L’école

L’matin est joli coumm’ trent’-six sourires,

Le souleil est doux coumm’ les yeux des bêtes

La vie ouvre aux p’tiots son grand liv’ sans lett’es

Oùsqu’on peut apprend’ sans la pein’ de lire :

Ah ! les pauv’s ch’tiots liv’s que ceuss’ des malettes !La mouésson est mûre et les blés sont blonds ;

I’ s’ pench’nt vars la terr’ coumm’ les tâcherons .

Qui les ont fait v’ni’ et les abattront :

Ça sent la galette au fournil des riches

Et, su’la rout’, pass’nt des tireux d’pieds d’biche.

Les chiens d’ deux troupets qui vont aux pâtis,

Les moutons itou et les mé’s barbis

Fray’nt et s’ent’erlich’nt au long des brémailles

Malgré qu’les bargers se soyin bouquis

Un souér d’assemblé’, pour eune garçaille.

Dans les ha’s d’aubier qu’en sont ros’s et blanches,

Les moignieaux s’accoupl’nt, à tout bout de branches,

Sans s’douter qu’les houmm’s se mari’nt d’vant l’maire,

Et i’s s’égosill’nt à quérrier aux drôles

L’Amour que l’on r’jitt’ des liv’s’de l’école

Quasi coumme eun’ chous’ qui s’rait pas à faire.

A l’oré’ du boués, i’ s’trouve eun’ grand crouéx,

Mais les peupéiers sont pus grands dans l’boués.

L’fosséyeux encave un mort sous eun’ pierre,

On baptise au bourg : les cloches sont claires

Et les vign’s pouss’ vart’s, sur l’ancien cim’tiére !

La Chevelure

Ô toison, moutonnant jusque sur l’encolure !
Ô boucles ! Ô parfum chargé de nonchaloir !
Extase ! Pour peupler ce soir l’alcôve obscure
Des souvenirs dormant dans cette chevelure,
Je la veux agiter dans l’air comme un mouchoir !

La langoureuse Asie et la brûlante Afrique,
Tout un monde lointain, absent, presque défunt,
Vit dans tes profondeurs, forêt aromatique !
Comme d’autres esprits voguent sur la musique,
Le mien, ô mon amour ! nage sur ton parfum.

J’irai là-bas où l’arbre et l’homme, pleins de sève,
Se pâment longuement sous l’ardeur des climats ;
Fortes tresses, soyez la houle qui m’enlève !
Tu contiens, mer d’ébène, un éblouissant rêve
De voiles, de rameurs, de flammes et de mâts :

Un port retentissant où mon âme peut boire
A grands flots le parfum, le son et la couleur ;
Où les vaisseaux, glissant dans l’or et dans la moire,
Ouvrent leurs vastes bras pour embrasser la gloire
D’un ciel pur où frémit l’éternelle chaleur.

Je plongerai ma tête amoureuse d’ivresse
Dans ce noir océan où l’autre est enfermé ;
Et mon esprit subtil que le roulis caresse
Saura vous retrouver, ô féconde paresse,
Infinis bercements du loisir embaumé !

Cheveux bleus, pavillon de ténèbres tendues,
Vous me rendez l’azur du ciel immense et rond ;
Sur les bords duvetés de vos mèches tordues
Je m’enivre ardemment des senteurs confondues
De l’huile de coco, du musc et du goudron.

Longtemps ! toujours ! ma main dans ta crinière lourde
Sèmera le rubis, la perle et le saphir,
Afin qu’à mon désir tu ne sois jamais sourde !
N’es-tu pas l’oasis où je rêve, et la gourde
Où je hume à longs traits le vin du souvenir ?