oh retiens les éclairs de ta prunelle ardente,

Garde de te trahir, et de boire, imprudente !

Dans la même coupe après lui !

Que dis-je ? Du mépris et de l’indifférence

Elle sait à son œil imposer l’apparence :

Un regard indiscret jamais ne révéla

De son cœur déchiré la sombre inquiétude.

Elle s’observe, et sait, à force d’habitude,

Rester froide quand il est là !

Ses tourments sont cachés à tous, soyez sans crainte ;

Aussi regardez-la sans gêne et sans contrainte

Répondre à vingt propos, sourire oh si du moins,

Pour apaiser l’ardeur dont elle est embrasée,

Elle pouvait, auprès d’une obscure croisée,

L’avoir un instant sans témoins !

Sentir le bruit léger de sa robe froissée,

Dans les plis de satin sa jambe entrelacée,

Lui donner d’un regard l’heure du lendemain,

Et, dans ce tourbillon qui roule et qui l’emporte.

Lui dire ou seulement debout, près de la porte,

En passant lui serrer la main !

Cependant, pas à pas, la vieillesse est venue

Troubler son cœur flétri d’une crainte inconnue.

Le prestige enivrant s’est enfin dissipé :

Il faut quitter l’amour, l’amour et son ivresse ;

Il faut se trouver seule et subir la tendresse

De cet homme qu’elle a trompé.

Épigramme

Un geôlier parlant au mari d’une prisonnière.

Veux-tu laisser ici ta femme désormais,
Pour un peu de l’argent ? Hé, prête lui la main !
Si tu ne la reprends aujourd’hui ou demain,
Foi de bon compagnon, tu ne l’auras jamais.

Réponse.

De te donner argent pour elle je ne puis.
Si tu me la détiens, je ne m’en donne émoi.
Quand tu l’auras gardée autant de temps que moi,
Tu en seras peut-être aussi las que j’en suis.

La Beauté

Sonnet.

Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre,
Et mon sein, où chacun s’est meurtri tour à tour,
Est fait pour inspirer au poète un amour
Éternel et muet ainsi que la matière.

Je trône dans l’azur comme un sphinx incompris ;
J’unis un coeur de neige à la blancheur des cygnes ;
Je hais le mouvement qui déplace les lignes,
Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris.

Les poètes, devant mes grandes attitudes,
Que j’ai l’air d’emprunter aux plus fiers monuments,
Consumeront leurs jours en d’austères études ;

Car j’ai, pour fasciner ces dociles amants,
De purs miroirs qui font toutes choses plus belles :
Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles !